Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 287.07 +0.85 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Un questionnement toujours aussi intense

lundi 8 mars 2021 à 08h32

(BFM Bourse) - Les trois bougies des 26/02, 03/04, et 05/03, par leur corps rouges minces respectifs et leurs ombres (mèches) très significatives, et leurs positionnements relatifs parmi les autres bougies successives, montrent toute la nervosité, la versatilité et le degré de questionnement d'un marché en plein doute sur la question obligataire. Doute que la publication du rapport mensuel fédéral sur l'emploi américain a nourri davantage.

Les déclarations du patron de la Fed la semaine passée ont été jugées un peu trop attentistes Jerome Powell se contentant de minimiser les inquiétudes sur une résurgence de l'inflation. "Le discours de Jerome Powell n’a pas réellement réussi à rassurer les investisseurs" et il en faudra davantage de la part de la banque centrale américaine dans les prochains jours pour apaiser le marché, a estimé John Plassard, directeur des investissements chez Mirabaud.

Thomas Costerg, économiste chez Pictet Wealth Management, apporte son éclairage: "il est assez clair que la Réserve Fédérale ne répondra pas à un sursaut de l'inflation, qui sera surtout guidée par les matières premières, au printemps. Elle ne devrait pas changer sa position sur une montée des taux – le message ne restera pas avant au moins « 3 ans », un signal envoyé par Jerome Powell pendant son audition au Congrès en février. Par contre, il est possible que le marché obligataire continue à tester les limites de la Réserve Fédérale, mais nous ne pensons pas que ces limites ne sont très éloignées (c'est-à-dire il y une faible tolérance pour une montée des taux longs à notre avis à partir de maintenant) dans un contexte d'endettement élevé rendant l'économie américaine très sensibles aux mouvements de taux – sans oublier le moteur de la reprise économique : le marché immobilier."

Concernant le "NFP", pour Non Farm Payroll, rapport fédéral sur l'emploi privé au mois sur l'ensemble du mois de février. Le rapport est dans l'ensemble très convaincant. Si la dynamique des salaires est conformes aux attentes - et c'est plutôt de nature à rassurer le marché au demeurant -, le nombre de créations de postes dans le secteur privé hors agriculture (+ 379 000) a explosé les attentes (+197 000), sur le mois de février. Les données de janvier ont été révisées à la hausse à +166 000. Quant au taux de chômage, il décroit à 6.2% de la population active, selon les dernières données du Bureau of Labor Statistics.

Les marchés seront tout particulièrement attentifs aux ultimes aller retour (navette législative) entre Chambre des Représentants et Sénat américain pour le plan de relance de 1 900 Milliards de $ de J. Biden. Par ailleurs, les éléments de langage employés à la fin de la Réunion du Conseil des Gouverneurs de la BCE au coeur de la semaine seront sous-pesés finement.

Côté valeurs, certaines (para)pétrolières étaient entourées alors que les cours du brut atteignent de nouveaux sommets annuels en réaction au statu quo acté par l'Opep+ sur la production. Total a gagné 1,02% à 40,975 euros, et Rubis 2,42% à 39,78 euros. A l'inverse, le secteur aéronautique au sens large (compagnie, constructeur, équipementier, services) étaient en fort repli, à l'image sur la cote parisienne d'Air France (-6,13% à 5,18 euros), Airbus (-4,87% à 95,42 euros), Safran (-2,18% à 119,10 euros), ou dans une moindre mesure ADP (-0,10% à 105,0 euros).

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont repris un peu de hauteur vendredi, changeant considérablement les bilans hebdomadaires, à l'image du Dow Jones (+1,85% à 31 496 points) ou du Nasdaq Composite (+1,55% à 12 920 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a gagné 1,95% à 3 841 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1890$. Le baril de WTI, l'un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 67,20$.

À l'agenda statistique ce lundi, à suivre en priorité l'indice de confiance Sentix en Zone Euro à 10h30, ainsi que les stocks des grossistes en données finales, outre Atlantique à 16h30.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Une fragilisation du cadre technique est désormais validée pleinement. La structure de la bougie hebdomadaire de la semaine passée l'aura confirmée. Nous confirmons donc que le chemin pour le comblement du gap "Covid" vieux d'un an (gap du 24/02/20) ne sera probablement pas rectiligne et à forte pente, et qu'une phase de reflux en plusieurs épisodes est l'option la plus probable à ce stade. La prochaine probabilité de reprise de points d'appui (solides ?) se situe vers 5 650 points. En deçà, l'effet d'attraction du gap situé de part et d'autre des 5 500 points se ferait alors sentir progressivement. A l'inverse, toute pénétration franche au sein du gap évoqué précédemment (24/02/20) se solderait par une aspiration à la hausse.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 6000.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 5650.00 points relancerait la pression vendeuse.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Neutre
Résistance(s) :
6000.00 / 6200.00
Support(s) :
5650.00 / 5300.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Un questionnement toujours aussi intense (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Un questionnement toujours aussi intense (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat