Bourse > Societe generale > Societe generale : Les banques doivent faire attention à la remontée des taux
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
49.960 € -0.66 % Temps réel Euronext Paris
49.830 €Ouverture : +0.26 %Perf Ouverture : 50.080 €+ Haut : 49.320 €+ Bas :
50.290 €Clôture veille : 3 675 470Volume : +0.46 %Capi échangé : 40 353 M€Capi. :

Societe generale : Les banques doivent faire attention à la remontée des taux

tradingsat

(Tradingsat.com) - Dans son premier rapport publié hier, l'Autorité de contrôle prudentiel fait état de "résultats globalement satisfaisants en 2010" pour les principaux groupes bancaires et d'assurance français "dans un environnement économique et financier plus favorable que celui de l'année précédente, en dépit de tensions sur le marché des titres souverains".

Ainsi, "dans le secteur bancaire, le résultat net part de groupe des cinq principaux groupes s'est établi à 22 milliards d'euros en 2010, soit une hausse de 89% (résultats agrégés des groupes BNP Paribas, Société Générale, Groupe Crédit Agricole, BPCE et Groupe Crédit Mutuel) par rapport à 2009", souligne l'ACP. Une croissance qui s'explique "essentiellement par le net repli du coût du risque (- 36 % tous métiers confondus) et par des résultats particulièrement dynamiques dans les métiers de la banque de détail (+49%)".

En matière de solvabilité, l'ACP note que "le ratio Tier One moyen des cinq principaux groupes bancaires s'établit en fin de période autour de 10,6% soit un niveau historiquement très élevé, grâce à une mise en réserve importante de leurs résultats".

"Il n'en demeure pas moins que les sources d'instabilité potentielles sont nombreuses", a toutefois mis en garde Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, lors de la présentation du rapport.

Notamment, le renouvellement des passifs, auquel les banques vont devoir procéder, risque de conduire à un renchérissement du coût des nouvelles ressources du fait dans un contexte de remontée des taux. En outre, une reprise économique trop faible pourrait faire remonter le risque de crédit sur les PME, tandis que "la volatilité accrue des marchés financiers pourrait peser sur les résultats des grands groupes et sur la liquidité de certains produits".

Enfin, le gouverneur a attiré l'attention sur le secteur immobilier, notamment résidentiel, "dans la mesure où il a connu une forte hausse des prix, à laquelle, au-delà des déséquilibres entre l'offre et la demande de logements, des taux de crédit particulièrement bas ne sont pas étrangers".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI