Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 970.48 +1.01 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Irrémédiablement rattrapé par la crise sanitaire mondiale

lundi 29 juin 2020 à 08h32

(BFM Bourse) - Si sur l'ensemble de la semaine passée, la variation hebdomadaire du CAC est relativement faible (-1,40%, avec très peu d'écart au demeurant entre l'ouverture lundi en baisse et la clôture de vendredi), la volatilité s'en est mêlée, sur fond de nervosité accrue par les craintes de plus en plus vives sur le développement de la pandémie de Covid. Au final, deux séances (mercredi et vendredi) de forte baisse à signaler, avec toujours ce même univers de valeurs à très fort Bêta (équipements automobiles, banques, services pétroliers, minières, services aux entreprises, aérien, aéronautique).

Les annonces de la BCE sur les TLTRO (+ prêts en euros à d'autres Banques Centrales hors union monétaire) la semaine passée ont apporté leur soutien. Pour autant, les opérateurs sont moins inconditionnellement acheteurs, et restent attentifs au développement de la pandémie.

La conjonction de plusieurs actualités liées au Covid-19, sur les 15 derniers jours, ont progressivement forcé les intervenants à davantage de prudence. Citons notamment la résurgence de nouveaux cas à Pékin, la décision de reconfiner plus de 600 000 Allemands, de nouvelles mesures de restriction de regroupements de personnes à Lisbonne, les risques avec l'arrivée de la mousson, d'un engorgement supplémentaire des infrastructures indiennes, déjà saturées, des records de nouveaux cas quotidiens dans certains Etats du sud des USA (Nevada, Texas, Floride et Arizona).

Le FMI a d'ailleurs durement révisé ses précédentes prévisions réalisées en avril, estimant désormais que la contraction du PIB mondial devrait atteindre 4,9% (contre 3,0% précédemment), alors que celle du PIB français est attendue à -12,5% (contre -7,2% en avril), un chiffre jugé "très pessimiste" par le meilleur prévisionniste au monde, le français Christophe Barraud, "compte tenu des dernières données économiques". Pour les États-Unis, le FMI table désormais sur une contraction de 8%, contre -5,9% en avril dernier.

Au chapitre statistique vendredi, rien de consistant à se mettre sous la dent côté européen. Quant aux dépenses et revenus des ménages américains, ils sont ressortis mi-figue mi-raisin ce mois-ci avec des dépenses (+8.2%) qui explosent en "post-confinement", mais moins qu'anticipé, mais des revenus qui ont poursuivi leur contraction, mais à un rythme moins alarmant qu'anticipé... Enfin, l'indice de confiance des consommateurs (U-Mich) est ressorti en données révisées à 78.1, un peu en deçà des attentes.

Côté valeurs, "Palmarès Baisse" sans réelle surprise vendredi, avec une surreprésentation de l'automobile, des services pétroliers, des banques et de la filière aérienne. Citons pour chacun de ces secteurs à forte amplification de variation indicielle Peugeot (-2,53% à 13,85 euros), Vallourec (-3,55% à 39,235 euros), Natixis (-2,62% à 2,378 euros), et Air France (-3,36% à 4,004 euros).

De l'autre côté de l'Atlantique, pertes importantes également à signaler, sur fond de craintes redoublées sur le front épidémique, sur les principaux indices sur actions à l'image du Dow Jones (-2,84% à 25 015 points), ou du Nasdaq Composite (-2,59% à 9 757 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, s'est contracté de 2,42% à 3 009 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.1220$. Le baril de WTI, l'un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 39,20$.

À l'agenda statistique ce lundi, à suivre en priorité les ventes de logements en cours aux Etats-Unis, à 16h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Des ombres hautes sur toutes les bougies du 15 au 23 juin (6 bougies) ont montré un essoufflement systématique en séance, à l'approche du seuil psychologique et symbolique des 5 000 points, sans succès. Classiquement après une longue confrontation, la volatilité s'en est mêlée, et l'indice a tracé une longue bougie rouge dite en marubozu, le camp vendeur se fédérant mercredi, au moins sur la frange des secteurs les plus attaqués pendant le krach de mars. Le camp vendeur s'est fédéré une seconde fois vendredi, avec une nouvelle fois une clôture exactement sur les points bas de séance. Les 5 000 points sont par conséquent qualifiables de résistance majeure. Nous avons par ailleurs dans l'immédiat, deux "points hauts" nettement décroissants (8 et 23 juin), qui laissent à ce stade le champ libre à un test des points bas du 15 juin, à 4 691 points. Ce test sera le cas échéant déterminant pour la suite des opérations.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5000.00 points.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale 214DZ est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
5000.00 / 5213.00 / 5509.00
Support(s) :
4770.00 / 4691.00 / 4368.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Irrémédiablement rattrapé par la crise sanitaire mondiale (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Irrémédiablement rattrapé par la crise sanitaire mondiale (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.70 % vs -0.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat