Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 144.95 -0.54 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris s'enfonce encore, les investisseurs s'inquiètent

La correction se dessine sur les marchés

(BFM Bourse) - Dans le sillage de la violente chute à Wall Street, Tokyo et Shanghaï, le CAC 40 et les autres Bourses européennes ouvrent encore en net repli jeudi matin. La hausse des taux d'intérêts est à l'origine d'une grande rotation sectorielle. Le secteur tech est particulièrement massacré.

Simple correction ou retournement des marchés ? La question se pose au lendemain des pires séances du CAC 40 (-2,11%) du Dow Jones Industrial Average (-3,15%) et du S&P 500 (-3,29%) depuis plus de six mois. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, accusait lui son plus fort recul (-4,08%) depuis plus de deux ans.

D'autant que les Bourses européennes ouvraient encore en net repli, "dans le sillage du carnage boursier sur les marchés américains" selon la formule des experts de Mirabaud Securities : -1,50% pour le CAC, -1,31% pour le Dax allemand et -1,24% pour la Bourse de Londres.

Le luxe et la tech encore attaqués

À Paris, toutes les valeurs sont dans le rouge une heure après l'ouverture jeudi matin. Le luxe et la tech sont une nouvelle fois particulièrement attaqués. Au niveau des valeurs tech, Atos (-3,15%), Capgemini (-2,05%), Safran (-2,15%) et Dassault Systèmes (-2%) chutent lourdement. Du côté du luxe, les deux valeurs massacrées hier poursuivent leur chute jeudi matin avec une perte de 2,65% pour Kering et de 1,55% pour LVHM, une heure après l'ouverture. Le CAC a désormais en ligne de mire le seuil des 5.100 points, sous lequel il n'était pas passé depuis plus d'un an.

Wall Street plonge, lesté par la chute des GAFA

La dégringolade des valeurs tech a fait vivre, hier, sa pire séance depuis deux ans au Nasdaq Composite, l'indice new-yorkais à forte coloration technologique. Tom Cahill de Ventura Wealth Management, explique que "si ces valeurs souffrent, c'est que les gérants de portefeuille se détournent de ce secteur de croissance pour aller vers des entreprises qui présentent davantage de sécurité". Résultat, parmi les plus grands noms de la tech US, Spotify a cédé 7,5%, Twitter 8,5%, Amazon 6,2%, Facebook 4,1% et Alphabet (la maison mère de Google) 6,2%.

Les investisseurs retournent sur le marché obligataire

Nerveux, les investisseurs délaissent donc les valeurs tech au profit des valeurs dites "value" (des titres décotés, à l'opposé des valeurs "growth" de croissance) et... des emprunts d'État dont les rendements apparaissent soudainement plus attractifs. Les propos de Jérome Powell en début de semaine n'ont pas non plus rassuré les investisseurs. Le président de la Fed a en effet laissé entendre que l'institution allait durcir sa politique monétaire et procéder à un relèvement des taux d'intérêts américains plus rapide que celui anticipé par les marchés, mettant ainsi fin à dix ans de politique accommodante.

Plusieurs éléments perturbateurs

La seule remontée des taux d'intérêts américains ne saurait justifier la panique qui semble s'emparer des marchés depuis hier. Les experts de Mirabaud Securitie ont relevé "plusieurs éléments perturbateurs" parmi lesquels "la Chine (tensions commerciales et ralentissement économiques), la baisse des devises émergentes (notamment à cause de la hausse du dollar), la (rapide) hausse des rendements sur les Treasuries (mais aussi au niveau mondial, voir graphique ci-dessous), les récents records du Dow Jones et du S&P 500 (qui amène à une consolidation logique), les interrogations concernant les FANGs et dans une moindre mesure les problèmes politiques des FIA (France, Italie et Allemagne)".

À ces éléments énoncés par les experts de Mirabaud, on peut également ajouter la révision à la baisse de la croissance économique mondiale par le FMI en début de semaine car celle-ci a remis en cause les scénarios de progression de bénéfices des entreprises qui étaient jusque là plutôt optimistes pour 2019 et 2020.

Trump accuse la Fed

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi, après la clôture des marchés, que "la Fed était tombée sur la tête", dans une nouvelle critique vis-à-vis de la banque centrale et sa politique de relèvement des taux. Il a également tenté de rassurer les 35% d'Américains qui détiennent des actions en déclarant que cette "correction" était "attendue depuis longtemps".

Les Bourses asiatiques pas épargnées

En Chine continentale, les Bourses ont également terminé en forte baisse jeudi, affaiblies par le plongeon de Wall Street la veille et la poursuite des tensions commerciales entre Pékin et Washington. L'indice composite de la Bourse de Shanghai a cédé 5,22% à 2.583,46 points, soit son plus bas niveau de clôture depuis novembre 2014. La Bourse de Shenzhen a cédé 6,45% à 1.293,9 points.

Quentin Soubranne - ©2018 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+279.90 % vs +3.50 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat