Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 558.26 -0.32 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : L'auto et les banques freinent le CAC, qui recule légèrement en attendant la Fed

mercredi 20 mars 2019 à 14h06
Le CAC fait du surplace avant les annonces de la Fed

(BFM Bourse) - Dans l'attente des décisions de la Fed sur la poursuite de sa politique monétaire, le CAC 40 est en léger repli mercredi, au lendemain de sa septième séance consécutive de hausse Vers 14h, l'indice vedette affiche un léger repli (-0,25%), tiré vers le bas par les secteurs automobile et bancaire.

Vers 14h, la Bourse de Paris affiche un recul de 0,25% à 5.412 points, dans un volume d'échanges normal, légèrement supérieur au milliard d'euros. "À neuf jours du Brexit et à quelques heures de la fin du Comité monétaire" de la Banque centrale américaine, "les marchés ont de quoi s'occuper", observe Tangi Le Liboux, analyste chez Saxo Banque. S'ils ne s'ennuient pas, les opérateurs restent néanmoins prudents sur leurs prises de position, dans l'attente des décisions de la Fed.

Pour Stéphane Déo, stratégiste à la Banque Postale Asset Management, "si la Bourse continue son bonhomme de chemin à la hausse, cette semaine marque peut-être un point d’inflexion important sur la dynamique sous-jacente". De fait, il explique que la hausse des places boursières s’est accompagnée, en 2019, d’une baisse des taux d’intérêt, "il faut donc lire la performance boursière, en grande partie, comme une conséquence de la politique monétaire très laxiste des banques centrales". Or, "depuis les plus bas sur le Bund allemand à 10 ans 12 mars dernier (à 0,055%), la hausse de la Bourse s’accompagne d’une hausse des taux. "L’histoire est alors totalement différente", explique le stratégiste, qui indique que ce type de mouvement "se lit plutôt comme un marché qui commence à adopter une vue plus constructive sur la croissance future".

Dans l'actualité immédiate, le patron de la Fed Jerome Powell tiendra donc un point presse à 19h30 après la publication du traditionnel communiqué de l'institution. Et "si les marchés n'attendent pas une modification des taux, ils vont surtout être attentifs à d'éventuelles précisions sur les perspectives économiques à venir afin d'avoir plus d'éléments pour anticiper une modification future", selon Tangi Le Liboux.

Dans le reste de l'actualité économique et géopolitique, Bruxelles a averti, hier, que le report du Brexit aura "un coût économique et politique" important, au moment où la Première ministre britannique Theresa May s'apprête à envoyer une lettre à l'Union européenne pour demander un report de la date du divorce.

Enfin, "une information de Bloomberg selon laquelle les négociateurs chinois pourraient faire machine arrière sur certaines de leurs concessions qui a mis le doute dans l’esprit des investisseurs" indiquent les analystes de Mirabaud Securities Genève dans leur note matinale. Si ces informations sont à prendre avec des pincettes puisque Donald Trump a de nouveau assuré dans la foulée que les négociations avançaient bien, les Bourses chinoises ont tout de même reflué, craignant un énième contre-temps dans la conclusion d'un accord commercial entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales.

Hermès avance, l'automobile et les banques reculent

Sur le front des valeurs, les constructeurs automobiles signent les plus mauvaises performances de la matinée sur le CAC 40, à cause de BMW. Le géant allemand a annoncé prévoir une baisse de plus de 10% de son bénéfice imposable cette année et la mise en oeuvre d'un plan d'économies de 12 milliards d'euros pour compenser les effets de change et la hausse de ses investissements technologiques. Le titre du constructeur allemand abandonne plus de 5% à la Bourse de Francfort à la mi-séance et, dans son sillage, Peugeot cède 2,1% et Renault lâche 1,7%. Les équipementiers comme Faurecia (-4,4%), Plastic Omnium (-2,8%), Valeo (-1,2%) et Michelin (-1,1%) sont également mal orientés vers 13h30. À l'image des valeurs automobiles, celles du secteur bancaire sont aussi dans le rouge à la mi-séance, après avoir bien progressé au cours des dernières séances. Société Générale recule de 1,5%, BNP Paribas lâche 0,8% et Crédit Agricole limite la casse (-0,4%).

Le groupe de luxe Hermès a dévoilé des résultats annuels records, notamment en termes de chiffre d'affaires ainsi que de bénéfice net, et voit son titre progresser de 1,2% vers 13h30 -meilleure performance du CAC 40- alors que le groupe entend faire progresser sa marge opérationnelle via une augmentation des prix en 2019.

Hors CAC 40, sur le SRD, Eurazeo a annoncé avoir soldé sa participation dans Moncler. En huit ans, la société d'investissement a presque quintuplé sa mise de départ sur le fabricant de doudounes, désormais prisées dans le monde entier, empochant 1,4 milliard d'euros au total. Malgré cette bonne nouvelle, le titre ne bouge pas.

Enfin, le titre Elior chute mercredi (-7% vers 13h45) alors que le prix évoqué par plusieurs sources auprès de Reuters pour la cession des activités de restauration de concession (Areas) du groupe français ressortant en-deçà des attentes, selon plusieurs analystes.

Sur le marché pétrolier, le baril de Brent recule de 0,58% à 67,32 dollars, soit la même variation que celui de WTI américain (à 58,70 dollars).

L'eurodollar est stable à 1,1360 dollar (+0,05%).

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+290.30 % vs +11.81 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat