Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 280.32 -1.23 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Nerveux avant la Fed, le CAC reflue sensiblement dans le sillage de Wall Street

vendredi 21 janvier 2022 à 12h19
Le CAC 40 reflue nettement dans le sillage de Wall Street ce vendredi

(BFM Bourse) - Après trois hausses lors des quatre dernières séances, le CAC reflue sensiblement ce vendredi sous l'effet de l'accentuation de la correction du Nasdaq, toujours sur fond de craintes de resserrement monétaire anticipé. L'indice vedette se dirige à ce stade vers une performance hebdomadaire légèrement négative.

S'il s'est nettement décorrélé de Wall Street (+0,6% pour le CAC 40 et -5,9% pour le S&P 500 depuis le 1er janvier) grâce à sa moindre dotation en valeurs technologiques (victimes de la rotation sectorielle à l'œuvre), le baromètre tricolore subit tout de même le nouveau brusque reflux des indices new-yorkais ce jeudi. En hausse de 1,8% en fin de matinée, le Nasdaq a bouclé la séance en repli de 1,3%, portant à près de 10% son recul depuis le 1er janvier dernier, "à la veille d’une importante échéance pour les options (ayant exacerbé la volatilité du jour) et à moins d’une semaine de la réunion de politique monétaire de la Fed" qui alimente un regain d'aversion pour le risque des opérateurs, pointe le spécialiste des investissements de Mirabaud John Plassard. Ce mouvement de baisse, qui s'est propagé sur les places asiatiques ce matin, n'épargne donc pas le marché parisien ce vendredi, le CAC 40 cédant 1,29% à 7.101,39 points à 11h15.

Les investisseurs attendent désormais avec nervosité la réunion du comité de politique monétaire de la Fed mardi et mercredi prochains, espérant des éclaircissements sur le rythme du resserrement monétaire à venir.

"Les acteurs du marché sont actuellement déchirés. D'une part, les signaux économiques en Europe sont au vert et l'économie de l'UE pourrait repartir du bon pied dans les deux à trois prochains trimestres. D'autre part, il y a des signes d'épuisement des valeurs technologiques américaines, moteurs du rallye boursier américain jusqu'à présent", note Andreas Lipkow, analyste chez Comdirect. Dernier signal de cet essoufflement: Netflix plonge de plus de 20% dans les échanges avant-Bourse ce vendredi après avoir déçu le marché sur la croissance de ses nouveaux abonnés au dernier trimestre. Désormais en baisse de près de 12% sur les deux derniers mois, le Nasdaq enregistre sa correction la plus prononcée depuis le krach de mars 2020, et les contrats à terme pointent pour l'heure vers un nouvelle ouverture dans le rouge (-0,3%).

L'automobile cale, la tech plombée par le Nasdaq

À Paris, où 38 des 40 valeurs de l'échantillon phare s'affichent dans le rouge à la mi-journée, seules Safran (+0,7%) et Carrefour (+0,4%) surnageant timidement, les replis plus prononcés sont à mettre à l'actif des valeurs automobiles et technologiques. Stellantis lâche 3,1% après la cession, par Dongfend Motor, de près de 1,3% du capital à 18,30 euros par action, tandis que Renault cède 2,1%. En première ligne face aux craintes de resserrement monétaire plus vif qu'escompté, les valeurs de croissance, qui incluent les valeurs technologiques (-3% pour STMicro, -2,4% pour Capgemini, -1,4% pour Teleperformance), du luxe (-1,7% pour Kering, -1% pour LVMH) et d'autres comme Eurofins (-2,8%), rechutent aussi lourdement. Ce sont néanmoins ArcelorMittal (-3,7%) et Alstom (-3,5%) qui ferment la marche, le second restant sous pression au lendemain de la confirmation de ses objectifs annuels (et de moyen terme), malgré l'annonce de 7.500 recrutements en 2022 dans la matinée et le léger relèvement d'objectif d'Invest Securities - tous les changements de recommandations du jour sont à retrouver ici. Airbus perd également 1,5% après avoir annulé un contrat avec Qatar Airways portant sur 50 A320 Neo.

Le reste de la cote s'anime quelque peu sous l'effet de la montée en cadence du rythme des publications annuelles, qui s'accélèrera sensiblement à compter du 1er février avec les résultats de LVMH. Le spécialiste de l'homéopathie Boiron, qui procède depuis l'an dernier à un revirement stratégique vers les médicaments dits de "spécialité", confirme son redressement avec une nouvelle croissance de ses revenus au dernier trimestre, et reprend 10% à 11h45. Dévasté par les restrictions et les multiples annulations (grands salons, rencontres sportives, etc.) en 2020, le champion de l'événementiel GL Events a vivement renoué avec la croissance de ses revenus en 2021 (+54%) et confirme son objectif d'un bénéfice net annuel. Le titre avance de 5,3%. Compagnie des Alpes grappille 0,4% après avoir fait état du "meilleur trimestre son histoire". Malgré "un contexte sanitaire toujours pesant", ses revenus se sont établis à 166,7 millions d’euros entre octobre et décembre, établissant un niveau historique pour cette période (+20,5% sur un an et +36,6% par rapport au 1er trimestre de son exercice (décalé) 2018-2019, le dernier complet avant la pandémie).

Vallourec (-4,4%), TechnipFMC (-4%) et Schlumberger (-3,6%) subissent pour leur part le reflux des cours pétroliers de leurs récents plus hauts pluriannuels. Peu avant 12h, le baril de Brent cède en effet 1,4% à 87,2 dollars quand celui de WTI recule de 1,5% à 84,3 dollars. Les opérateurs sont incités à prendre quelques bénéfices par les derniers chiffres de l'EIA ayant révélé une hausse surprise des stocks de brut ainsi que des réserves d'essence, ce qui constitue un mauvais signal pour la demande.

Au rayon des changes, la monnaie unique se traite à 1,1340 dollar, en hausse de 0,24% par rapport à la veille. Le bitcoin chute enfin à un creux depuis août dernier (-4,4% à 38.900 dollars), lui aussi gagné par le manque d'appétit pour le risque des investisseurs avant la réunion de la Fed.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.10 % vs +26.34 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat