Bourse > Apprendre la bourse > Lexique Boursier

Lexique Boursier

Dow Jones

Le Dow Jones est l’indice américain le plus ancien et le plus célèbre à travers le monde. L’origine de cet indice, qui porte le nom de ses fondateurs, dont Charles Dow (par ailleurs père de l’analyse technique), remonte à la fin du siècle dernier. En fait, l’indice porte le nom de la société Dow & Jones formée par les deux fondateurs en 1882. A l’origine, il était calculé comme une simple moyenne de cours de 12 valeurs, dont la plupart étaient des compagnies de chemin de fer. Son vrai nom est d’ailleurs Dow Jones Industrial Average. Son premier niveau calculé le 26 mai 1896 était de 40,94 points. Une méthode de calcul qui n’a pas changé, ce qui fait du Dow Jones un indice unique en son genre. Le Dow Jones est un indicateur clair du marché, malgré son calcul à faire pâlir les puristes de la statistique. A la différence du CAC 40, le Dow Jones est un indice de cours, non pondéré par les capitalisations boursières. Le niveau de l’indice est le fruit d’une simple somme arithmétique des cours des valeurs le composant. Somme affectée toutefois d’un diviseur pour tenir compte des opérations intervenues sur les titres (division du nominal, attribution d’actions gratuites…). Le critère de sélection est le secteur, puis la capitalisation dans le secteur. A la fois compréhensible et très largement diffusé, nul ne conteste sa représentativité du marché américain et son effet d’entraînement sur toutes les places mondiales. Depuis 1928, il comprend trente titres du Nyse. Les valeurs sont choisies pour leur représentativité, notamment leur capitalisation boursière au sein de chaque secteur. C’est l’équipe du Wall Street Journal (propriété de la société Dow Jones) qui a la responsabilité du choix des valeurs. Les entreprises des secteurs des transports ou des services (puisqu’elles sont présentes dans des indices spécifiques) sont exclues de l’indice. Pour y entrer, les entreprises doivent à la fois faire montre d’une longue croissance historique et jouir d’un large intérêt de la part des investisseurs. Mais, en fait, les grandes raisons de l’évolution de l’indice se limitent aux changements qui interviennent dans les sociétés qui le composent. Cependant, début novembre 1999, quatre retraits furent opérés après environ soixante-dix ans de présence et, parmi les autres entrants, trois grands noms de la nouvelle économie américaine faisaient alors leur apparition dans le célèbre indice « industriel » : Intel, Microsoft et SBC Communications (sorti depuis). Ce qui marque bien l’évolution de la société américaine, même si Hewlett-Packard comptait déjà parmi les trente depuis mars 1997. A noter que quelques sociétés, dont General Electric, ont été retirées puis réinsérées dans l’indice plusieurs fois au cours de leur histoire.