Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
7 065.39 +2.91 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Face au changement de ton de la Fed, le CAC 40 accuse le coup

jeudi 19 août 2021 à 12h45
La Fed pourrait bientôt diminuer ses rachats d'actifs

(BFM Bourse) - Après trois séances consécutives de baisse, le marché parisien accélère sa chute jeudi au lendemain de la publication des "minutes" de la Fed laissant entrevoir une réduction de son soutien monétaire d'ici la fin de l'année.

Wall Street, les marchés asiatiques et désormais les indices européens: la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed, mercredi soir, provoque une véritable onde de choc sur les principales places boursières. À 12h30, le CAC 40 lâche ainsi 2,46% à 6.603,80 points, dans un volume de transactions qui s'emballe (1,8 milliard d'euros échangés à ce stade) et après avoir perdu plus de 3% peu après 11h.

Un réveil difficile qui s'explique par la perspective d'une réduction à venir du soutien monétaire de la banque centrale américaine aux marchés. "Les indices européens devraient ouvrir en baisse ce matin après que les "minutes" de la Fed ont signalé que la décision de réduction des rachats d'actifs de l'institution monétaire ("tapering") pourrait intervenir avant la fin de l'année", relève John Plassard, responsable de l'investissement chez Mirabaud. "Les investisseurs pourraient en avoir le cœur net lors du symposium de Jackson Hole qui aura lieu du 26 au 28 août", ajoute-t-il, en référence à la grand-messe annuelle des grands argentiers de la planète qui se tiendra dans le Wyoming à la fin du mois.

Les "minutes" publiées mercredi montrent une Fed "qui est assez divisée sur la plupart des sujets, mais qui reconnaît que nous nous rapprochons beaucoup du moment du "tapering"", soulignent les analystes d'ING dans une note matinale. La plupart des responsables de l'institution estimaient de fait fin juillet que la première économie mondiale allait continuer son rétablissement et que les objectifs de la Fed en matière d'emploi "pourraient être atteints cette année". Les opérateurs scruteront donc avec une attention particulière la publication, en début d'après-midi (14h30) des demandes hebdomadaires d'allocation chômage aux Etats-Unis.

Depuis la réunion de fin juillet dernier, les conditions économiques semblent toutefois s'être quelque peu dégradées sous l'effet notamment du variant Delta, comme en atteste le net recul des ventes au détail en juillet aux Etats-Unis. Pour tenter de freiner la propagation incontrôlée de ce variant, les autorités américaines ont d'ailleurs annoncé, mercredi, une campagne de rappel pour tous les Américains à partir du 20 septembre.

Le luxe en chute libre après des déclarations de Xi Jinping

Comme la veille, le CAC 40 est principalement tiré vers le bas par le compartiment du luxe, les 4 valeurs du secteur atteignant une pondération combinée proche de 25% au sein de l'indice phare. Au lendemain de leur pire performance journalière depuis le début de l'année sur fond de craintes vis-à-vis de la reprise économique chinoise, les géants français du luxe accusent des pertes encore plus sévères ce jeudi alors que les riches sont dans le viseur de Pékin. Vers 12h40, Kering plonge de 7,6% (plus forte chute du SRD), LVMH lâche 4,7% et Hermès cède 3%.

Parmi les autres lourdes chutes, TotalEnergies (-3,8%) pâtit entre autres de la rechute des cours du brut sur fond d'interrogations quant à la vigueur de la reprise économique mondiale. Airbus (-3,1%), Saint-Gobain (-2,0%) et les valeurs bancaires reculent aussi nettement.

Rares valeurs à échapper à la purge au sein du SRD, Valneva (+1,8%), Alstom (+0,4%) ou encore Virbac (+0,3%) affichent de maigres gains à la mi-journée.

Les cours du brut reculent à un creux de 3 mois

Au chapitre énergétique, les cours du brut reculent pour la sixième séance d'affilée, soit leur plus longue séquence baissière depuis février 2020, eux aussi pénalisés par les craintes sur l'évolution de la demande à l'heure où la situation sanitaire se dégrade dans plusieurs régions du monde, et après l'annonce, par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), d'une hausse inattendue des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis.

Le baril de Brent s'enfonce de 3,36% à 65,94 dollars à 12h45, au plus bas depuis le 21 mai dernier, tout comme celui de WTI qui lâche près de 3,68% à 62,81 dollars. Enfin, sur le marché des devises, le billet vert a bondi dans la perspective d'une prochaine réduction du soutien monétaire de la Fed et gagne encore 0,18% ce jeudi (1€ = 1,1691$), au plus haut depuis novembre dernier.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +42.13 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat