Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 765.52 -0.44 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le spectre d'un nouveau conflit commercial sino-américain effraie les marchés

lundi 4 mai 2020 à 11h08

(BFM Bourse) - La Bourse de Paris débute le mois de mai de la pire des manières, cédant 3,5% en matinée alors que le président américain Donald Trump multiplie les accusations à l'encontre de la Chine.

Après avoir subi un recul au cours des trois premiers mois de l'année, le marché parisien avait repris 4% en avril, dans l'espoir de voir les banques centrales tout faire pour soutenir le crédit et de voir l'activité économique repartir sans retard à la fin du confinement (et qui sait de disposer bientôt d'un traitement du Covid-19). Mais la progression du mois dernier est anéantie dès les premières heures de cotations de mai, avec un recul de 3,53% du CAC 40 à 4.410,90 points vers 10h15, avec le retour d'un vieux démon: la guerre commerciale sino-américaine.

Le président des Etats-Unis a brandi jeudi, avant un week-end de trois jours pour les places européennes, la menace de représailles commerciales contre la Chine, au motif que le pays aurait délibérément laissé le virus se propager, voire que ce dernier viendrait d'un laboratoire chinois. Mike Pompeo, le secrétaire d'Etat (équivalent du ministre des Affaires étrangères) s'est montré moins affirmatif, affirmant disposer de preuves en ce sens, mais sans remettre en cause la conclusion des propres services de renseignement américains selon laquelle le nouveau coronavirus n'est pas l'oeuvre de scientifiques.

"La crainte dans les salles de marché est d'avoir une intensification de la guerre commerciale qui vienne s'ajouter à la crise économique et sanitaire, ce qui viendrait hypothéquer toute perspective de reprise de l'activité rapide", a commenté Christopher Dembik, responsable de l'analyse macroéconomique chez Saxo Bank. "Elle pourrait en outre réduire à néant les efforts des banques centrales qui ont réussi, avec brio, en l'espace de quelques semaines à éviter que la crise économique ne se transforme en crise financière".

Vendredi, les indices américains ont clôturé en net recul après les menaces de Donald Trump à l'encontre de la Chine, soit -2,8% pour le S&P 500, -2,55% pour le Dow Jones et même -3,2% s'agissant du Nasdaq Composite. Amazon a lâché 7,6% après avoir prévenu d'une perte au deuxième trimestre, la première perte trimestrielles depuis cinq ans. Le géant pétrolier Exxon Mobil a cédé 7,2% au vu du recul plus marqué que prévu de ses résultats.

Les laboratoires tirent leur épingle du jeu

À Paris ce lundi matin, c'est essentiellement du côté de la santé qu'il faut chercher les rares valeurs en hausse. Le laboratoire Sanofi (engagé dans la lutte contre le coronavirus, même si son projet avec le sarilumab ne semble pas le mieux placé actuellement) progresse de 1,71%, c'est non pas la plus forte mais la seule hausse du CAC 40 à ce stade. Hors de l'indice phare, bioMérieux grappille 0,4% après avoir obtenu l'autorisation d'utilisation en urgence de la FDA pour le test sur sa plate-forme Biofire comprenant le SARS-CoV-2. Quelques biotechs se distinguent également à l'image de Transgene (+10% après avoir vendu à Vaxxel une lignée cellulaire aviaire, DuckCelt-T17, à des conditions toutefois non précisées).

À l'inverse, les sociétés directement victimes du ralentissement des activités habituelles sont de nouveau fortement sanctionnées. L'exploitant de centres commerciaux Unibail abandonne 7,7% et Airbus 6,5%. TechnipFMC chute de 7,5% et Total lâche 6,8% alors que le baril retombe, encore.

PSA et Renault, qui ont vu leurs immatriculations de voitures neuves plonger en avril, perdent chacun près de 4,3%, et leur fournisseur Michelin est encore plus affecté (-5,9%).

Europcar et Air France encore sanctionnés

Que ce soit chez Air France-KLM (-6,2%) ou Europcar (-2,4%) la mise en place d'aides (publiques ou avec garantie publique) sous forme de nouveaux emprunts ne soulage en rien le cours de Bourse.

Tarkett perd 5,7% alors que dans ce contexte déjà très compliqué, le groupe a dû stopper fin avril ses systèmes d'information face à une cyber-attaque.

Le regain des tensions sino-américaines profite au billet vert, valeur refuge malgré tout, entraînant un recul de 0,44% de l'euro à 1,0932 dollar.

Les cours pétroliers en pâtissent également bien évidemment, le brut texan flanche de 7,33% à 18,33 dollars alors que le Brent de la Mer du Nord perd 2,95% à 25,66 dollars.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +36.10 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat