Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 978.18 -1.22 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Après une réunion de la BCE sans surprise, le CAC 40 limite la casse

jeudi 16 juillet 2020 à 18h19
Le CAC 40 consolide jeudi au lendemain d'une nette hausse

(BFM Bourse) - En nette baisse au cours de la matinée -après avoir repris plus de 2% mercredi- le CAC 40 parvient finalement à limiter ses pertes jeudi (-0,46%), dans un marché peu mouvementé qui a pris note d'une réunion de politique monétaire de la BCE sans surprise.

A lendemain d'une séance bouclée à un sommet depuis plus d'un mois, le CAC 40 a repris son souffle jeudi. Au terme d'une séance marquée par la réunion de la BCE, dont l'absence de nouvelle mesure était anticipée, l'indice vedette de la Bourse de Paris cède 0,46% à 5.085,28 points, dans un faible volume d'échanges (2,7 milliards d'euros) qui témoigne d'un regain de prudence de la part des opérateurs.

"La raison de la faiblesse du jour est à mettre sur le compte de la publication de la croissance chinoise (+3.2%) du deuxième trimestre et des ventes au détail en dessous des attentes qui laissent penser que le rebond de l’économie ne sera pas en forme de V" soulignait John Plassard, directeur adjoint des investissements chez Mirabaud, dans sa note matinale.

De fait, si l’économie chinoise a renoué avec la croissance au deuxième trimestre et signé un rebond supérieur aux attentes (le consensus misait sur +2,5%), les investisseurs doutent d’une reprise économique rapide après que les ventes au détail ont marqué un recul inattendu, suggérant que la demande des consommateurs reste faible. Preuve que le rebond du PIB chinois n'est pas convaincant, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a dévissé de 4,5% ce matin (-5,2% pour la Bourse de Shenzhen).

Comme attendu, la Banque centrale européenne a laissé inchangé son programme de soutien à l'économie européenne ainsi que ses taux, au plus bas. L'institut monétaire a par ailleurs exhorté les dirigeants européens à se mettre "rapidement" d'accord sur un plan de relance "ambitieux" (les mots sont de la patronne de l'institution, Christine Lagarde) face à l'impact économique de la pandémie, à la veille d'un sommet de l'UE sur le sujet à l'issue très incertaine. À noter qu'il s'agissait de la dernière réunion de politique monétaire de l'institution de Francfort avant la pause estivale.

Trump menace la Chine de nouvelles sanctions

Dans le reste de l'actualité, le différend entre les États-Unis et la Chine concernant entre autres la protection des libertés civiles à Hong Kong préoccupe toujours les investisseurs. Donald Trump n’a pas exclu de prendre des sanctions supplémentaires contre de hauts représentants chinois dans le cadre des mesures qu’il a engagées mardi pour punir la Chine de son attitude à l’égard du territoire autonome. Le secrétaire d'État Mike Pompeo a ajouté que les États-Unis imposeraient des restrictions en matière de visa aux employés des entreprises chinoises qui, comme Huawei Technologies, sont soupçonnées de faciliter les atteintes aux droits de l’homme.

Enfin, sur le plan sanitaire, la situation reste toujours aussi tendue. Les États-Unis ont battu de nouveaux records quotidiens de cas de coronavirus, notamment dans le Sud du pays, tandis que l'Inde a reconfiné jeudi quelque 125 millions de personnes, soit près d'un dixième de sa population. La pandémie a désormais fait (au moins) 584.000 victimes selon un bilan établi par l'AFP, dont plus de 137.000 aux États-Unis, pays le plus touché qui vient de franchir le seuil des 3,5 millions de personnes contaminées. La crise provoquée par la pandémie est entrée dans une nouvelle phase mais le monde "n'est pas tiré d'affaire", affirme la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva.

Wall Street dans le rouge

Enthousiasmés la veille par les résultats trimestriels de la banque Goldman Sachs et rassurée par une annonce de la biotech Moderna sur le développement d'un vaccin contre le coronavirus, les indices new-yorkais reculent jeudi à l'ouverture des échanges face à une salve contrastée d'indicateurs américains et de résultats d'entreprises.

Le nombre de nouveaux chômeurs hebdomadaires aux Etats-Unis est resté quasi-stable avec 1,3 million de personnes qui se sont inscrites entre le 5 et le 11 juillet. Et selon des données publiées avec une semaine de décalage, le nombre total de bénéficiaires d'une allocation était également en léger recul: 17,3 millions d'Américains touchaient ainsi le chômage au cours de la semaine achevée le 4 juillet. Peu après 18, le Dow cède 0,5%, le S&P 0,6% et le Nasdaq trébuche de 1,2%.

McPhy poursuit son rallye spectaculaire, Medicrea tombe sous pavillon américain

À Paris, aucun mouvement sectoriel ne se dégage mais le secteur automobile résiste bien alors que le marché européen est parvenu à limiter la casse en juin, les immatriculations ayant reculé de "seulement" 22,3% sur un an, à 950.000 unités, notamment grâce au plan de soutien français. Renault prend 2% et Peugeot limite son recul à 0,5%.

Danone lâche également 0,5% dans la foulée de l'annonce d'un investissement de 100 millions d'euros en Chine pour "renforcer ses activités de nutrition spécialisée". Airbus (-3,2%) et Safran (-1,8%) rétrocèdent une partie de leurs gains de la veille. Publicis (+2,2%) et Teleperformance (+2,1%) enregistrent les meilleures performances du jour au sein du CAC.

Au sommet du palmarès du SRD trône encore l'inarrêtable McPhy avec un bond de 20,3% (qui porte sa progression à près de 700% depuis le 1er janvier), en réaction au décrochage d'un nouveau contrat. Sartorius (+10,7%), Cerenis (+9,3%) et Fermentalg (+15,4%) avancent nettement aussi.

Également à signaler, l'OPA "volontaire et amicale" du géant américain des technologies médicales Medtronic sur le spécialiste lyonnais des implants orthopédiques Medicrea, dernière medtech tricolore en date à passer sous pavillon américain.

Les cours pétroliers reculent au lendemain de la décision de l'Opep et de ses alliés d'assouplir à partir du mois prochain le pacte de baisse coordonnée de leur production de pétrole. Le baril de Brent lâche 0,62% à 43,51 dollars et celui de WTI cède 0,61% à 40,95 dollars.

Enfin, sur le Forex, la monnaie unique reprend sa marche en avant (+0,12% à 1,1420 dollar) peu après 18h.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat