Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Les cours du brut bondissent à la veille du sommet de l'Opep

mercredi 4 décembre 2019 à 17h40
Les cours des barils de brut en nette hausse mercredi après-midi

(BFM Bourse) - L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (et ses alliés) se réunissent de nouveau jeudi et vendredi à Vienne. Le ministre irakien du pétrole a indiqué qu'une nouvelle baisse de la production allait être discutée. Alors que l'introduction en Bourse de Saudi Aramco se précise, cette option pourrait également séduire l'Arabie saoudite. Conséquence, les cours des principaux barils de brut bondissent mercredi.

Les prix du pétrole accroissaient leurs gains mercredi en cours d'échanges européens, et évoluaient en forte hausse dans un marché optimiste sur les relations commerciales et tandis que l'Opep et ses alliés se réunissent à Vienne jusqu'à vendredi. À 17h20, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 63,14 dollars sur l'Intercontinental Exchange londonien, en hausse de 3,83% par rapport à la clôture de mardi. À New York, le baril américain de WTI pour livraison en janvier se traitait à 58,42 dollars sur le Nymex, 4,14% plus cher que la veille.

"Bloomberg a lancé mercredi une bouée de sauvetage sur les marchés, révélant qu'un accord commercial de "phase un" était toujours dans les tuyaux malgré les divers obstacles apparus au cours de la semaine écoulée", a commenté Connor Campbell, analyste pour Spreadex. Les prix de l'or noir avaient en effet été mis sous pression mardi, après que Donald Trump a asséné qu'il n'avait "pas de date butoir" pour un accord et qu'il pourrait attendre jusqu'après l'élection présidentielle de novembre 2020. Mercredi, la Chine a également affirmé qu'elle n'avait fixé aucune date limite.

L'énième regain d'optimisme sur le front commercial ne justifie néanmoins pas, à lui seul, le sursaut des cours des références mondiales de brut.

Réunion de l'Opep jeudi et de l'Opep+ vendredi

Plusieurs ministres de membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole sont arrivés dans la capitale autrichienne pour un sommet qui doit se dérouler jeudi, suivi d'une réunion vendredi avec les dix pays alliés dont fait partie la Russie.

Après avoir atterri à Vienne mardi soir, "le ministre irakien du Pétrole a à nouveau suggéré que l'Opep+ allait étudier une nouvelle baisse de la production et qu'il ne pensait pas que les autres membres seront un obstacle", ont souligné Warren Patterson et Wenyu Yao, analystes pour ING. "Cependant, avec plusieurs membres qui ne tiennent pas leurs engagements, dont l'Irak, des pays pourraient être réticents à amplifier les baisses", ont ajouté les analystes d'ING.

Interrogé mercredi sur le sujet, son homologue saoudien le prince Abdel Aziz ben Salmane, dont c'est le premier sommet de l'Opep à ce poste, a botté en touche, tandis que le ministre koweïtien a indiqué ne pas avoir eu connaissance d'un projet de baisse supplémentaire. Pour l'instant, l'Arabie saoudite, qui a tout intérêt à voir les prix progresser alors qu'elle cherche à vendre en Bourse une partie du capital de sa compagnie nationale Aramco, compense les dépassements des autres membres en faisant du zèle. La tranche institutionnelle a été presque trois fois sursouscrite avec des commandes d’un montant de 50,4 milliards de dollars annoncées mardi par les conseillers financiers du royaume. La semaine dernière, l'entreprise avait déjà dévoilé que les souscriptions des particuliers, terminées le 28 novembre, avaient atteint environ 11,5 milliards d'euros, avec près de cinq millions de souscripteurs qui ont demandé environ 1,5 milliard d'actions, soit 1,5 fois plus que le milliard d'actions proposé.

Net recul des stocks US

Les investisseurs ont par ailleurs pris connaissance mercredi des données officielles sur les stocks américains. Lors de la semaine achevée le 29 novembre, les réserves commerciales de brut ont ainsi reculé de 4,9 millions de barils, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une baisse de 1,5 million de barils. S'il s'agit du premier recul en plus d'un mois, les prix -déjà en forte hausse avant cette annonce- n'ont que modérément réagi à la publication de l'Agence américaine d'information sur l'énergie.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+293.90 % vs +11.93 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat