Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 559.57 -0.56 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Les yeux rivés sur la santé de l'emploi américain

vendredi 4 décembre 2020 à 08h35

(BFM Bourse) - Il ne reste certes qu'une poignée de séances d'ici la fin de l'année, mais elles peuvent être à fort enjeu, dans le sens premier de ce qu'il y a à perdre ou à gagner, sur les fronts de la progression de la pandémie (malgré l'actualité vaccinale encourageante), la validation des plans de relance en Europe comme aux Etats-Unis, et du Brexit, dans sa dernière ligne droite.

Le Royaume-Uni vient d'autoriser mercredi matin la mise sur le marché du vaccin de Pfizer. De façon plus globale sur la question, les opérateurs vont tenter de jauger la capacité des Etats à mener à bien une politique vaccinale efficace, après avoir digéré les différentes annonces enthousiasmantes dans les essais de phase III de Pfizer (avec Biotech), Moderna et Astrazeneca (avec Oxford University).

Sur la question budgétaire américaine, à fort enjeu, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin a assuré que le président sortant signerait la proposition du leader de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, sous réserve que le Congrès l'adopte. McConnell, qui défendait initialement un plan de relance de 500 milliards de dollars, a commencé à faire circuler un nouveau texte après la présentation par un groupe d'élus des deux camps d'un projet de mesures représentant 908 milliards de dollars.

En revanche côté européen, la Hongrie continue de brandir la menace du veto, sur le projet du plan de relance de l'UE. La Hongrie et la Pologne n'accepte pas que le versement du plan d'une enveloppe globale de 750 Milliards d'euros soit lié au respect de l'Etat de droit.

Dans son Livre Beige publié mercredi soir, la Réserve fédérale a par ailleurs souligné que quatre des grands districts régionaux des Etats-Unis n'ont enregistré que "peu ou pas de croissance" ces dernières semaines tandis que l'expansion restait faible dans les autres, en raison de la résurgence de l'épidémie.

C'est la question, côté macroéconomie, de l'emploi américain qui va focaliser l'attention des opérateurs ce vendredi, alors qu'ils ont déjà dû composer avec deux repères: la confirmation d'une résilience de l'emploi mercredi, réelle, mais timide, trop timide, avec la publication de l'enquête du cabinet privé en ressources humaines ADP. Selon le cabinet ADP, l'économie américaine n'aurait créé que 307 000 postes dans le secteur privé (hors agriculture), très largement à côté de la cible. Et hier, le Département du Travail vient de publier le volume d'inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage pour la semaine du 23 au 29 novembre, à 712 000 nouvelles inscriptions, là où en moyenne, les analystes et économistes interrogés en estimaient 775 000.

Pour être complet sur le plan statistique, hier, les différents indices d'activité dans les services étaient publiés, à 41.7 pour les données IHS Markit pour l'ensemble de la Zone Euro et à 58.4 pour les données ISM pour les Etat-Unis. Les données sont ressorties en ligne, voire légèrement au-delà des attentes. Avec les indicateurs d'activité industrielle publiés plus tôt dans la semaine, le terreau aura été favorable.

Côté valeurs, Elior a bondi de 9,91% à 5,48 euros. Solutions 30 était également particulièrement recherché, suite au rachat du britannique Comvergent. La construction aéronautique et l'aérien continuait de bénéficier de l'espoir d'un retour à un trafic aérien bien plus dense, à l'image d'Air France KLM (+2,93% à 5,276 euros) ou d'Airbus (+4,03% à 95,00 euros).

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont terminé la séance de jeudi à des niveaux proches de équilibre (+0,29% à 29 969 points) pour le Dow Jones ou +0,23% à 12 377 points pour le Nasdaq Composite. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a terminé sur une note quasi parfaitement étale à 3 666 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.2150$. Le baril de WTI, l'un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 46,20$.

À l'agenda statistique ce vendredi, à suivre en priorité le rapport mensuel fédéral (NFP) à 14h30, sur l'emploi américain. A suivre également, toujours côté américain, les commandes industrielles à 16h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Deux points (liés au demeurant) sont particulièrement intéressants à noter sur la configuration graphique de court terme sur l'indice phare:

1) Après la puissance libération d'énergie acheteuse du 09 novembre, a qui a vu les 5 000 points psychologiques voler en éclats, la consolidation consécutive jusqu'au 13 s'est construite sans mouvement correctif, et intégralement au-dessus du corps allongé de la bougie remarquable du 09.

2) Un redémarrage précoce le 16, dans des volumes qui ne se sont pas essoufflés.

C'est finalement la structure même de cette consolidation, qui s'est muée progressivement en mouvement ascendant peu volatile, qui en dit long sur la détermination du camp acheteur. La "tenue" de la moyenne mobile à 20 heures (en bleu foncé en vue horaire) est à ce stade aussi intéressante que prédictive.

Dans l'immédiat, une première alerte annonçant une épisode ponctuelle de prises de profits sous résistance intermédiaires s'est déclenchée lundi. Les signaux pour une reprise des achats seront donnés tout autant par la lecture graphique du CAC que, au cas par cas, par les valeurs à plus fort effet d'amplification du compartiment A de la cote, soit un univers d'investissement formé de façon non exhaustive par Air France, Vallourec, CGG, Sodexo, Mercialys, ...

Dans l'immédiat, une poursuite de la latéralisation est attendue. Sans rapide apport de carburant, elle se poursuivra par une courte correction.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 5725.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 5343.00 points relancerait la pression vendeuse.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale 29P9S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Neutre
Résistance(s) :
5725.00 / 6000.00 / 6200.00
Support(s) :
5343.00 / 5000.00 / 4515.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Les yeux rivés sur la santé de l'emploi américain (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Les yeux rivés sur la santé de l'emploi américain (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.20 % vs +11.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat