Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Le baril de pétrole s'effondre au plus bas depuis plus d'un an

vendredi 23 novembre 2018 à 14h48
Le Brent à son plus bas depuis plus d'un an

(BFM Bourse) - Les cours du pétrole poursuivent leur dégringolade entamée début octobre avec une nouvelle chute de 2,5% des cours du Brent européen et de près de 3% pour le WTI américain vendredi. La référence européenne de pétrole brut retombe ainsi à son plus bas depuis octobre 2017.

On n'arrête plus la chute des cours de l'or noir. Déjà en "bear market" depuis deux semaines, les prix du pétrole ne semblent plus pouvoir s'arrêter de baisser. En effet, le contrat sur le Brent pour livraison en janvier recule de 2,85% à 60,74 dollars vers 12h, un plancher qu'il n'avait pas atteint depuis fin octobre 2017. Quant au baril de brut léger américain WTI, il cède 3,49% à 51,96 dollars, là aussi un plus bas depuis plus d'un an.

Le Brent sous les 60 dollars vers 14h30

Moins de deux heures après avoir touché son plus bas annuel, le cours du baril de Brent européen vient d'enfoncer un nouveau seuil symbolique, celui des 60 dollars, à 59,92% (-4%). Dans le même temps, le baril de West Texas Intermediate cède 4,57% à 51,38 dollars. Ce nouveau plongeon des cours de l'or noir intervient alors que Total et son PDG Patrick Pouyanné prédisent qu'une "baisse importante" de la production sera décidée lors du prochain sommet de l'Opep à Vienne, même si le marché n'y croit pas trop. À noter que le recul du baril de Brent atteint désormais plus de 30% par rapport à son pic à 86,74 dollars début octobre.

Craintes de surabondance d'offre

"Les investisseurs ont encore largement en mémoire la croissance des stocks américains (annoncée mercredi) et l'excès d'offre massif continue de contrebalancer les perspectives de réduction de la production de l'Opep", note Stephen Innes, analyste chez Oanda. De fait, les statistiques hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (AIE) ont montré une nouvelle augmentation de 4,85 millions de barils des stocks de brut à 446,91 millions, un record, alors que les économistes tablaient seulement sur une hausse de 2,9 millions de barils. Par ailleurs, la production américaine est restée perchée sur son record historique de 11,7 millions de barils par jour au cours de la dernière semaine.

Trump appelle encore à faire baisser les cours

Pour Hong Sungki, trader chez NH Investment & Securities Co. interrogé par Bloomberg, ce plongeon des cours de l'or noir est en grande partie imputable aux déclarations du président américain. "Les cours plongent car Trump continue d'appeler à des cours plus bas pour faire pression sur l'Opep et l'Arabie saoudite". "Ce qui pourrait changer la donne, c'est ce que les pays de l'Opep+ (les 24 pays producteurs de pétrole) acceptent de faire en termes d'offre" ajoute-t-il.

Réunion cruciale à Vienne dans deux semaines

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires vont se réunir à Vienne, les 6 et 7 décembre prochain. Ils devront décider s'ils réduisent ou non les quantités d'or noir qu'ils conviennent d'extraire. Il y a fort à parier qu'ils décideront de ne pas le faire puisque les trois hommes qui contrôlent le marché -Donald Trump, Vladimir Poutine et Mohammed ben Salmane- entendent garder les prix le plus bas possible. Le président américain a d'ailleurs tweeté, jeudi, "Oil prices getting lower. Thank you to Saudi Arabia but let's go lower" (ou "Les prix du pétrole chutent, merci à l'Arabie saoudite mais allons encore plus loin").

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+289.30 % vs +8.34 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat