Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le CAC 40 poursuit sa glissade, retombe sous les 4600 points
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 119.92 -1.29 % Temps réel Euronext Paris
5 144.03Ouverture : 5 144.03+ Haut : 5 105.72+ Bas :
-0.47 %Perf Ouverture : 5 186.95Clôture veille : 2 394 100 KVolume :

Cac 40 : Le CAC 40 poursuit sa glissade, retombe sous les 4600 points

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a poursuivi vendredi sa glissade, chutant de -1,84% à 4 549,56 points, déstabilisée par la dégringolade des cours du pétrole qui nourrit les craintes sur la croissance mondiale. Le CAC est repassé sous les 4600 points, revenant sur ses niveaux du début octobre.

"La rapidité de la baisse des prix du pétrole déstabilise les marchés depuis une semaine", souligne Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Selon lui, "au-delà de l'effet bénéfique que cela peut avoir à terme sur les marges de la plupart des entreprises et la consommation des ménages, c'est la violence du mouvement qui pose question", avec en particulier "l'anxiété sur le fait que la croissance mondiale n'est pas suffisamment solide".

Le traditionnel "rallye" de fin d'année sur les marchés, à savoir une période soutenue de hausse attendue par les investisseurs, semblait du même coup s'éloigner.

"Cette année 2015, qui s'annonçait radieuse après l'annonce du QE (quantitative easing ou programme de rachats d'actifs, NDLR) en janvier, se finit en eau de boudin en raison de diverses menaces qui, sans être systémiques, se cumulent et viennent brider le potentiel des indices européens", note le courtier Aurel BGC.

Le marché restait également prudent avant la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) la semaine prochaine, qui devrait se traduire par une hausse des taux compte tenu d'une économie en meilleure forme.

Sur le front des valeurs, le secteur pétrolier et des matières premières a été une nouvelle fois sous pression, à l'image de Total (-2,97% à 41,80 euros), Technip (-1,96% à 46,16 euros), Vallourec (-4,94% à 8,33 euros) et ArcelorMittal (-6,38% à 3,60 euros).

Renault a chuté (-5,28% à 87,84 euros). Le constructeur automobile japonais Nissan et le gouvernement sont parvenus à un "accord de stabilisation" encadrant l'influence de l'Etat français au sein du groupe à l'issue d'un Conseil d'administration de la marque au losange.

Schneider Electric a souffert (-3,18% à 53,25 euros) d'un abaissement de recommandation par RBC.

Eurofins a plongé (-9,68% à 306,20 euros), après avoir renoncé jeudi à une augmentation de capital, via un placement accéléré d'actions nouvelles, en raison de conditions de marché "défavorables".

Publicis a perdu 2,15% à 57,69 euros. Le groupe a relativisé des pertes de contrats aux Etats-Unis, notamment auprès de L'Oréal et Procter and Gamble, soulignant qu'ils représentaient des manque à gagner de faible ampleur.

Adocia a signé la plus forte hausse du SBF 120 (+2,36% à 72,47 euros), profitant de l'annonce du paiement d'étape de 10 millions de dollars dans le cadre de son partenariat avec l'américain Eli Lilly, spécialiste du diabète, après le succès d'une étude pilote.

Dans son sillage, Elior a pris 2,04% à 17,75 euros, après que le groupe a annoncé avoir plus que doublé ses bénéfices au cours de son exercice 2014-2015, achevé fin septembre.

A noter aussi la progression d'un peu plus de 2% de Mauna Kea Technologies (2,19% à 3,27 euros), dynamisé par l'annonce d'un partenariat pluriannuel avec Cook Medical pour la commercialisation de son produit phare, le mini-microscope Cellvizio, dans des applications urologiques.

F.B. avec AFP

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI