Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 552.34 +0.03 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris salue l'arrivée de Christine Lagarde à la tête de la BCE avec un nouveau sommet annuel

mercredi 3 juillet 2019 à 13h15
La Bourse de Paris salue l'arrivée de Christine Lagarde à la tête de la BCE

(BFM Bourse) - La nomination du tandem Christine Lagarde - Ursula von der Leyden à la tête respectivement de la BCE et de la Commission européenne est bien accueilli par le marché qui s'attend à ce que l'ancienne dirigeante du FMI poursuive dans la lignée accommodante de Mario Draghi. La Bourse de Paris affiche un gain de 0,69% vers 12h30.

Le CAC 40 avance nettement mercredi matin (+0,69% à 5.615,52 points) vers 12h35 dans un volume d'échanges limité de 720 millions d'euros. Après trois séances consécutives de hausse, le baromètre de la place parisienne touche ainsi un nouveau plus haut annuel en franchissant, pour la première fois de 2019, le seuil des 5.600 points. Si l'effet de la rencontre tant attendue entre Xi Jinping et Donald Trump s'est rapidement dissipé sur les marchés -les investisseurs ayant pris conscience que les avancées sur le front commercial étaient minces et que tout restait à faire- la Bourse de Paris réagit mercredi à la double nomination de la française Christine Lagarde à la tête de la BCE et de l'allemande Ursula von der Leyden à la présidence de la Commission européenne.

Après 48 heures de marchandages, à Bruxelles, les dirigeants européens ont donc accordé leurs violons sur un casting féminin pour diriger l'UE. La nomination de l'ancienne présidente du FMI à la tête de l'institution monétaire a propulsé mercredi les taux d'emprunt européens à dix ans à de nouveaux plus bas historiques, le marché voyant en Christine Lagarde le choix de la continuité par rapport à la politique très accommodante menée par l'actuel président de la BCE, Mario Draghi. Le taux d'emprunt à dix ans de l'Allemagne, ou "Bund", qui fait référence sur le marché européen de la dette, est ainsi tombé mercredi jusqu'à -0,381%.

Pour Hervé Goulletquer, stratégiste à la Banque Postale Asset Management, il ne fait aucun doute que "c’est évidemment sur la préférence donnée à Christine Lagarde que les marchés vont s’arrêter" mercredi. Si l'expert rappelle qu'elle n'est "ni une experte en politique monétaire, ni une spécialiste des marchés financiers", les observateurs lui reconnaissent trois grandes qualités : "être une "grosse bosseuse", avoir un vrai sens de la négociation et savoir s'entourer", et "c'est peut-être là le plus important" ajoute Hervé Goulletquer.

Les opérateurs vont avoir peu de temps pour digérer cette information puisqu'ils vont prendre connaissance, en début d'après-midi, d'une série d'indicateurs importants. À commencer par les chiffres de l'indice PMI services d'IHS Markit pour juin en zone euro, particulièrement attendu après le recul des PMI manufacturier en Chine et en zone euro. Aux États-Unis, ce sont les données des créations d'emploi dans le secteur privé (enquête ADP) pour juin qui focaliseront l'attention, ainsi que celles de la balance commerciale pour le mois de mai. Toujours outre-Atlantique, les commandes industrielles pour mai et l'indice d'activité ISM dans les services complètent cet agenda très chargé. Les opérateurs attendent de bonnes nouvelles pour compenser l'indicateur décevant de l'activité dans les services, en Chine, qui a connu en juin son rythme de progression le plus faible depuis quatre mois selon un indice indépendant publié mercredi.

À noter qu'en raison de la fête nationale du 4 juillet, Wall Street n'ouvre que pour une demi-séance et sera fermée dès 13h. Mardi, le S&P 500 a de nouveau touché un record à la Bourse de New York, malgré une séance plutôt calme principalement marqué par le plongeon des cours du pétrole (-4%) sur fond de craintes d'un ralentissement mondial.

Peu d'actualité à signaler sur le front des valeurs, où les seuls mouvements notables sont à mettre sur le compte de changements de recommandation des analystes. Valeo (-2,4%) souffre ainsi d'un abaissement du conseil de MainFirst de "neutre" à "sous-performer", le bureau d'études ayant par ailleurs ramené sa cible à 31 euros contre 36 euros auparavant. Au sein de l'indice phare, on peut également souligner les jolies performances de Pernot Ricard (+2,1% et Vinci (+2%).

Sur le marché pétrolier, l'heure est à un timide rebond au lendemain d'un plongeon de plus de 4% pour les deux références mondiales de brut, malgré le prolongement de l'accord de l'Opep+ en vue de limiter l'offre d'or noir. Vers 13h15, le baril de Brent reprend 0,40% à 63,07 dollars et celui de WTI grappille 0,51% à 56,82 dollars. Enfin, à la même heure, l'euro reprend un peu de vigueur face au billet vert, à 0,1% et 1,1299 dollar.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+281.40 % vs +11.69 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat