Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 936.42 -0.82 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Soulagée par le ralentissement de l'inflation aux Etats-Unis, la Bourse de Paris rebondit sur les 6500 points

mercredi 10 août 2022 à 17h52
La Bourse de Paris est soulagée par les chiffres de l'inflation aux Etats-Unis

(BFM Bourse) - La Bourse de Paris sait saluer les bonnes nouvelles. Sans direction jusqu'à 14h30, le CAC 40 a aussitôt rebondi sur les 6500 points en réaction à des chiffres de l’inflation moins élevés que redouté aux Etats-Unis en juillet.

Faisant du surplace jusqu'en début d'après-midi, la Bourse de Paris a accéléré à la hausse après l'annonce du ralentissement de l'inflation américaine en juillet. Le CAC 40 a quasiment effacé ses pertes de la veille (-0,53%), à la faveur d'un gain de 0,52% pour clôturer à 6 523,44 points après un plus haut du jour à 6 545,64 points (+0,84%). Le rebond de l'indice parisien aurait été plus puissant si Sanofi n'avait pas rendu plus de 8,2%, toujours en difficulté après l’arrêt des recrutements des essais de son médicament contre la sclérose en plaques.

Convaincus que le pic de l'inflation a été dépassé, les marchés espèrent désormais que la Fed sera tentée d'assouplir sa position sur ses taux directeurs lors de sa réunion de politique monétaire prévue en septembre.

A Wall Street, l'attentisme a laissé place à l'euphorie, les indices majeurs rebondissaient à l'unisson au lendemain d'une séance éprouvante après les avertissements sur ventes coup sur coup des fabricants de semi-conducteurs. A la clôture des Bourses européennes, le Dow Jones gagnait 1,70%, le S&P 500 progressait de 1,9% et le Nasdaq - plus sensible à l'orientation des taux d’intérêt - rebondissait de 2,5%.

L'inflation a ralenti plus que prévu en juillet aux États-Unis, la baisse des tarifs à la pompe ayant tempéré la progression globale des prix. Contre toute attente, les prix à la consommation sont restés stables entre juin et juillet là où le consensus misait sur une hausse de 0,2% sur un mois. En rythme annuel, l'inflation a ralenti à 8,5% contre une hausse des prix de 8,7% attendue par les marchés. Joe Biden a salué mercredi "des signes que l'inflation pourrait commencer à se modérer" après un record de 40 ans à 9,1% en juin dernier. "Aujourd'hui, nous avons appris que notre économie a eu 0% d'inflation en juillet", s'est même réjoui Joe Biden.

Corrigé des prix de l'alimentation et de l'énergie, l'indice des prix de base a lui augmenté de 0,3% le mois dernier et sur un an, il est en hausse de 5,9%, comme en juin alors qu'une poussée à 6,1% était redoutée des investisseurs.

Aussitôt la statistique dévoilée, la probabilité d'une nouvelle hausse de 0,75 point de pourcentage des taux de la Fed en septembre est tombée à 34% contre près de 70% mardi. Le marché parie désormais sur une hausse d'un demi-point de pourcentage à l'issue de la prochaine réunion de la Fed prévue en septembre. Le billet vert cédait du terrain, la monnaie européenne se négociait à 1,0341 dollar (+1,24%).

Du côté des entreprises, l'actualité est encore peu fournie. Eutelsat a gagné 3,9% alors que la compagnie de transport maritime CMA CGM a déclaré avoir franchi le 5 août le seuil de 5% du capital et des droits de vote de Eutelsat, et détenir 5,03% de l'opérateur français de satellites.

Mais la palme de la plus forte hausse du jour revient à Alstom (+6,1%), le titre étant suivi d'Atos (+5,1%) et de SMCP (4,8%).

EDF a terminé en légère baisse de 0,2%, l'énergéticien a déposé ce jour un recours contentieux auprès du Conseil d’Etat, et une demande indemnitaire, pour un montant estimé à date de 8,34 milliards d'euros, auprès de l'Etat.

En queue de CAC, Sanofi (-8,2%) reste pénalisé par la suspension des recrutements à l’échelle mondiale pour des essais menés sur son médicament tolébrutinib dans la sclérose en plaques.

Poujoulat termine la séance à l'équilibre, le groupe basé dans les Deux-Sèvres a enregistré une croissance de 34% au premier trimestre de son exercice 2022-2023, grâce à l'appétence des consommateurs pour les équipements à énergie bois et au marché de la rénovation

Les prix du pétrole restent orientés à la baisse, plombés par un potentiel retour du brut iranien sur le marché avec la négociation de l'accord sur le nucléaire et l'annonce d'une hausse des stocks américains la semaine passée. Le baril de Brent de la mer du Nord se repliait de 1% à 95,58 dollars tandis que le WTI perdait 0,9%, à 89,85 dollars.

Sabrina Sadgui - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+314.00 % vs +19.42 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat