Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 885.13 -0.98 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris chute de près de 4%, du jamais-vu depuis le vote sur le Brexit en 2016

lundi 24 février 2020 à 17h42
La Bourse de Paris chute de près de 4%, du jamais-vu depuis le vote sur le Brexit en 2016

(BFM Bourse) - Après avoir tenté de relativiser les risques liés au coronavirus, la Bourse de Paris a été violemment rattrapée lundi par les craintes engendrées par la multiplication des foyers infectieux en dehors de Chine, en Italie notamment. L'indice CAC 40 a subi sa plus forte baisse en une séance depuis juin 2016.

Sauve-qui-peut sur le marché parisien. Après une ouverture en net repli (-2,55%), le CAC 40 a accentué ses pertes devant l'aggravation de la crise sanitaire liée à la propagation de l'épidémie de coronavirus hors de Chine, qui fait peser un risque encore difficile à évaluer sur l'économie mondiale. L'indice est tombé sous la barre de 5.800 points, cédant 3,94% à 5.791,87 points en clôture. Une chute dont l'ampleur dépasse donc celle du 2 août dernier. En fait, l'indice parisien n'avait pas autant dégringolé en une séance depuis juin 2016 et le vote britannique en faveur du Brexit.

Les autres places européennes ne sont pas en reste avec -3,46% à Londres, -3,96% à Francfort et -5,28% à Milan, alors que le nombre de cas recensés en Italie a explosé (de 3 vendredi à plus de 150, dont désormais 5 décès). Une dizaine de villes dans le Nord de l'Italie, poumon économique du pays, sont désormais en quarantaine.

Outre-Atlantique, le Dow Jones abandonnait 3,1%, le S&P 500 2,8% et le Nasdaq 3,6% au moment de la clôture des places européennes.

Le luxe, l'automobile et Air France - KLM plongent

Fait suffisamment rare pour être souligné, aucune des quarante valeurs du CAC 40 ne parvenait à afficher de gains à la clôture, et seulement deux titres (les opérateurs de satellites SES Global et Eutelsat) à l'échelle de l'indice large SBF 120.

Les secteurs du transport, de l'hôtellerie, des matières premières, de l'automobile et du luxe, les plus exposés à l'évolution de la croissance économique mondiale qui pourrait être sévèrement revue à la baisse dans les prochains jours, ont été les plus fortement sanctionnés.

Au sein du CAC 40, STMicroelectronics a flanché de 7,%, Peugeot de pratiquement autant, Renault de 6,6% et Accor de 5,6%.

Quelques petites valeurs profitent de la propagation du virus

De façon anecdotique, une poignée de petites valeurs ont échappé à la chute généralisée en raison de leur exposition à la lutte contre la propagation de la maladie. Ainsi Orapi, fabricant de produits d'hygiène professionnelle, s'est envolé de 26%. UV Germi, une entreprise corrézienne qui a développé un système de dépollution de l'eau, des surfaces mais également de l'air ambiant -détruisant germes et virus- grâce à une technologie à base d'ultra violets, a pris plus de 30% de son côté.

Le brutal regain d'aversion au risque a poussé les investisseurs à placer leurs avoirs vers les produits sans risque que sont les emprunts d'Etat, ce qui s'est traduit par une forte baisse des rendements des obligations. Le rendement de référence pour la zone euro, celui du Bund allemand, tombait à un plus bas depuis octobre à -0,5% (il s'agit d'un rendement négatif, autrement dit le prix auquel s'échange l'obligation est supérieur au montant qui sera remboursé à l'échéance). À contre-courant, le rendement des "BTP" de l'Italie chutaient, les investisseurs délaissant la dette italienne en raison de la situation sanitaire dans le nord du pays.

L'or a aussi bénéficié de son statut refuge, l'once se hissant à 1672,63 dollars, soit 1541,19 euros (un nouveau pic historique pour le cours exprimé en euros, étant donné l'affaiblissement ces derniers mois de la monnaie unique face au dollar).

Le pétrole au plus bas depuis quinze jours

Sur le marché des changes, l'euro très attaqué la semaine dernière tentait de reprendre un peu de hauteur en fin de séance européenne à 1,0856 dollar (+0,08%).

Les cours pétroliers succombaient également à 50,89 dollars le baril de brut texan WTI (-4,66%) et 55,03 dollars le baril de Brent européen (-5,93%).

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+311.20 % vs -1.73 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat