Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 351.49 -4.23 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris tourne autour de l'équilibre dans un marché atone

lundi 9 septembre 2019 à 13h00
Dans un marché atone, le CAC 40 tourne autour de l'équilibre lundi matin

(BFM Bourse) - Au sein d'un marché parisien déserté, le CAC 40 hésite en cette première séance de la semaine, entre espoirs de soutien de la part des banques centrales et craintes d'une récession généralisée.

À l'orée d'une semaine qui sera dominée par les annonces de la BCE jeudi, la Bourse de Paris évolue sans direction lundi matin (+0,05% à 5.606 points vers 12h10), dans un marché où les opérateurs s'abstiennent de toute prise d'initiative, comme en témoigne le volume d'échanges très resserré de 450 millions d'euros. "Les indices européens devraient ouvrir en légère progression ce matin à l’entame d’une semaine ou la BCE pourrait bien casser la tendance haussière de ces deux dernières semaines en n'apportant pas de "munitions" nécessaires pour combattre le manque d’inflation en zone euro" anticipaient les experts de Mirabaud Securities dans leur note matinale.

"Deux "market-movers" devraient animer les échanges dans les 10 séances à venir, la BCE ce jeudi 12 septembre et la Fed le mercredi 18" souligne pour sa part Nicolas Chéron, responsable de la recherche marchés de Binck.fr. La réunion, jeudi, de l'institution monétaire européenne sera l'avant-dernière sous la présidence de Mario Draghi avant l'arrivée en octobre de Christine Lagarde. "Toutes les mesures qui ne seraient pas à la hauteur des espoirs du marché seraient sanctionnées immédiatement", préviennent les experts de Mirabaud Securities Genève.

Ces annonces sont d'autant plus attendues par les investisseurs que les derniers indicateurs économiques en provenance de Chine ravivent les craintes d'une récession mondiale à venir. Dernier en date d'une série de signaux montrant un ralentissement de l'activité économique, les exportations chinoises ont connu, contre toute attente, une contraction (-1,0%) sur fond de guerre commerciale avec les États-Unis, après avoir bien résisté en juillet (+3,3%). En outre, dans un contexte de demande intérieure en berne, les importations chinoises ont poursuivi leur repli en août (-5,6% sur un an), à un rythme inchangé par rapport à juillet.

Ces données ont incité Pékin à abaisser (de nouveau) de 0,5 point de pourcentage le taux de réserves obligatoires des banques. Il s'agit de la troisième baisse depuis le début de l'année et celle-ci "revient à dégager quelque 900 milliards de yuans (114,5 milliards d'euros) de liquidités pour soutenir l'activité économique" détaille Mirabaud Securities.

La croissance du PIB japonais au deuxième trimestre a également été revue en baisse, à +0,3% par rapport au trois premiers mois de l'année, au lieu de +0,4% initialement prévu. De son côté, la Banque de France, qui constate un essoufflement de l'activité en septembre, a maintenu sa prévision de croissance (+0,3%) du PIB inchangé au troisième trimestre. Enfin, la croissance du Royaume-Uni est légèrement repartie en juillet (+0,3%) après une contraction au deuxième trimestre (-0,2%), ce qui pour les analystes semblait éloigner la perspective d'une récession en pleine crise du Brexit.

Air France - KLM plombé par son avertissement sur les réservations

Seule actualité à signaler sur le front des valeurs, la chute du titre Air France - KLM (-8,3% à 12h40) en réaction à l'avertissement de la compagnie franco-néerlandaise sur les réservations de dernière minute plus faibles que prévu. Le titre revient à son plus bas depuis fin juillet dernier.

Dans le même temps, Renault avançait de 1,7% alors que le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, éclaboussé par une affaire de prime indûment perçue, compte quitter prochainement ses fonctions à la tête du groupe japonais (détenu à 43% par la firme au losange), selon plusieurs médias locaux.

Le palmarès du CAC 40 est dominé par les valeurs bancaires lundi matin (+2,3% pour Société Générale, +1,9% pour Crédit Agricole et +1,7% pour Société Générale), portées par les spéculations sur le système de taux par paliers envisagé par la BCE, dit "tiering", pour compenser les effets des taux négatifs sur la rentabilité des banques. Les marchés intégrant désormais à près de 100% la probabilité d’une baisse de 10 pb du taux de dépôt, et même de 60% à 80% celle d'une baisse de 20 pb au-delà du -0,40% actuel, la BCE devrait prendre des mesures compensatoires dans le deuxième cas, sous la forme d'un mécanisme de paliers qui permettrait à certaines banques de réduire le coût sur une partie de leurs réserves excédentaires.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut sont orientés à la hausse pour la quatrième séance consécutive, en réaction aux déclarations du nouveau ministre saoudien du Pétrole, le frère du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a réitéré la volonté de Riyad de respecter ses engagements en matière de limitation de la production afin de soutenir les cours. Peu avant 13h, le baril de Brent gagne 0,62% à 6192 dollars et celui de WTI avance de 0,76% à 56,95 dollars. Enfin, la monnaie unique dévisse encore face au billet vert, lâchant 0,98% à 1,1026 dollar à 13h.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+303.10 % vs -12.46 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat