Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Malgré un bénéfice net divisé par deux au premier semestre, Saudi Aramco maintient son dividende

lundi 10 août 2020 à 17h20
Saudi Aramco voit son bénéfice net diviser par deux au S1

(BFM Bourse) - Confronté à un effondrement des cours de l'or noir et contraint de réduire sa production, le géant pétrolier saoudien a vu son bénéfice net fondre de 50% sur les six premiers mois de l'année, et même de 73% entre avril et juin. Ce qui ne l'empêchera pas de distribuer plus de 18 milliards de dollars de dividendes pour le compte du deuxième trimestre.

Les temps sont durs pour le "vrai" roi du pétrole. Le mastodonte pétrolier saoudien Saudi Aramco a fait état dimanche d'une chute de 73,4% de son bénéfice net au deuxième trimestre 2020 par rapport à l'année précédente en raison de l'effondrement des prix de l'or noir sur fond de crise du Covid-19. L'entreprise publique a ainsi affiché un bénéfice net d'environ 6,6 milliards de dollars (environ 5,6 milliards d'euros) pour avril-juin 2020, contre 24,7 milliards de dollars pour la même période l'année dernière.

"Les turbulences liées à la réduction de la demande et à la baisse des prix du pétrole se reflètent sur nos résultats du deuxième trimestre", a déclaré le PDG de l'entreprise, Amin Nasser, dans un communiqué.

Sur l'ensemble du premier semestre, le bénéfice net d'Aramco a chuté de 50,5%, à 23,2 milliards de dollars, contre 46,9 milliards de dollars pour la même période l'année dernière.

Premier exportateur -et deuxième producteur derrière les États-Unis- de brut au monde, l'Arabie saoudite a vu ses revenus pétroliers durement affectés par le double choc de la faiblesse des prix et des fortes réductions de production. Le prix du pétrole a atteint en avril et en mai son niveau le plus bas depuis deux décennies, en dessous de 20 dollars le baril, en raison de la destruction de la demande liée aux mesures de confinement prises à travers le monde.

Les prix ont ensuite remonté pour se stabiliser au-dessus des 40 dollars par baril après que plusieurs pays producteurs (Opep+) ont accepté de réduire la production.

À la suite de ces réductions, la production saoudienne de pétrole est tombée à seulement 7,5 millions de barils par jour en juin, bien en dessous de sa moyenne de l'année dernière de 10 millions de barils par jour.

Les bénéfices d'Aramco ont également été affectés par les résultats de Saudi Basic Industries Co. (SABIC), le géant de la pétrochimie que le mastodonte pétrolier a acquis pour 69 milliards de dollars dans le cadre d'un accord conclu en 2019 et achevé en juin de cette année, dont la perte nette a atteint 872 millions de dollars sur les six premiers mois de l'année.

Malgré ce contexte délicat, Aramco distribuera 18,75 milliards de dollars de dividendes pour le deuxième trimestre, comme il l'avait fait sur les trois premiers mois de son exercice 2020, afin de tenir ses promesses de distribution d'au moins 75 milliards de dollars de dividendes par an pendant cinq ans, selon Amin Nasser.

Pour rappel, Saudi Aramco avait signé début décembre 2019 la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire en ne cédant que 1,5% de son tour de table, ce qui lui avait permis de lever quelque 25,6 milliards d'euros. 98,5% des 75 milliards de dollars de dividendes sont donc directement distribués à l'État saoudien, qui prélève par ailleurs 50% des bénéfices nets du géant pétrolier (soit 112 milliards de dollars en 2019, sur un bénéfice net avant impôts de 224 milliards).

Les dépenses de l'État saoudien ont atteint un record de 295 milliards de dollars en 2019, les contributions de Saudi Aramco (impôts sur le bénéfices et dividendes, sans compter le reste) atteignent donc près des deux tiers de ce budget global, c'est dire la dépendance de la monarchie au marché pétrolier. Les comptes saoudiens ont d'ailleurs plongé dans le rouge depuis 2014 et la chute des cours sous les 100 dollars le baril.

"Bien que la (maladie) Covid-19 ait paralysé le monde, Aramco a continué de fonctionner", a déclaré Amin Nasser.

À noter que l'effondrement du marché pétrolier sur les six premiers mois de l'année a permis à Apple de ravir à Saudi Aramco la place d'entreprise la mieux valorisée au monde, après que la capitalisation de la firme à la pomme a atteint 1.900 milliards de dollars, contre 1.760 milliard de dollars pour Aramco

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.20 % vs -2.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat