Bourse > Cac 40 > Cac 40 : La Bourse de Paris débute la semaine dans le vert
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 387.38 +1.34 % Temps réel Euronext Paris
5 330.05Ouverture : 5 389.32+ Haut : 5 327.03+ Bas :
+1.08 %Perf Ouverture : 5 316.01Clôture veille : 3 063 560 KVolume :

Cac 40 : La Bourse de Paris débute la semaine dans le vert

La Bourse de Paris débute la semaine dans le vertLa Bourse de Paris débute la semaine dans le vert

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a terminé dans le vert lundi (+0,43%), les investisseurs ayant mis de côté les incertitudes commerciales après l'échec du sommet du G7 pour se concentrer sur des signaux positifs arrivant d'Italie, dans l'attente de réunions de banques centrales. Après avoir ouvert en hausse, la cote parisienne a conservé cette tendance tout au long de la journée. Elle a eu du mal à gagner du terrain dans la matinée mais elle a pris de l'élan en fin de séance.

"Les indices ont plutôt bien encaissé le weekend très perturbé avec le fiasco du G7, mais certains secteurs ont souffert, comme celui de l'automobile", a commenté auprès de l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France. Au terme de ce sommet du G7, le président américain Donald Trump a retiré son soutien au communiqué final malgré un compromis forgé de haute lutte sur les questions commerciales quelques heures auparavant et a menacé de nouveau d'une taxe douanière de 25% sur les voitures étrangères importées aux Etats-Unis.

Les marchés se montraient surtout rassurés après des déclarations du nouveau ministre italien de l'Economie, Giovanni Tria, qui a affirmé dimanche que son gouvernement était "unanime" quant au maintien de l'Italie dans la zone euro. "C'est la question italienne qui a permis à l'indice de bien rebondir, ce sont des propos que le marché aime entendre", a précisé le spécialiste.

Dans le sillage des déclarations de M. Tria, les taux d'emprunt italiens à dix ans se sont nettement détendus. "Les taux n'ont pas été trop mal orientés, ce qui a soutenu le secteur bancaire, qui avait beaucoup souffert ces dernières semaines", a souligné M. Baradez. "Mais la grande question est +s'agit-t-il d'un rebond technique ou d'un nouvelle tendance?+ A ce stade, il serait un peu dangereux de conclure qu'il s'agit de la fin du stress par rapport à l'Italie", a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) sera suivie de près, d'autant plus que certains membres de l'institution ont déclaré récemment qu'une discussion aurait lieu sur la fin du programme d'achats d'actifs. "Quelques statistiques un peu décevantes ont été publiées ce matin, peut-être que le marché s'en sert aussi pour se dire que la BCE ne va pas trop appuyer sur le frein monétaire", a suggéré l'analyste. La Réserve fédérale américaine achèvera quant à elle sa réunion mercredi, une nouvelle hausse des taux directeurs étant largement anticipée par les marchés à cette occasion.

Sur le front des valeurs, Société Générale a gagné 1,58% à 37,82 euros. La banque, qui a démenti début juin tout projet de rapprochement avec la banque italienne UniCredit, a affirmé samedi par la voix de son président Lorenzo Bini Smaghi que l'union bancaire européenne doit "permettre à terme la création de banques paneuropéennes". Le secteur bancaire dans son ensemble a terminé dans le vert, à l'image de BNP Paribas (+1,82% à 54,68 euros), Crédit Agricole (+1,60% à 12,08 euros) ou Axa (+0,85% à 21,99 euros).

Le secteur automobile a, au contraire, clôturé dans le rouge (Peugeot -0,53% à 20,49 euros, Renault -0,71% à 82,91 euros et Michelin -0,86% à 115,45 euros), après les déclarations de Trump au sujet des taxes douanières sur les importations de voitures.

Air France-KLM a cédé 0,56% à 6,78 euros. L'intersyndicale d'Air France a lancé vendredi un appel à la grève du 23 au 26 juin inclus.

Le secteur des satellites a été bien orienté dans le sillage du britannique Inmarsat, qui a rejeté une offre de rachat d'Echostar, jugée trop faible. SES a pris 0,64% à 15,70 euros et Eutelsat +3,06% à 17,86 euros.

ADP s'est adjugé 1,82% à 179,20 euros, après des informations dans la presse évoquant des progrès dans le projet de privatisation de la société.

A l'inverse, Eramet a lâché 7,04% à 128,00 euros. Le groupe avait annoncé fin avril une offre publique d'achat sur la totalité des actions de la société australienne Minerals Deposits Limited (MDL). Mais deux groupes d'actionnaires de MDL ont passé une alliance selon l'Australian Financial Review, ce qui pourrait rendre plus difficile cette OPA.

AFP

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...