Bourse > Cac 40 > Cac 40 : La Bourse de Paris prudente avant une semaine chargée en rendez-vous
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 131.39 -1.07 % Temps réel Euronext Paris
5 144.03Ouverture : 5 144.03+ Haut : 5 105.72+ Bas :
-0.25 %Perf Ouverture : 5 186.95Clôture veille : 4 321 900 KVolume :

Cac 40 : La Bourse de Paris prudente avant une semaine chargée en rendez-vous

(Tradingsat.com) - La Bourse de Paris a fini en très légère hausse lundi (+0,16% à 4.388 points), les investisseurs faisant le choix de la prudence pour débuter une semaine chargée en rendez-vous importants. Sur les autres marchés européens, la Bourse de Francfort a gagné 0,50% et celle de Londres a perdu 0,30%. Par ailleurs l'Eurostoxx a clôturé à l'équilibre (+0,03%).

Le marché parisien a débuté la séance proche de l'équilibre, puis a gagné en dynamisme à la faveur d'un indicateur en Allemagne meilleur qu'attendu, avant de finalement redevenir plus circonspect. "La semaine débute par un regain de prudence" en raison à la fois "de la réapparition de tensions liées au Brexit" et "du fait d'un agenda très chargé" dans les prochains jours avec de gros indicateurs et les réunions des banques centrales japonaise et américaine, a résumé Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

La publication d'un baromètre Ifo du moral des entrepreneurs allemands "relativement bon a constitué la bonne nouvelle de la matinée et a permis aux indicateurs européens d'accélérer", a-t-il détaillé. Cet indicateur s'est en effet légèrement dégradé en juillet, mais moins qu'escompté compte tenu du Brexit.

Cet indicateur montre que "l'activité économique allemande n'a pas encore trop souffert du vote britannique en faveur du Brexit", a remarqué Jennifer McKeown, économiste chez Capital Economics. "Mais l'effondrement d'un indicateur avancé de sentiment au Royaume-Uni pour le 2e trimestre", publié un peu plus tard, couplé à de nouvelles déclarations de la chef du gouvernement écossais, Nicola Sturgeon, en faveur de l'indépendance, "ont marqué la fin de la détente" et l'indice parisien "n'a pas réussi à trouver un second souffle ensuite", a poursuivi M. Baradez.

La cote "est d'autant plus revenue à sa prudence initiale que la semaine est très chargée", avec des chiffres de croissance au 2e trimestre, notamment du Royaume-Uni, en plus des réunions de banquiers centraux, a-t-il noté, en y voyant "une grosse semaine de test post-Brexit". Selon lui, c'est surtout la réunion de la Banque du Japon (BoJ) qui est très attendue, "car c'est celle qui a suscité le plus d'attentes".

Mais les investisseurs "se demandent également si la Réserve fédérale américaine (Fed) ne pourrait pas aussi changer de tonalité" et se montrer moins accommodante, puisque "toutes les statistiques américaines récemment publiées se sont avérées bonnes voire très bonnes".

Du côté des valeurs, Sartorius Stedim Biotech a pris 4,67% à 64,79 euros grâce à un premier semestre meilleur que prévu et des objectifs revus en hausse. SEB a gagné 7,07% à 122,65 euros, le marché saluant les résultats du premier semestre de la société tout comme ses perspectives annuelles.

Air France-KLM a perdu 2,32% à 5,26 euros, pénalisé par un abaissement de recommandation de Société Générale alors que les hôtesses de l'air et stewards d'Air France sont appelés à la grève à partir de mercredi, pour une semaine.

L'Oréal s'est élevé de 0,37% à 175,20 euros après avoir annoncé la signature d'un accord définitif pour l'acquisition de la marque américaine de maquillage et de soins de la peau IT Cosmetics pour un montant de 1,2 milliard de dollars en numéraire.

EDF a fini à l'équilibre (+0,05% à 11 euros). Une action en justice du comité central d'entreprise (CCE) d'EDF pour tenter d'empêcher que le dossier Hinkley Point (construction de deux réacteurs EPR en Angleterre) soit soumis au conseil d'administration de l'électricien prévu jeudi n'a pas abouti, l'audience ayant été fixée la semaine prochaine.

LVMH a enregistré une hausse de 1,51% à 144,45 euros, alors que le groupe a annoncé la cession au groupe G-III Apparel de la société de prêt-à-porter Donna Karan International (marques Donna Karan et DKNY), valorisée à 650 millions de dollars (592 millions d'euros).

Maurel et Prom a perdu 1,74% à 2,82 euros. La justice canadienne a ordonné à la compagnie pétrolière française et au gouvernement du Québec d'honorer leurs engagements avec la société canadienne Pétrolia, à laquelle ils sont associés pour un projet de pétrole de schiste.

AFP

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI