Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 742.38 -1.47 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La chute de Wall Street laisse la Bourse de Paris maussade

mercredi 5 décembre 2018 à 10h00
Le CAC 40 se replie mercredi alors que Wall Street restera fermée

(BFM Bourse) - Le marché parisien recule de 0,85% mercredi à la mi-journée. Succédant à une chute de plus de 3% de la Bourse américaine mardi, Wall Street sera exceptionnellement fermée en raison des obsèques nationales de George W.H. Bush, ce qui laisse peu de place aux initiatives.

Au lendemain d'un repli de 0,82%, le CAC 40 recule de nouveau mercredi matin. Vers 12h00, l'indice phare cède 0,85% à 4970,28 points. En l'absence des investisseurs américains, les volumes d'échanges sont fortement réduits à moins de 800 millions d'euros traités à ce stade.

Mardi soir, la Bourse américaine a subi un coup de tabac dans la crainte d'un possible ralentissement de l'économie américaine, avec des signes d'inversion de la courbe des taux sur le marché obligataire. L'écart entre les rendements des bons du Trésor américains à échéance 2 ans et ceux à échéance 10 ans est en effet passé à moins de 10 points de base pour la première fois depuis dix ans. Les analystes redoutent que la courbe des taux s'inverse prochainement, une configuration -où les taux courts rapportent davantage que les taux longs- qui a historiquement annoncé de nombreuses récessions.

Pour ne rien arranger, le président de la Réserve fédérale de New York, John Williams, a livré des commentaires sur les taux d'intérêt contredisant les signaux accommodants que les investisseurs avaient voulu voir dans les propos du président de la Fed Jerome Powell. John Williams a en effet dit s'attendre à la poursuite du relèvement graduel de ces mêmes taux, dans un contexte de "très bonne santé" de l'économie américaine.

À cela se sont ajoutés les doutes quant à la capacité de Pékin et Washington de parvenir à un accord commercial viable à long-terme après la trêve de 90 jours décrétée en marge du G20 le week-end dernier. Si Donald Trump n'a pas exclu, mardi, une prolongation de cette trêve avec Pékin, qui doit permettre de geler les droits de douane le temps de négocier un accord plus large, le président américain a entretenu le doute sur Twitter en déclarant que s'il s'avérait qu'un "véritable [en majuscule dans le tweet] accord n'était pas possible, il reviendrait à sa politique de hausse des tarifs douaniers".

Résultat, l'enthousiasme des marchés lundi à l'annonce d'une trêve commerciale est complètement retombé puisque l'indice Dow Jones a abandonné 3,10% mardi en clôture, le S&P-500 3,24% et le Nasdaq Composite, 3,80%. Si presque aucune valeur n'a été épargnée, les secteurs financier et technologiques ont été particulièrement sanctionnés à l'image d'Amazon (-5,9%), Apple (-4,4%), Netflix (-5,2%) ou Microsoft (-3,2%).

Mercredi matin toutefois, les Bourses asiatiques ont limité leur repli après une déclaration du ministre chinois au Commerce indiquant que les mesures temporaires convenues avec les Etats-Unis allaient être mises en place sans délai.

À la Bourse de Paris mercredi, près des trois quarts de la cote s'affiche en repli. Tarkett encaisse la plus forte baisse du SRD (-7%) alors que JPMorgan a dégradé directement son conseil de surpondérer à sous-pondérer sans passer par neutre. Les parapétrolières CGG (-5,1%) et TechnipFMC (-2,5%) subissent le contrecoup de l'avertissement du numéro 1 mondial Schlumberger, au motif d'une baisse des prix dans l'activité de fracturation hydraulique aux Etats-Unis. Les fluctuations des cours du pétrole n'aident pas le segment puisque après avoir pris plus de 2% à son plus haut intraday mardi, le baril a terminé la journée en recul de plus de 1%, dans l'hypothèse que les pays de l'Opep échouent à trouver un accord de réduction de la la production lors de leur rencontre à Vienne jeudi et vendredi. Vers 12h00, le baril de WTI cédait encore 0,15% et le Brent 0,18%.

La société de conseil en innovation Altran recule de 4% à l'annonce du départ de Frank Kern, l'ancien patron d'Aricent, qui avait obtenu la direction de la branche Amérique du Nord d'Altran à la suite du rachat de sa société. Une opération à 1,7 milliard d'euros conclue l'an dernier, qui pour le moment a surtout valu des ennuis à Altran avec la découverte l'été dernier de commandes fictives pour un montant de 10 millions de dollars.

Par ailleurs les inquiétudes relatives à l'économie américaine entraînent un recul assez généralisé sur des titres exposés comme Saint-Gobain (-3%) ou Axa (-2,75%).

Le segment des biotechs se montre très partagé entre une chute de plus de 50% pour Cerenis après un nouvel échec clinique ou un bond de 10% de Quantum Genomics.

Du côté des plus rares hausses, les actions de Maisons du Monde (+3,9%) et Elior (+2,3%) parviennent à rebondir, tandis qu'Air France-KLM s'adjuge 1,6% après le changement de minorité au sein du principal syndicat de pilotes d'Air France.

Sur le marché des changes, le calme règne également avec une parité euro/dollar inchangée à 1,1342.

Quentin Soubranne - ©2018 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.00 % vs -4.60 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat