Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 287.07 +0.85 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le CAC 40 bat de l'aile face à la résurgence des craintes inflationnistes

vendredi 26 février 2021 à 18h15
Le CAC 40 termine la semaine sur une grosse chute

(BFM Bourse) - Nerveux, le marché parisien s'enfonce de 1,39% en cette dernière séance de la semaine, la remontée des rendements souverains incitant les investisseurs à rééquilibrer leur portefeuille en faveur du marché obligataire.

Le grand retour des craintes inflationnistes met un terme à la dynamique haussière du CAC 40 qui boucle la séance de vendredi sur un net repli de 1,39% à 5.703,22 points. Resté sur trois progressions hebdomadaires consécutives, le baromètre de la cote tricolore rétrocède 1,1% sur la semaine écoulée. Les marchés mondiaux sont rendus (très) nerveux -"l'indice de la peur", le VIX, prend 7% à un plus haut depuis l'accès de volatilité observée début février après l'épisode GameStop- par la poursuite de la remontée des rendements souverains malgré les déclarations se voulant rassurantes de Jerome Powell et Christine Lagarde.

En dépit d'un léger reflux des rendements souverains vendredi après-midi, Wall Street évolue encore en ordre très dispersé vendredi matin. Si le Nasdaq tente un rebond (+1,2% peu avant 18h) au lendemain de sa chute de 3,6%, le Dow cède 0,8% supplémentaires et le S&P se maintient péniblement dans le vert (+0,2%).

Au cœur des préoccupations des marchés: le franchissement de la résistance des 1,5% pour les obligations souveraines à 10 ans des Etats-Unis. "Certains y voient le début d’une correction des marchés en craignant que la progression des rendements des obligations d’États pousse les investisseurs à se détourner des actions (au profit des obligations, NDLR)" explique John Plassard, directeur des investissements chez Mirabaud.

L'OAT français repasse à 0%

Ce taux d'emprunt à dix ans, très surveillé par les investisseurs, est le reflet des anticipations d'inflation du marché, qui scrute tout risque de flambée des prix susceptible d'entraîner un durcissement de la généreuse politique monétaire américaine. "Même les investisseurs les plus optimistes se demandent si l'inflation est vraiment sous contrôle", commente Ipek Ozkardeskaya, analyste pour Swissquote Bank.

Le patron de la Fed Jerome Powell a pourtant tenu cette semaine des propos très rassurants, affirmant que l'inflation ne retrouverait pas avant trois ans des niveaux autour de 2%. La BCE en a remis une couche ce matin, indiquant qu'elle devra augmenter ses soutiens à l'économie en cas de trop forte hausse des taux d'intérêts, des propos de nature à rassurer les investisseurs. Ces derniers ne sont visiblement pas tout à fait apaisés puisque le taux américain à 10 ans reste au-dessus de 1,5% tandis que l'OAT français évolue encore autour de 0%, un niveau plus observé depuis juin. Dans le même temps, le taux d'emprunt d'Etat britannique à 10 ans touche un nouveau sommet depuis juillet 2019, à 0,8%.

Teleperformance brille une nouvelle fois

Du côté des valeurs, la cote tricolore reste animée par son lot de publications quotidiennes. Les résultats de Teleperformance sont (une nouvelle fois) applaudis par le marché (+6,9%), le spécialiste de la relation client étant parvenu à faire croître de 11,6% ses revenus organiques en 2020, soit nettement mieux que ce qu'il avait annoncé à l'issue du premier semestre. Après la très forte chute d'activité du deuxième trimestre, liée aux mesures de restriction, le géant des matériaux Saint-Gobain a fini l'année en trombe, ce qui a permis à son bénéfice net courant (hors exceptionnels) d'atteindre un niveau record au deuxième semestre à 1,2 milliard d'euros (+23% sur un an). Le titre prend 3,1%.

Engie a en revanche vu ses comptes plonger dans le rouge en 2020 (perte nette de 1,5 milliard d'euros) sous le coup d'une dépréciation de 2,9 milliards d'euros annoncée vendredi sur ses actifs nucléaires en Belgique, en raison de l'abandon prévu de cette énergie dans le royaume, et lâche 4,1%. Danone perd également 3,5% alors que les fonds activistes réclament désormais clairement la tête d'Emmanuel Faber.

Parmi les autres mouvements notables du jour, SES (+2,8%) et Ipsos (+1,6%) ont poursuivi sur leur lancée de la veille dans le sillage de leurs publications annuelles.

Au rayon énergie, les cours pétroliers refluent sous l'effet, notamment, des spéculations sur une possible augmentation de l'offre après les plus hauts de 13 mois atteints cette semaine par les principales références de brut. Peu après 18h, le baril de Brent cède 1,48% à 65,13 dollars et celui de WTI recule de 1,92% à 62,31 dollars. Sur le Forex, le billet vert s'apprécie après être tombé la veille à un creux depuis le 8 janvier et la monnaie unique lâche 0,80% à 1,2085 dollar. Enfin, le bitcoin reflue aussi de ses plus hauts récents, à 48.300 dollars.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat