Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 765.52 -0.44 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Des interrogations fortes, une nervosité palpable

lundi 12 juillet 2021 à 08h31

(BFM Bourse) - -2% jeudi, puis +2% vendredi... Même si les deux dernières séances de la semaine n'auront rien apporté du point de vue du solde arithmétique neutre, elles nous en auront appris beaucoup sur le degré de nervosité actuel du marché, et donc sur la nécessité d'avancer prudemment.

De même que les actions, les obligations d'Etat ont connu un brusque retournement vendredi. Alors qu'elles avaient fortement attiré des investisseurs dont l'aversion pour le risque s'était soudainement réveillée jeudi, faisant de facto baisser les rendements des taux d'emprunts d'Etat, ces derniers repartent sensiblement à la hausse (le taux à 10 ans américain reprenant près de 60 points de base à 1,34%).

Côté politique monétaire, un an après son homologue américaine, la Banque centrale européenne fait son aggiornamento concernant le fameux seuil des 2% d'inflation. Ce niveau n'est plus forcément vu comme un plafond absolu, la banque centrale se laissant désormais la possibilité de laisser l'indice des prix le dépasser "légèrement" pendant un certain temps.

Au chapitre statistique, déception du côté de la production industrielle italienne (-1,5% de mai sur avril) et des stocks des grossistes américains, dont la progression en mai est ressortie à un niveau supérieur à la cible.

Côté valeurs, la "Value" a dominé le palmarès du compartiment A de la cote parisienne vendredi, l'image sans exhaustivité de Bouygues (+2,62% à 31,76% à 31,76 euros), Stellantis (+2,67% à 16,478 euros), Klepierre (+2,74% à 22,16 euros), Scor (+2,81% à 25,59 euros), Valeo (+3,27% à 24,98 euros), Airbus (+3,43% à 112,76 euros), Société Générale (+3,60% à 24,775 euros), ou Faurecia (+3,70% à 40,36%).

De l'autre côté de l'Atlantique, vert foncé en fin de semaine passée, et pluie de record tous azimuts: le Dow Jones a gagné vendredi 1,30% à 34 870 points et le Nasdaq Composite 0,98% à 14 701 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a gagné 1,13% à 4 369 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1830$. Le baril de WTI, l'un des baromètres de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 73,00$. Un reflux considérable, par rapport à la semaine passée, à mettre en rapport avec le mutisme d'un OPEP écartelé, dans l'incapacité de s'accorder sur les quotas de production du mois d'août.

A l'agenda statistique ce lundi, à suivre en priorité la réunion de l'Eurogroupe (réunion mensuelle et informelle des ministres des Finances des États membres de la zone euro). L'agenda se densifiera demain avec l'indice des prix à la consommation aux États-Unis. A noter à 20h00 ce lundi l'allocation radiotélévisée du Président français E. Macron, dont les annonces (de nouvelles restrictions ?) liées à la progression du nouveau variant du coronavirus seront analysées. Le Président va devoir jongler entre un message volontairement anxiogène pour inciter à une poursuite de la vaccination, notamment chez les plus réticents et les procrastinateurs, et un message encourageant, notamment en direction des chefs d'entreprise, en proie à une problématique de remboursement de dettes.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

En huit séances entre le 18 et le 29 juin, l'indice phare de la Bourse parisienne, le CAC 40, aura clôturé à quatre reprises sur les points bas de séance, preuve comme nous le mentionnions plus haut, d'un regain de nervosité. La mobilisation du camp vendeur, certes pour l'instant ponctuelle, s'est répétée les 18 juin, 23 juin, et 28 juin, avec des tests de plus en plus pressants de la moyenne mobile à 25 jours.

A la création aisée de nouveaux points hauts du 19 mai au 17 juin (un mois sans interruption) vient succéder un épisode de reflux légitime, pas encore amplifié par un sentiment de peur. L'écart entre les points bas et les points hauts hebdomadaires a accentué la matérialisation graphique de cette nervosité: la psychologie de marché est moins binaire, et l'entrée dans une phase d'interrogation empreinte de nervosité se confirme.

La décroissance des points hauts successif (18 juin, 25 juin, 1er juillet) est parlante. Dans l'immédiat, le doji ample doublé d'une structure en harami avant-hier rappelle la combinaison des 30 juin et 1er juillet, lorsque l'indice phare parisien venait de rompre sa moyenne mobile courte. Elle a été suivie d'un reflux assez net, avant une reprise dans des volumes inférieurs, en toute fin de semaine dernière.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 6646.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 6345.00 points relancerait la pression vendeuse.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Neutre
Résistance(s) :
6646.00 / 6710.00 / 6944.00
Support(s) :
6345.00 / 6220.00 / 6000.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Des interrogations fortes, une nervosité palpable (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Des interrogations fortes, une nervosité palpable (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +36.10 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat