Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 567.02 +0.26 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Chine et l'impasse commerciale inquiètent les marchés, la Bourse de Paris dans le rouge

vendredi 14 juin 2019 à 13h00
La Chine et l'impasse commerciale inquiètent les marchés, le CAC dans le rouge

(BFM Bourse) - Le CAC s'inscrit en territoire négatif vendredi à la mi-séance (-0,5% vers 13h) au lendemain d'une séance bouclée à l'équilibre, après la publication de nouveaux indicateurs chinois qui suggèrent que les tensions commerciales avec les États-Unis commencent à peser sur la deuxième économie mondiale.

À la baromètre de Paris, l'indice vedette affiche un repli de 0,52% à 5.347 points vers 13h, dans un volume d'échanges particulièrement restreint, inférieur à 700 millions d'euros, signe de l'extrême prudence adoptée par les opérateurs, toujours "dans l'attente d'avancées dans les discussions commerciales entre Washington et Pékin et à quelques jours de la réunion de la réserve fédérale américaine (Fed)" ont noté les experts de Mirabaud Securities Genève dans leur note matinale.

Déjà incité à la retenue, les investisseurs ont encore été refroidis par la publication de mauvais indicateurs en provenance de Chine, où la production industrielle a notamment touché un creux de plus de 17 ans (depuis février 2002) au mois de mai, avec une croissance de +5% (contre +5,4% en avril), quand les économistes interrogés par Bloomberg anticipaient une croissance de 5,5%. En parallèle, l'investissement en actifs immobilisés a également augmenté moins que prévu (+5,6% contre un consensus à +6,1%), a annoncé le Bureau national de la statistique. Seules les ventes au détail ont dépassé le consensus en affichant une croissance de 8,6%, de 0,5% supérieure aux prévisions des analystes. De telles données ne peuvent que renforcer la volonté de Pékin de mettre en place de nouvelles mesures pour stimuler son économie, pour amortir les effets du bras de fer avec Washington.

Le reste de l'actualité internationale est dominée par la situation dans le golfe d'Ormuz, au large de l'Iran, où des attaques contre deux pétroliers norvégien et japonais ont eu lieu jeudi, faisant craindre un nouvel embrasement dans la région. Le marché reste donc attentif à l'intensité des tensions qui règnent entre Washington et Téhéran, le premier accusant le second d'être "responsable" des attaques. En retour, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a accusé sur Twitter les Etats-Unis "de sabotage diplomatique et de maquillage de son terrorisme économique contre l'Iran", son ministère jugeant "sans fondement" les accusations d'une implication iranienne dans les attaques.

Sur le plan monétaire, enfin, les investisseurs anticipent toujours une baisse de taux d'intérêt de la Fed dès l'été. Ces dernières semaines, plusieurs indicateurs ont en effet semblé décrire un ralentissement de l'économie américaine qui pourrait justifier un ajustement monétaire. Jeudi, le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow est allé dans ce sens en estimant que la croissance économique des États-Unis pourrait être moins forte au deuxième trimestre qu'au premier.

STMicro plombé par Broadcom, les banques et l'automobile dans le rouge

Les secteurs les plus sensibles à la thématique commerciale souffrent vendredi matin à la Bourse de Paris, à l'image des secteurs automobiles et bancaires. Valeo, qui va céder sa place à Thalès au sein de l'indice phare, cède 1,8% vers 12h45, et Peugeot lâche 1,7%. Renault (-0,5%) et Michelin (-0,4%) parviennent de leur côté à limiter les pertes. Les valeurs du secteur bancaire reculent aussi, à l'instar de Société Générale (-1,8%) et Crédit Agricole (-1,5%).

La plus mauvaise performance de la matinée est toutefois pour STMicroelectronics, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs abandonnant 4,2% vers 12h45 en réaction à l'avertissement de son concurrent américain Broadcom sur ses résultats annuels.

Sur le SRD, la doyenne des biotechs françaises Transgene veut lever 50 millions d'euros afin d'étendre sa visibilité financière jusqu'en 2022 et propose à ses actionnaires de souscrire à des actions nouvelles avec une décote de 20% sur le dernier cours. La filiale cotée de l'Institut Mérieux cède 6,1%, également vers 12h45.

Sur le marché pétrolier, le calme revient peu à peu après la volatilité exacerbée observée lors des deux dernières séances (-3,6% mercredi puis +2,5% jeudi pour le baril de Brent). Ce dernier affiche un très léger repli de 0,16% vendredi vers 13h, à 61,25 dollars. Quant au baril de WTI, il s'échange à 52,10 dollars sur le Nymex, en repli de 0,19% par rapport à la veille.

Enfin, la parité eurodollar est quasi-stable vendredi vers 13h, à 1,1264 dollar (-0,1%).

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+281.20 % vs +11.99 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat