Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Les Etats-Unis n'ont jamais produit autant de pétrole mais les cours remontent

mercredi 3 avril 2019 à 18h08
Les cours du Brent et du WTI renouent avec leur niveau de mi-novembre dernier

(BFM Bourse) - Les cours du baril de Brent s'approchaient du seuil des 70 dollars le baril pour la première fois de l'année en cours d'échanges européens, mercredi, dopés par l'appétit pour le risque des marchés et par une offre mondiale limitée. En fin d'après-midi néanmoins, la publication de stocks US largement supérieurs aux attentes -ainsi que l'annonce d'une nouvelle production record- faisait reculer le cours du baril.

Vers 17h à Paris, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 69,42 dollars à Londres, en hausse de 3 cents par rapport à la clôture de mercredi. Dans le même temps, à New York, le baril de WTI pour le contrat de mai cède 5 cents à 62,53 dollars. Le cours des deux références mondiales de pétrole brut ont reculé dans l'après-midi après avoir culminé, vers 10h30, à 69,96 dollars pour le Brent et 62,99 pour le WTI, à leur plus haut depuis mi-novembre

"L'optimisme du marché sur les négociations sino-américaines et de bonnes données sur l'activité industrielle mondiale ont donné de l'appétit pour le risque" aux investisseurs, a commenté auprès de l'AFP Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures. Les discussions qui reprennent mercredi à Washington pour résoudre la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine progressent, selon des informations du Financial Times.

Par ailleurs, l'activité dans les services en Chine a connu en mars sa plus forte accélération depuis 14 mois à 54,4, selon l'indice indépendant Markit publié mercredi (au-dessus de 50 cet indice PMI indique une expansion de l'activité, en-dessous une contraction), un signal encourageant sur la stabilisation économique du géant asiatique. Les investisseurs se tournent donc vers les actifs plus risqués et dépendant de la santé de l'économie mondiale, dont le pétrole fait partie.

Opep, Iran, Venezuela : une offre toujours restreinte

L'offre reste quant à elle limitée par les efforts volontaires de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires, ainsi que par les sanctions américaines contre l'Iran et le Venezuela. Le marché de l'or noir attendait enfin les données officielles de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les stocks américains, qui ont été publiés en cours de séance.

Pour la semaine achevée le 29 mars, les analystes tablaient sur un recul de 800.000 barils des stocks de brut, de 2,5 millions de barils des stocks d'essence et de 600.000 barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d'un consensus compilé par Bloomberg. De l'autre côté, la fédération professionnelle American petroleum institute, qui compile ses données de manière indépendante, a fait état mardi d'une hausse des stocks de brut.

Hausse inattendue des stocks et production record aux US

Vers 16h30, l'EIA a donc rendu publics les stocks de pétrole brut aux États-Unis et les chiffres publiés donnent raison aux prévisions de l'Americain Petroleum Institute. En effet, lors de la semaine bouclée le 29 mars, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 7,2 millions de barils pour s'établir à 449,5 millions, très loin de la baisse anticipée par les analystes interrogés par l'agence Bloomberg. Quant à la production américaine, elle a atteint 12,2 millions de barils par jour en moyenne, un nouveau record historique.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.40 % vs +6.36 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat