Bourse > Apprendre la bourse > Lexique Boursier

Lexique Boursier

Gestion alternative

Ce mode de gestion regroupe un ensemble de méthodes visant à obtenir une performance absolue (indépendante, à la hausse comme à la baisse, de l’évolution des marchés financiers). Ces méthodes s’appuient sur les marchés à terme et sur tous les instruments financiers permettant d’alterner ou d’associer des positions acheteuses ou vendeuses sur les différents marchés (actions, convertibles, obligations, monétaires, matières premières…). Longtemps réservée à de riches investisseurs et pratiquée par des spécialistes, la gestion alternative est de plus en plus à la mode. De nouvelles sociétés de gestion s’y lancent sous la forme de fonds de fonds plus accessibles ou l’intègrent à des OPCVM diversifiés. On retrouve la gestion alternative soit via des fonds assurant une seule méthode de gestion – hedge funds ou fonds communs d’intervention sur les marchés à terme (FCIMT) –, soit via des fonds de fonds associant différents gérants et styles de gestion, afin d’assurer une meilleure maîtrise du risque. Il existe plusieurs stratégies possibles. L’arbitrage (relative value) vise à tirer profit des incohérences existant à un moment donné sur le cours d’un même titre entre différents marchés ou sur les cours de titres équivalents. Cette stratégie peut, par exemple, s’appliquer aux obligations convertibles décotées. L’arbitrage consiste dès lors à acheter le titre décoté et à se couvrir contre l’évolution de l’action sous-jacente par une position vendeuse, afin de profiter, quelle que soit la tendance du marché, du retour à une valorisation plus juste. L’arbitrage s’applique également aux actions (écart d’une place boursière à l’autre sur un même titre) et aux produits de taux (décalages sur la courbe des taux). L’effet de levier y est utilisé pour offrir des rendements intéressants à partir d’écarts parfois minimes. La stratégie long/short consiste à être à l’achat (long) sur des actifs considérés comme décotés et à se couvrir contre la baisse des marchés en adoptant des positions vendeuses (short) sur des actifs équivalents considérés comme surévalués. Cette méthode, utilisée sur les actions, vise soit à être totalement neutre par rapport à l’évolution des marchés (neutral market), soit à anticiper une tendance en privilégiant les positions acheteuses ou vendeuses. Les stratégies directionnelles globales tirent profit de l’anticipation des orientations haussières ou baissières de différents marchés (actions, obligations, devises, matières premières…). Elles s’appuient sur une analyse macroéconomique (global macro) ou sur une analyse technique des tendances des marchés (CTA). D’autres stratégies alternatives existent. Certains gérants jouent, par exemple, les situations spéciales : OPA, OPE, restructurations de dettes…