Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 843.24 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris hésite après le plan d'aide dévoilé par Donald Trump

lundi 10 août 2020 à 11h48
Le CAC hésite sur la direction à suivre lundi matin

(BFM Bourse) - En hausse à l'ouverture dans le sillage du nouveau plan d'aide à destination des Américains les plus précaires signé par décret par Donald Trump samedi, le marché parisien revient à plus de prudence après les sanctions de Pékin à l'encontre de responsables politiques américains.

Après avoir bouclé la semaine précédente sur une note hésitante (+0,09% vendredi) entre les chiffres meilleurs que prévu de l'emploi américain et l'escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis, le CAC 40 a tenté de repartir de l'avant lundi matin, s'adjugeant jusqu'à près de 1% vers 9h20, avant de rétrocéder une partie de ces gains après l'annonce de sanctions de Pékin à l'encontre de responsables américains. Porté à l'ouverture par l'adoption, par décrets signés par Donald Trump, d'un nouveau plan anti-crise, le CAC 40 ne gagne plus que 0,39% à 4.908 points à 11h30, dans un volume de transactions resserré en cette traditionnelle pause estivale, de 540 millions d'euros.

"Ça suffit, nous allons sauver les emplois américains et venir en aide aux travailleurs américains", a déclaré le président des États-Unis lors d'une conférence de presse à son golf de Bedminster, dans le New Jersey, samedi. Donald Trump a ainsi signé quatre documents qui prévoient un gel des charges salariales, une allocation chômage prolongée de 400 dollars par semaine, des protections pour les locataires menacés d'expulsion et un report du remboursement des emprunts étudiants.

Alors que les Etats-Unis sont en voie de franchir la barre des 5 millions de cas de Covid-19, avec plus de 160.000 morts, la Maison Blanche et les démocrates du Congrès étaient engagés depuis deux semaines dans des négociations pour parvenir à un nouveau gigantesque plan de soutien à l'économie. Mais à moins de trois mois de l'élection présidentielle, et alors que les premières mesures d'aide ont expiré au 31 juillet, ces discussions n'ont jusqu'ici rien donné. À la traîne dans les sondages face au candidat démocrate Joe Biden, Donald Trump a affirmé que sa décision de contourner le Congrès en signant des ordonnances permettra aux fonds d'être "rapidement distribués".

"La signature par le président américain d'un certain nombre de décrets visant à atténuer la perte de l'allocation chômage supplémentaire de 600 dollars semble avoir réconforté les marchés qui croient, à juste titre ou à tort, qu'il y aura un accord à plus long terme dans les semaines à venir", a déclaré Michael Hewson chez CMC Markets.

Pékin prend des sanctions contre des responsables américains

Les opérateurs sont néanmoins revenus à plus de circonspection dans le sillage de l'annonce, par Pékin lundi matin, de sanctions à l'encontre de 11 responsables américains, dont les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz, en représailles à des mesures similaires de Washington contre des responsables chinois accusés de saper l'autonomie de Hong Kong.

"La Chine a décidé d'imposer des sanctions à l'encontre de certaines personnes qui se sont mal comportées sur les questions liées à Hong Kong", a indiqué devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, précisant que le dirigeant de l'association de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth, était également visé. Zhao Lijian n'a pas précisé la nature de ces sanctions.

L'agenda économique du jour est mince, avec juste l'enquête mensuelle de conjoncture de la Banque du France qui observe une reprise de l'activité économique française en juillet mais à un rythme moins rapide qu'en juin, pour s'établir 7% en dessous de ses niveaux habituels.

Calme plat sur le front des valeurs

Avec une diminution notable des publications de résultats et les vacances estivales, les annonces d'entreprises se font rares et peu de valeurs se démarquent. À Paris, Alstom perd 1,6% vers 11h45 après avoir annoncé qu'il tiendrait compte des "évolutions négatives et non prévues" apparues dans les derniers résultats financiers de Bombardier dans les discussions à venir avec le groupe canadien, dont il prévoit de racheter la division ferroviaire.

Au sein du CAC, le compartiment technologique recule (-2,2% pour Worldline, -1,1% pour Dassault Systèmes), au contraire de valeurs délaissées ces derniers mois, comme Accor (+3,3%) ou Unibail (+3,2%).

Bien orienté, Spie prend 5,3% sur fond de relèvement de recommandation de Jefferies à l'achat contre "sous-performance" auparavant.

Sur le marché pétrolier, les cours des principales références de brut repartent à la hausse lundi matin, le baril de Brent prenant 0,91% à 44,84 dollars quand celui de WTI progresse de 1,43% à 41,81 dollars.

Enfin, sur le Forex, le billet vert profite du plan d'aide dévoilé par Donald Trump pour reprendre 0,25% face à la monnaie unique, à 1,1759 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat