Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 438.23 -0.18 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : L'attentisme règne toujours sur le marché parisien

mardi 9 avril 2019 à 12h33
Le CAC 40 évolue toujours dans un faible volume

(BFM Bourse) - Répétant la physionomie des précédentes séances, la Bourse de Paris se contente d'une faible variation dans des volumes étroits ce mardi, avec un gain de 0,12% à la mi-journée.

Rien de bien nouveau sous le soleil : alors que les investisseurs sont maintenus dans l'attente d'éventuelles avancées sur le front des discussions sino-américaines et du Brexit, le CAC 40 -qui évolue depuis quatre jours dans un corridor d'une quarantaine de points- s'inscrit en très légère hausse mardi. Après avoir cédé 0,08% lundi, l'indice tricolore prend 0,12% à 5478,38 points vers 12h40, dans un volume d'échanges à peine supérieur à 650 millions d'euros.

Il est vrai que les principaux déterminants des mouvements de marché n'ont pas franchement évolué ces derniers jours, les opérateurs restant dans l'attente des prochains catalyseurs. S'agissant des menées américaines en matière commerciale, l'issue des discussions avec la Chine en vue d'aboutir à un accord reste floue, même si les parties se plaisent à souligner leur bon déroulement. Histoire d'apporter un peu de diversité, sans attendre un règlement éventuel du volet chinois, l'administration américaine se tourne désormais vers l'Europe, Donald Trump brandissant la menace de hausses de taxes douanières à l'encontre d'Airbus, accusant l'Europe de subventionner illégalement son champion aéronautique - évidemment les européens en reprochent autant aux USA vis-à-vis de Boeing. Pour faire bonne mesure, d'autres produits d'origine européenne seraient aussi frappés de barrières à l'entrée.

Du côté du Brexit, face à la perspective d'une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne dès vendredi, qui apparaît comme la plus mauvaise solution pour toutes les parties, Theresa May traverse aujourd'hui la Manche pour rencontrer Angela Merkel et Emmanuel Macron pour essayer d'obtenir un nouveau report du délai, au 30 juin. Le Parlement britannique a de nouveau fermement repoussé l'option d'un Brexit sans accord, mais c'est grosso modo la seule chose sur laquelle les députés britanniques soient capables de s'entendre actuellement, sans pour autant proposer une alternative crédible.

La semaine va certes progressivement se charger en rendez-vous susceptibles de conditionner l'orientation à venir des indices, avec la nouvelle réunion de la Banque centrale européenne et le début de la saison des résultats aux Etats-Unis.

Pour l'heure sur le marché parisien, Airbus (-1,44%) menacé par le courroux du gouvernement américain accuse donc la plus forte baisse du CAC 40, au contraire de la veille où le titre avait profité de la révision en baisse du planning de production du 737 MAX de Boeing, après deux catastrophes aériennes en moins de six mois. Worldline (-1,95%) et Casino (-1,75%) ferment la marche sur le SBF 120.

En hausse, Nexans se distingue (+4,8%), tandis que son concurrent Prysmian a reconnu un incident sur le câble à haute tension reliant l'Ecosse à l'Angleterre (Western HVDC Link), un projet qui semble mettre à mal les capacités du groupe italien, ayant accumulé les difficultés et les retards depuis 2014.

Les valeurs pétrolières sont également bien orientées, CGG gagnant 2,3% et Vallourec près de 2%, comme Maurel & Prom, sur fond de redressement marqué du pétrole depuis le début de l'année.

Le secteur bancaire profite lui aussi d'un regain d'intérêt, à commencer par Société Générale qui grimpe de 1,6% à l'annonce d'un projet de réduction d'effectifs dans la banque de financement et d'investissement. BNP Paribas s'adjuge presque autant (+1,4%) et Natixis +1,1%.

Les changements de recommandation des analystes de ce mardi sont à retrouver en cliquant ici.

Sur le marché des changes, l'euro poursuit sa progression à 1,1281 dollar (+0,14%) après une déception sur le niveau des entrées de commandes dans l'industrie aux Etats-Unis.

Les cours du pétrole brut restent proches de plus hauts de cinq mois, soutenus par la réduction de production de l'Opep et aux sanctions américaines contre l'Iran et le Venezuela, sans parler d'un regain de violences en Libye. Le WTI se traite à 64,53 dollars (+0,17%) et le Brent à 71,14 dollars (+0,06%).

Guillaume Bayre - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.90 % vs +9.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat