Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 803.44 -0.59 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le FMI broie du noir, le pétrole replonge, et le CAC 40 marque un coup d'arrêt

mercredi 15 avril 2020 à 13h00
Le CAC 40 reperd 2% après un rebond considérable depuis un mois

(BFM Bourse) - Un regain de prudence s'opère sur le marché parisien en ce début de saison des publications trimestrielles. L'indice phare tricolore met fin mercredi à une séquence de cinq séances consécutives dans le vert, accusant près de 2% de repli à la mi-journée.

L'appétit pour le risque s'éloigne après une séquence de cinq séances consécutives de progression (dont une hausse de 0,38% mardi tirée par un attelage inhabituel entre les small caps et les grandes valeurs défensives) et plus globalement un rebond de 25% en l'espace d'un mois, en dépit d'indicateurs économiques calamiteux. Vers 12h50, le CAC 40 redescend à 4.433,13 points, en repli de 2,01% dans un volume échangé de moins de 900 millions d'euros.

Résumant les craintes des économistes, le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé mardi ses nouvelles prévisions sur l'économie mondiale, anticipant désormais une chute de 3% du PIB cette année (au lieu d'une croissance de +3,3%), soit la plus grande récession depuis la Grande dépression post-1929. De sombres perspectives qui semblent être validée par les deux banques américaines qui ont publié hier leurs résultats, à savoir JPMorgan et Wells Fargo, souligne Vincent Boy chez IG. En effet ces dernières ont publié des résultats décevants mais plus important, toutes deux ont provisionné un montant de 12,8 milliards de dollars au total au cours du premier trimestre pour assurer les défauts de paiement à venir de ses clients.

Un marché "un peu trop confiant"

La saison des résultats se poursuivra aujourd'hui avec Bank Of America, Citigroup et Goldman Sachs dans le secteur bancaire américain. Coté statistiques, la publication des ventes au détail aux Etats-Unis cet après-midi devrait faire ressortir la plus forte contraction historique (selon les données Reuters depuis 1990), poursuit l'analyste, rappelant que la consommation représente environ 70% du PIB des Etats-Unis.

Pourtant, "malgré la saison des résultats sous pression, les perspectives du FMI, la poursuite de l’épidémie et une économie mondiale à l’arrêt, les investisseurs continuent de se porter à l’achat sur les actifs risqués", ajoute Vincent Boy. En effet "la perspective d’une réouverture de l’économie dans les semaines à venir et le boom économique soutenu par le président américain contribuent à une confiance un peu trop importante des marchés" à ses yeux...

Le pétrole rechute

Mais la réalité commence à rattraper certains actifs, à commencer par le pétrole, alors que l'effondrement de la demande semble toujours largement excéder les engagements des producteurs à réduire la production. Le baril de Brent, la référence mondiale, chute de 4,05% à 28,40 dollars. La demande mondiale de pétrole devrait chuter d'un niveau record de 9,3 millions de barils par jour cette année, a indiqué l'Agence internationale de l'énergie dans son rapport mensuel, pour tomber à 29 millions de barils par jour du jamais vus depuis 1995. Le cours des contrats à terme sur le brut américain WTI recule de 3,23%, faisant passer le prix en dessous de 20 dollars à 19,46 dollars le baril, au plus bas niveau en 18 ans.

La cote des valeurs parisienne en cette mi-journée reflète une prime de risque croissante sur les titres exposés à l'économie. Plus forte baisse de l'indice phare, Accor perd 7% sous les 26 euros, après avoir déjà reculé de 3,7% mardi, dans le sillage d'une dégradation de la recommandation de Morgan Stanley. ArcelorMittal (-6,5%), Unibail (-5,7%) et Renault (-5,4%) figurent parmi les plus fortes baisses, suivies de près par Total qui lâche 5,2% dans le sillage de la rechute de l'or noir. En dehors de l'indice phare, Vallourec (-5,9%) et TechnipFMC (-6,5%) sont d'ailleurs encore plus touchés.

Parmi les petites valeurs qui s'étaient enflammées au cours des dernières séances, le retour de bâton est souvent douloureux pour les derniers entrés, à l'image d'un repli de 25,3% sur Biophytis, 19,9% sur Novacyt, -15% sur DMS, entre autres.

Du côté des devises, l'euro subit également le renversement de l'humeur des investisseurs, perdant 0,62% face au billet vert à 1,0913 dollar.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.50 % vs -3.37 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat