Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 609.15 +0.62 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Face au risque de reconfinement, le CAC replonge à son niveau de mai dernier

mercredi 28 octobre 2020 à 09h23
Le CAC s'effondre face aux craintes de reconfinement

(BFM Bourse) - Le CAC 40 s'effondre mercredi matin alors qu'Emmanuel Macron doit prendre la parole dans la soirée pour annoncer, vraisemblablement, un nouveau confinement. Inquiets des conséquences de cette nouvelle flambée épidémique sur la croissance, les investisseurs accusent le coup.

Après avoir lâché 1,9% lundi, puis 1,77% mardi sur fond de pandémie hors de contrôle et de craintes de mises en place de mesures plus restrictives, le CAC 40 dévisse encore plus nettement mercredi dès l'ouverture, affichant une chute de 3,27% à 4.576,02 points peu avant 10h. Il s'agit, pour l'échantillon principal de la cote parisienne, d'un niveau inexploré depuis le 26 mai dernier.

Alors que les investisseurs craignent un nouveau reconfinement, l'indice phare dévisse mais reste encore loin de son dernier plancher annuel, atteint en clôture du 18 mars dernier (soit le lendemain de la mise en place effectif du confinement). Le CAC s'affichait alors à 3.754,84 points.

Le directeur des investissements chez Mirabaud John Plassard avait anticipé cette ouverture en baisse des indices européens "dans le sillage de la clôture du Dow Jones (-0,8%) et des interrogations persistantes concernant la réunion de la BCE de demain (jeudi, NDLR), la suite de la publication des résultats d’entreprises et à moins d’une semaine des élections présidentielles américaines". "Enfin, les rumeurs selon lesquelles la France pourrait annoncer un reconfinement national d’au moins 4 semaines (avec les écoles ouvertes cependant), à cause de l’explosion des nouveaux cas de coronavirus, pèse sur la tendance" constate-t-il. Les marchés sont par ailleurs toujours pénalisés par l'absence d'accord sur un plan de relance au Congrès américain, où les négociations sont dans une impasse à 6 jours du scrutin présidentiel.

Alors que la situation sanitaire continue de se dégrader à vitesse grand V, les marchés craignaient déjà ces derniers jours que les gouvernements, notamment européens, opèrent un nouveau tour de vis. C'est ce que pourrait faire le président de la République Emmanuel Macron, qui s'exprimera ce mercredi soir à 20h. L'hypothèse désormais privilégiée serait celle d'un reconfinement. Au grand dam des marchés qui s'étaient littéralement effondrés avant l'annonce du premier confinement, le CAC 40 ayant d'ailleurs bouclé la pire séance de son histoire (12,2%) le 12 mars dernier, soit quelques jours avant celui-ci.

Les autres places boursières européennes flanchent aussi très nettement mercredi matin. Alors que l'Allemagne envisage de nouvelles mesures drastiques pour endiguer la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, le Dax 30 abandonne 3,3% à 10h. Craignant également des annonces à venir de nouvelles restrictions voire de reconfinement en Europe, le FTSE 100 lâche 2,3% à Londres, tandis que l'indice phare de la Bourse de Milan recule de 2,6%.

Peu de valeurs surnagent au sein de la cote parisienne mercredi matin. Au sein de l'indice phare, seul Teleperformance évolue dans le vert (+1,9%) dans le sillage de l'annonce d'un accord conclu "en vue de l'acquisition" de Health Advocate, une société américaine de services spécialisées dans la santé, pour 690 millions de dollars. Parmi les (rares) hausses de la matinée sur le reste de la cote, on retrouve des valeurs comme Maisons du Monde (+3%, au lendemain de la plus grosse chute de sa courte histoire boursière), bioMérieux (+1,5%), Iliad (+1,3%) ou Sartorius Stedim Biotech (+0,7%), le fournisseur de matériels pour le secteur biopharmaceutique ayant encore été porté par la demande pour ses produits en raison de la pandémie au troisième trimestre (bénéfice net en hausse de 40% à 278 millions), ce qui l'a également amené à rehausser ses perspectives annuelles.

De l'autre côté du palmarès, les mouvements sont beaucoup plus violents, comme en témoigne la chute de Sopra Steria (-12%) après avoir fait état d'un chiffre d'affaires en repli de 5% au T3. Dans l'échantillon principal, les plus fortes baisses sont pour Atos (-5,8%), Renault (-5,5%), Société Générale (-5,4%), Vinci (-4,7%), URW (-4,5%) ou encore Crédit Agricole et BNP Paribas (-4,4%). Sur le SBF 120, Alten plonge de 8,2%, Fnac Darty de 7,9%, Elior de 7,1% et Elis de 6,1%.

Les cours pétroliers refluent aussi sensiblement, le baril de Brent évoluant à un creux de trois semaines avec un recul de 2,79% à 40,45 dollars vers 10h15. De son côté, le baril de "light sweet crude texan" chute à 38,12 dollars, en baisse de 3,66% par rapport à la veille.

La monnaie unique est sous pression et cède 0,22% à 1,1753 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.30 % vs +12.83 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat