Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 385.14 +1.54 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le pessimisme chinois sur le front commercial pèse sur le marché parisien

lundi 18 novembre 2019 à 17h39
Le marché parisien démarre la semaine en léger repli

(BFM Bourse) - La Bourse de Paris démarre la semaine sur un léger recul de 0,16%, refroidie par une information de CNBC selon laquelle Pékin se montre plus pessimiste sur la signature d'un accord en raison du refus de Donald Trump de lever les sanction douanières sur les importations chinoises.

Freiné par le commerce, le CAC 40 commence la semaine dans le rouge, avec un léger recul de 0,16% à 5.929,79 points après avoir touché un nouveau plus haut annuel (et depuis juillet 2007) vendredi dernier en clôture. Le volume d'échanges peu fourni (2,9 milliards de dollars) témoigne de la prudence des opérateurs, qui sont toujours dans l'attente d'éléments concrets sur le front commercial sino-américain.

Sur ce dossier au long cours, une nouvelle a d'ailleurs brièvement fait chuter le CAC 40 à 5.900 points (-0,66%) vers 16h30. Avant l'ouverture de Wall Street, une journaliste de la chaîne américaine CNBC, citant une source gouvernementale chinoise, a en effet indiqué que Pékin se montrait plus pessimiste sur la signature d'un accord en raison du refus du président américain, Donald Trump, de soutenir une levée des droits de douane punitifs sur les importations chinoises.

Selon les dernières rumeurs, pourtant, "les Etats-Unis devraient prolonger de deux semaines l'autorisation accordée aux entreprises américaines de traiter avec le géant chinois des télécoms Huawei [et] cette décision pourrait être prise cet après-midi, jour d'expiration de la précédente prolongation, d'une durée de 90 jours" indiquaient les experts de Mirabaud. Les (interminables) négociations étaient d'ailleurs entrées dans la dernière ligne droite, selon le conseiller économique à la Maison Blanche Larry Kudlow. Aucune date n'a pour autant été fixée pour la signature de cet accord de phase 1 tant attendu par les marchés.

Pour rappel, sur la base de sondages auprès de professionnels du secteur financier, la Fed a souligné vendredi que les tensions commerciales représentent le risque le plus important pour la stabilité financière des Etats-Unis pour les 12 à 18 mois à venir.

Dans le reste de l'actualité internationale, la Banque centrale chinoise -à la surprise générale- a légèrement abaissé un taux d'intérêt à court terme très surveillé, pour la première fois depuis octobre 2015. Cette baisse du taux préférentiel appliqué aux banques commerciales pour des prêts à court terme signale que Pékin est déterminée à soutenir une économie en plein ralentissement.

Wall Street à l'équilibre

Après avoir ouvert en baisse (entre -0,04% pour le Dow et -0,33% pour le Nasdaq) en raison des signaux contradictoires sur le front commercial, les principaux indices new-yorkais ont effacé leurs maigres pertes matinales dans la matinée. À 18h15, le Dow (+0,01%), le S&P (+0,00%) et le Nasdaq (-0,03%) sont ainsi revenus à leurs niveaux historiques atteints vendredi soir en clôture.

Euronext convoite la Bourse de Madrid

Calme plat sur le front des valeurs, la séance étant seulement animée par la confirmation d'Euronext de discussions engagées avec la Bourse de Madrid (BME) en vue d'un rachat, alors que SIX Group a déjà lancé une OPA sur la même cible. Le titre de l'opérateur paneuropéen avance légèrement à la mi-journée (+0,9%), le marché voyant d'un bon œil une possible nouvelle consolidation du secteur.

Également à noter, le recul de Nicox (-7,9%) en réaction à l'annonce de la biotech d'une levée de fonds de 12,5 millions d'euros pour financer la première étude clinique de phase 3 "Mont Blanc" aux Etats-Unis pour le principal "candidat médicament" de Nicox, NCX 470, dans le glaucome.

Au sein du CAC, PSA cède 3,3% -plus forte chute de l'indice phare à la mi-journée- alors que son patron Carlos Tavares a assuré que le constructeur respectera "scrupuleusement" les objectifs de réduction d'émission de CO2 fixés par l'Union européenne, tout en dénonçant des décisions "prises sous l'emprise de l'émotion et des opinions publiques". Deutsche Bank a par ailleurs réduit sa cible (de 28 à 26 euros) sur le titre du constructeur. Renault s'en tire à peine mieux avec un recul de 2,1%.

Enfin, le fabricant de matériaux semi-conducteurs Soitec bondit encore (+7,3% aujourd'hui, +125% depuis le 1er janvier) en réaction à l'annonce d'un partenariat conclu avec Applied Materials pour le développement de substrats en carbure de silicium, qui adresse le marché des véhicules électriques.

Sur le marché pétrolier, les cours des barils de brut repartent nettement à la baisse lundi en raison des doutes sur le commerce, celui de Brent de mer du Nord reculant de 1,79% à 62,17 dollars vers 18h05, quand celui de WTI texan lâche 1,76% à 56,81 dollars.

Enfin, la monnaie unique reprend de la hauteur face au billet vert (+0,26%) à 1,1080 dollar.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +28.44 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat