Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le CAC 40 finit à -0,5%
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 117.66 -1.57 % Temps réel Euronext Paris
5 188.92Ouverture : 5 208.85+ Haut : 5 095.12+ Bas :
-1.37 %Perf Ouverture : 5 199.22Clôture veille : 4 289 600 KVolume :

Cac 40 : Le CAC 40 finit à -0,5%

CAC 40CAC 40

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a clôturé en baisse lundi soir, déçue par un indicateur immobilier américain dans un marché affecté par la baisse des valeurs automobiles et du secteur financier. L'indice CAC 40 a fini en recul de 0,48% à 4 251 points.

Selon la national association of realtors (NAR), les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont chuté de 5,6% en septembre après un recul de 1,6% au mois d'août. Une baisse inattendue puisque les économistes tablaient sur une hausse de 0,5% sur la période.

L'automobile était donc sévèrement attaqué alors que JP Morgan a dégradé sa recommandation sur le secteur. Renault a accusé une baisse de 3,7% et Peugeot a reculé de 5,7%, affecté par les déclarations d'un dirigeant de Dongfeng, qui hésite sur un éventuel investissement dans le groupe français.

Du côté des valeurs financières, Crédit Agricole a fini à -2,6%, Société Générale à -1,9% et BNP Paribas à -1,2%. L'assureur Axa a cédé 2%.

Veolia était sous pression (-1%) après un changement de recommandation de Credit Suisse, passé de "Neutre" à "Sous-performance" sur le dossier. A noter que Veolia et EDF sont sur le point de conclure un accord pour le contrôle du capital de leur filiale commune Dalkia, a rapporté L'Agefi, qui cite des sources concordantes.

Le secteur des médias était lui aussi sous le feu des projecteurs. Lagardère (-2,5%) a fait savoir lundi qu'il poursuivait ses discussions avec Vivendi (-0,3%) pour la vente de sa participation dans Canal+ France. Une déclaration qui intervient après que Le Nouvel Observateur a rapporté vendredi la conclusion d'un accord entre les deux groupes.

Enfin, Areva s’est adjugé 3,8%. Le spécialiste du nucléaire a signé un accord pour le développement de mines d’uranium en Mongolie par le biais d’une coentreprise avec la société publique nucléaire Mon-Atom. Cette coentreprise sera détenue à 66% par le groupe français et à 34% par Mon-Atom.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI