Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le CAC 40 finit en baisse de 0,7%
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 186.95 -0.06 % Temps réel Euronext Paris
5 181.15Ouverture : 5 218.56+ Haut : 5 172.78+ Bas :
+0.11 %Perf Ouverture : 5 190.17Clôture veille : 3 911 660 KVolume :

Cac 40 : Le CAC 40 finit en baisse de 0,7%

Semaine chargée pour les télécomsSemaine chargée pour les télécoms

(Tradingsat.com) - Le marché parisien a clôturé en territoire négatif vendredi, avec un CAC 40 en baisse de 0,7% après l'annonce de statistiques américaines mitigées. Sur le plan des valeurs, c'est encore le secteur des télécoms qui était à l'honneur avec Bouygues en premier plan.

Le titre du groupe industriel a grimpé de plus de 2% alors que l'opérateur Bouygues Telecom a repris temporairement la main dans le mobile où il pourra dès octobre prochain lancer ses offres commerciales 4G dans la bande 1 800 MHz jusque là utilisée pour la 2G, prenant de vitesse ses concurrents dont le déploiement devrait prendre un peu plus de temps à court terme.

De son côté, Orange "regrette cette décision qui, loin d'apaiser un marché déjà fortement déstabilisé, crée un nouveau choc en conférant à un acteur un avantage de fait non reproductible par ses concurrents". Le titre France Télécom a tout de même tenu le coup (+0,4%).

Iliad qui a vocation à déployer son propre réseau 4G va récupérer du spectre en 1800 MHz (vs 2.6 GHz à ce stade). Une bonne nouvelle pour le nouvel entrant Free Mobile. L'action de la maison-mère qui a progressé de près de 15% depuis le début de l'année a cédé 1,6%.

Vivendi, également affecté par cette nouvelle, a plongé de près de 3,3%. Mais ce qui a surtout pesé sur la valeur aujourd'hui, c'est le fait que le conglomérat a décidé d'abandonner la vente de sa filiale brésilienne GVT, faute de propositions intéressantes.

En effet, Vivendi a repoussé la vente de sa filiale, premier opérateur alternatif de télécommunications fixes et de télévision payante au Brésil, au motif que les propositions des candidats en lice n'avaient pas été à la hauteur de ses attentes.

Pour Natixis, cette décision ne constitue pas vraiment une surprise au vu des nombreuses rumeurs qui avaient circulé à ce sujet en fin d'année dernière. De plus, elle ne remet pas en cause la stratégie de recentrage du conglomérat français sur les médias, a estimé le courtier.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI