Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 729.66 -0.69 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le pessimisme de la Fed pèse sur la Bourse parisienne

jeudi 20 août 2020 à 13h44
Le CAC 40 souffre jeudi après les minutes de la Fed

(BFM Bourse) - Après avoir plombé l'ambiance en fin de séance à Wall Street mercredi, les inquiétudes exprimées par la Fed au sujet de la santé de l'économie américaine dissuadent les opérateurs parisiens de prendre des risques. Sur la défensive, le CAC recule nettement jeudi à la mi-journée.

La Fed prend de court le marché et plombe l'ambiance. Alors que les investisseurs s'attendaient à ce que les "minutes" -le compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire- de la Fed restent dans la lignée des précédentes, l'autorité monétaire a surpris son monde en se montrant particulièrement prudente sur la santé de l'économie américaine. Après avoir touché de nouveaux records dans la matinée, le S&P et le Nasdaq ont perdu du terrain et terminé mercredi soir dans le rouge (-0,57% pour le Nasdaq, 0,31% pour le Dow) dans le sillage de cette publication. Et les craintes exprimées par la Réserve fédérale pèsent également sur les Bourses européennes qui évoluent en net repli jeudi matin.

À 13h, le CAC 40 cède ainsi 0,93% à 4.930,24 points, après avoir lâché jusqu'à 1,7% vers 10h30. Si la publication de la Fed incite les opérateurs à la prudence, le volume de transactions repart légèrement à la hausse, 730 millions d'euros ayant changé de mains à ce stade.

"Les indices européens devraient ouvrir en baisse ce matin dans le sillage de la publication des "minutes" de la Fed qui laissent entendre qu’il pourrait y avoir moins d’interventions monétaires à l'avenir, ainsi qu'un risque pour la stabilité financière" anticipait d'ailleurs John Plassard dans sa note matinale. Le responsable des investissements chez Mirabaud notant également que "la reprise de l’économie américaine serait par ailleurs (toujours selon le rapport) fragile". "Le ton prudent de la Fed a ébranlé l'humeur ambiante", confirme David Madden, analyste pour CMC Markets.

Des incertitudes "très élevées"

Dans un document publié mercredi, les participants à la dernière réunion de la banque centrale américaine ont notamment souligné que "l'incertitude qui entoure les perspectives économiques (restait) très élevée, la trajectoire de l'économie dépendant fortement de celle du virus et de la réponse du secteur public à cela", c'est-à-dire de l'adoption d'un nouveau plan d'aide. Or la Maison Blanche et les élus démocrates du Congrès discutent depuis plusieurs semaines de nouvelles mesures d'aide pour les entreprises et les ménages, ainsi que pour les collectivités locales et les écoles, sans parvenir à se mettre d'accord. Stratégiste chez AxiCorp, Stephen Innes estime qu'avec ces "minutes", "la Fed commence à retrouver sa boussole morale".

Avant cette publication, l'humeur était plutôt à la célébration à Wall Street, où les indices continuaient de voler de record en record, Apple ayant même brièvement dépassé en séance le seuil des 2.000 milliards de dollars de valorisation boursière mercredi, une première pour une entreprise américaine.

"Avec des discussions budgétaires au point mort (au Congrès) et aucun signe de nouveau stimulus monétaire à l'horizon, les investisseurs se sont probablement sentis seuls au sommet d'une montagne" depuis mercredi soir, juge Ipek Ozkardeskaya, analyste senior pour Swissquote Bank.

Dans ce contexte de retour sur terre, les nouvelles sur le front du virus n'incitent pas particulièrement à l'optimisme non plus, même si la tendance semble à un ralentissement de la propagation outre-Atlantique. La France a enregistré ces dernières 24 heures plus de 3.700 nouveaux cas de Covid-19, une progression inédite depuis mai, et l'Allemagne a dépassé jeudi son pic de contamination en 24 heures depuis avril.

Les foncières au rebond, Accor aussi

Sur le front des valeurs, Accor figure parmi les rares hausses du CAC à la mi-journée, le groupe hôtelier grappillant 0,3% à 13h15 après des informations du Figaro selon qui le groupe a étudié un projet de rapprochement avec son concurrent britannique Intercontinental Hotels Group (propriétaire des marques InterContinental, Crowne Plaz et Holiday Inn notamment), sans toutefois aller plus loin dans la discussion.

Durement sanctionnées depuis une semaine, les foncières rebondissent et dominent le palmarès des différents indices, Unibail prenant la tête du CAC (+2,5%) et Klépierre celle du SBF 120 (+2,4%).

Le groupe d'ingénierie pétrolière TechnipFMC cède 1,9% après avoir pourtant décroché un "grand contrat" en consortium auprès du groupe brésilien Petrobras pour la construction d'installations sur un champ pré-salifère situé au large du Brésil. De son côté, Total perd 1,6% au lendemain du maintien de l'accord de baisse de production par les pays exportateurs de pétrole (Opep+) lors d'une réunion mensuelle.

Les cours pétroliers souffrent également du regain d'inquiétude exprimé par plusieurs membres du groupe informel de pays producteurs "Opep+" et de la tonalité du compte rendu de la Fed, qui font craindre une reprise de la demande plus lente qu'anticipé. À 13h30, le baril de Brent lâche 1,06% à 44,89 dollars, celui de WTI recule de 1% à 42,68 dollars.

Enfin, sur le marché des changes, le dollar poursuit le rebond entamé mercredi, les "minutes" de la Fed ayant provoqué une inversion de tendance après la période de baisse qui avait fait tomber mardi le billet vert à son plus bas niveau depuis plus de deux ans face aux autres grandes devises. La monnaie unique rétrocède encore 0,07% à 1,1835 dollar vers 13h30, après avoir cédé 0,7% en fin de séance mercredi.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat