Bourse > Cac 40 > Cac 40 : La Bourse de Paris termine la semaine sous la pression des tensions géopolitiques
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 362.88 +0.21 % Temps réel Euronext Paris
5 362.53Ouverture : 5 371.62+ Haut : 5 347.61+ Bas :
+0.01 %Perf Ouverture : 5 351.74Clôture veille : 2 279 480 KVolume :

Cac 40 : La Bourse de Paris termine la semaine sous la pression des tensions géopolitiques

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a fini en net recul vendredi (-1,06%), achevant la semaine dans la morosité, des tensions géopolitiques persistantes faisant souffler un vent glacial sur le marché d'actions.

L'indice CAC 40 a reculé de 54,31 points à 5.060,92 points, dans un volume d'échanges assez étoffé pour la saison de 3,37 milliards d'euros. La veille, il avait fini en baisse de 0,59%.

Au cours de la semaine écoulée, la cote a cédé 2,73%. Ses gains depuis le 1er janvier atteignent 4,08%.

L'indice phare parisien a débuté en baisse avant d'accentuer son recul, les derniers développements géopolitiques continuant de créer de la nervosité.

Les dirigeants nord-coréen et américain semblent en effet engagés dans une escalade verbale depuis plusieurs jours, suscitant un repli vers les actifs jugés moins risqués, comme l'or ou les dettes d'Etat.

"Il y a un phénomène mondial d'aversion au risque. La question est: que fera l'Europe si les Etats-Unis corrigent fortement?", interroge Alexandre Baradez, analyste pour IG France.

"La volatilité a grimpé fortement depuis hier. Le risque est qu'il y ait un emballement. La nervosité ambiante est bien supérieure à son niveau d'il y a une semaine", ajoute le spécialiste.

Inflation inférieure aux attentes

En outre, des gérants de portefeuilles étant absents en raison de la trêve estivale, "il pourrait y avoir des ordres déclenchés automatiquement à certains niveaux, ce qui avait eu lieu en août 2015, avec des réactions épidermiques très rapides", poursuit M. Baradez.

Du côté des indicateurs, l'inflation américaine a été dévoilée. L'indice des prix à la consommation (CPI) a augmenté de 0,1% alors que les analystes attendaient une hausse de 0,2%. Sur un an, il a grimpé de 1,7%.

"L'inflation est sous les attentes, or une inflation faible induit une Réserve fédérale qui restera accommodante. Cela a permis de donner une bouffée d'air au marché", analyse M. Baradez.

Toutefois, "tant que la question nord-coréenne ne se tasse pas, il y a des risques d'avoir des corrections", nuance-t-il.

L'Allemagne a de son côté annoncé une inflation sur un an de 1,7% en juillet, tandis qu'en France les prix ont affiché une hausse de 0,7% sur un an.

Sur le terrain des valeurs, les titres liés au secteur pétrolier ont particulièrement souffert à l'image de TechnipFMC (-2,56% à 22,43 euros), Total (-1,81% à 42,75 euros) ou Vallourec (-2,29% à 4,52 euros).

Les valeurs minières ont aussi souffert des incertitudes géopolitiques à l'instar d'ArcelorMittal (-4,54% à 21,89 euros) ou Aperam (-2,49% à 41,83 euros).

Le secteur bancaire a été affecté, Société Générale perdant 1,41% à 47,22 euros, BNP Paribas cédant 1,50% à 65,69 euros et Crédit Agricole reculant de 0,79% à 15,09 euros.

Parmi les valeurs du CAC 40, seul Carrefour a terminé dans le vert, sur une nette progression de 1,19% à 20,40 euros.

ADP a fini mal orienté (-1,22% à 142 euros). Les aéroports parisiens ont pourtant enregistré en juillet un trafic en hausse de 4,3% avec une forte progression sur toutes les régions du monde, en particulier l'Afrique et l'Outre-mer.

Avec AFP

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...