Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Les cours du pétrole retrouvent leur niveau de mars grâce aux espoirs sur les vaccins

mercredi 25 novembre 2020 à 12h18
Le pétrole au plus haut depuis début mars

(BFM Bourse) - Les cours du Brent et du WTI reviennent sur des niveaux inexplorés depuis mars, portés par la perspective d'un renchérissement de la demande après les annonces sur le front d'un vaccin.

L'optimisme sur la demande provoque une vive remontée des cours de l'or noir. Après avoir terminé en forte hausse mardi (+3,90% à 47,86 dollars pour le Brent et +4,29% à 44,91 dollars pour le WTI), les deux principales références mondiales de brut ont même renoué avec leur niveau du 6 mars dernier, avant que la pandémie de Covid-19 n'assombrisse totalement les perspectives du marché.

Le possible rebond de la demande de brut induit par les espoirs de vaccins soutient de fait le moral des investisseurs, tout comme le feu vert de Donald Trump à la transition politique avec l'équipe du président élu Joe Biden.

"Avoir fait passer le prix du Brent au-dessus de 46 dollars le baril est un signe de confiance sans précédent depuis que le Covid-19 a commencé à décomposer le moral du marché au cours de la première partie de l'année", estime Louise Dickson de Rystad Energy. Les cours des hydrocarbures semblent d'ailleurs bien partis pour enregistrer une 4e séance consécutive de hausse, le baril de Brent reprenant encore 1,51% à 48,50 dollars vers 11h50 mercredi, quand le baril de "light sweet crude" texan s'adjuge à 45,56 dollars (+1,32%).

Trois vaccins en bonne voie

"Les nouvelles concernant les vaccins ont été très favorables aux prix du pétrole et l'annonce d'AstraZeneca/Oxford (lundi) a permis aux prix de franchir leurs précédents sommets de la fin de l'été", constate Craig Erlam, analyste de Oanda. À date, trois laboratoires (AstraZeneca, Pfizer/BioNTech et Moderna) ont déjà fait part d'une bonne efficacité de leur futur vaccin respectif contre le Covid-19.

"Le fait d'avoir trois essais de vaccins réussis et des demandes d'autorisation en cours ainsi que des déclarations selon lesquelles les campagnes de vaccination pourraient commencer plus tôt que prévu, font espérer qu'à l'approche de 2021 on sortira de ce cycle de destruction de la demande de pétrole du dernier trimestre", souligne Louise Dickson, qui estime que la principale question est désormais de savoir "ce que fera l'Opep+ en janvier".

Réunion cruciale de l'Opep+

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés de l'Opep+ parmi lesquels la Russie se retrouvent en début de semaine prochaine pour statuer sur l'accord de réduction de la production qui les lie depuis le 10 avril dernier.

Selon celui-ci, le retrait actuel du marché de 7,7 millions de barils par jour doit être ramené à 5,8 millions à compter de janvier 2021 mais beaucoup d'observateurs de marché tablent sur un report de trois à six mois.

Cet optimisme sur la demande et sur le maintien des coupes de production actuellement en vigueur l'emportent nettement sur l'annonce, par l'American Petroleum Institute (API), d'une hausse plus importante que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis. Alors que le marché prévoyait un tirage de 333.000 barils de pétrole brut avant les vacances de Thanksgiving, les stocks de brut ont bondi de 3,8 millions de barils au cours de la semaine se terminant le 20 novembre, selon les données de l'API.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +42.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat