Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 598.61 -0.33 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris signe une performance inédite en novembre

lundi 30 novembre 2020 à 18h25
Le CAC 40 s'adjuge 20% en novembre

(BFM Bourse) - En net repli lundi, le CAC 40 a néanmoins progressé de plus de 924 points en novembre, soit plus 20% de gains, du jamais-vu, grâce aux progrès réalisés par les laboratoires vers la mise au point de vaccins et aux résultats de l'élection américaine.

Une performance historique. Malgré un brusque coup de frein (-1,42%) ce lundi, dernière séance du mois, le CAC 40 a gagné 20,12% en novembre à 5.518,55 points. Soit, de très loin, sa meilleure performance mensuelle en valeur absolue (plus de 924 points regagnés par rapport à octobre) et la deuxième meilleure performance mensuelle en pourcentage. Il faut remonter à février 1988 (Mylène Farmer chantait Sans contrefaçon et La vie est un long fleuve tranquille se hissait au box-office) pour trouver un gain plus important : l'indice tout neuf avait flambé de 24,47% pour franchir pour la première fois la barre des 1000 points.

La multiplication des données encourageantes obtenues à l'issue d'essais à grande échelle pour différents vaccins, permettant d'envisager un démarrage des campagnes de vaccination contre le coronavirus début 2021 voire même à la fin de l'année dans certains cas, a joué un rôle de puissant catalyseur ce mois-ci. La victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle aux Etats-Unis (conjuguée, ce n'est pas anecdotique, au maintien d'une cohabitation entre les deux chambres du parlement américain) est également apparue comme un soulagement aux yeux des investisseurs.

Néanmoins, après une telle envolée, la tentation des prises de bénéfices se fait de plus en plus pressante, d'autant que sur le plan sanitaire, si la situation tend à s'améliorer nettement en Europe, elle est de plus en plus préoccupante aux Etats-Unis, où une certaine fraction des établissements hospitaliers arrive à saturation face à la progression continue des cas de coronavirus.

Aux Etats-Unis, les indices reculaient également, de -0,5% pour le Nasdaq jusqu'à -1,2% pour le Dow Jones - qui devrait néanmoins signer sa meilleure performance depuis trois décennies.

Vers un prolongement des coupes de l'Opep?

Alors que l'actualité se faisait plus calme, l'attention des investisseurs se portait ce lundi sur la réunion de l'Opep et de ses alliés, parmi lesquels la Russie. Face à un marché du brut toujours déprimé par la pandémie de coronavirus, les membres du cartel pourraient décider de prolonger le niveau de réduction de leur production actuelle au-delà du 1er janvier. Selon l'accord en vigueur décidé en avril, le retrait actuel du marché de 7,7 millions de barils par jour doit être ramené à 5,8 millions à compter de janvier 2021, mais la plupart des observateurs tablent sur un report de trois, voire six mois, la deuxième vague n'ayant pas été anticipée alors.

Les ministres influents du cartel (saoudiens et russes en tête) ont d'ailleurs envoyé ces dernières semaines des signaux en ce sens. Mais la récente remontée des prix, portée par les annonces de laboratoires pharmaceutiques comme AstraZeneca, Pfizer/BioNTech ou Moderna à propos d'un prochain vaccin contre le Covid-19, ramène une dose d'incertitude qui n'est pas sans rappeler les précédents sommets. En fin de journée, le recul se confirmait pour les cours : le baril de Brent cédait 1,6% à 47,48 dollars, quand celui de WTI refluait de 1,52% à 44,84 dollars.

L'activité en Chine repart

Côté statistiques, la reprise économique s'accélère encore en Chine, où la croissance de l'activité manufacturière s'est inscrite en novembre à son plus haut niveau depuis plus de trois ans. La production industrielle du Japon a également augmenté plus fortement que prévu (+3,8%) en octobre par rapport à septembre.

Avis de grand calme sur le front des valeurs, où le compartiment pétrolier souffrait avant la réunion de l'Opep. Total cédait ainsi presque 5% au sein du CAC, quand les parapétroliers CGG (-6,9%), Vallourec (-8,7%) et TechnipFMC (-4%) rétrocédaient une partie de leurs récents rebonds.

Après les gains conséquents accumulés sur le dernier mois, le secteur financier subissait aussi une nette dévaluation. Société Générale perdait -3,7%, BNP Paribas -2% et Crédit Agricole -1,9%. Axa demeurait proche de l'équilibre (-0,1%) après l'annonce de la cession de ses activités dans la région du Golfe au géant de l'assurance koweïtien Gulf insurance group (CIG) pour 225 millions d'euros.

Nouveau partenariat d'envergure pour Gaussin dans l'hydrogène

Parmi les plus petites valeurs, le spécialiste des véhicules de manutention intelligents Gaussin a flambé de 27,3% en réaction à son annonce d'un nouveau partenariat, avec le mastodonte américain Plug Power, dans les piles à combustible, moins de deux mois après avoir noué une alliance avec Faurecia dans les réservoirs, qui permet au groupe de se renforcer encore sur le segment prometteur de l'hydrogène.

AB Science a progressé de 1,3% après l'attribution par la Banque européenne d'investissement d'un prêt pouvant aller jusqu'à 15 millions d'euros pour développer sa molécule masitinib en tant que traitement de la pneumopathie à coronavirus pour prendre 3,2%.

Enfin, sur le Forex, après une incursion à plus de 1,20 dollar (une première depuis septembre) sur fond d'optimisme quant aux vaccins et d'anticipations d'une politique toujours plus accommodante de la Fed, l'euro redescendait de 0,14% à 1,1946 dollar.

G. B. - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.60 % vs +12.62 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat