Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

UBISOFT ENTERTAIN

UBI - FR0000054470 SRD PEA PEA-PME
45.090 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Ubisoft entertain : Assassin's Creed Valhalla, déjà la 2ème plus grosse machine à cash de l'histoire d'Ubisoft

vendredi 29 octobre 2021 à 10h39
Ubisoft redécolle après ses résultats semestriels

(BFM Bourse) - Le titre de l'éditeur français de jeux vidéo redécolle ce vendredi dans le sillage de résultats semestriels pourtant contrastés, révélant des revenus quasi-stables sur un an grâce au succès d'Assassin's Creed Valhalla, mais le report de deux nouveaux jeux ainsi qu'une révision à la baisse de son objectif de réservations nettes annuelles.

Les investisseurs reviennent sur le titre Ubisoft ce vendredi matin (+8,5% à 47,24 euros) à la faveur d'une publication semestrielle moins mauvaise que ce que le marché craignait. Malmené depuis de longs mois (entre report de la sortie du nouvel opus de la saga Tom Clancy's, premiers retours mitigés pour son "blockbuster" Far Cry 6, perspectives jugées inquiétantes, etc.) et mal orienté depuis le début de l'année (-45% depuis le 1er janvier malgré le rebond du jour), le titre de l'éditeur tricolore de jeux vidéo s'offre enfin une respiration après séances consécutives de baisses.

Si ses résultats semestriels comportent une révision à la baisse de l'objectif de "net bookings" sur l'ensemble de son exercice décalé 2021-2022 ainsi que le report de trois nouvelles sorties majeures, Ubisoft a annoncé jeudi soir des revenus quasi stables lors de son premier semestre clos le 30 septembre grâce à une "surperformance" au deuxième trimestre notamment liée au succès du jeu "Assassin's Creed Valhalla". Malgré un léger déclin sur le semestre, les "réservations nettes" -indicateur privilégié par l'entreprise, correspondant au montant net des produits et services vendus sur une période- ont dépassé l'objectif "d'environ 340 millions d'euros" fixé par le groupe pour atteindre 392 millions au 2e trimestre.

Une surperformance qui "reflète la force globale du portefeuille d'Ubisoft" selon le groupe, qui souligne que "les tendances d'engagement ont été solides pour de nombreuses marques et les plus fortes contributions au "net bookings" ont été Assassin's Creed Valhalla, For Honor, The Crew 2, Tom Clancy's Rainbow Six Siege et Watch Dogs: Legion". Le nouvel opus de la saga à succès Assassin's Creed est déjà le deuxième plus gros jeu de l'histoire d'Ubisoft en termes de profits générés, moins d'un an après sa sortie, précise l'éditeur.

Trois nouvelles sorties retardées

Bien qu'Ubisoft a enregistré un nombre record de "réservations nettes" l'année dernière, à plus d'un milliard d'euros sur son seul 3e trimestre (octobre-décembre) alors que les restrictions sanitaires avaient forcé les gens à se tourner vers le divertissement à domicile, ces mêmes restrictions ont également entraîné un ralentissement de la production, encore accentué par la pénurie mondiale de composants électroniques.

Résultat: après avoir reporté en juillet dernier la sortie des jeux "Riders Republic" et "Tom Clancy's Rainbow Six Extraction" à octobre et janvier respectivement, le studio a décale trois nouvelles sorties ce jeudi. "Tom Clancy's The Division Heartland", dont la sortie était prévue en 2021-22, devrait désormais être lancé en 2022-23, a indiqué Ubisoft, tout comme "Prince of Persia : The Sands of Time" et "Rocksmith", deux titres qui avaient déjà été retardés cette année. L'éditeur tricolore n'est toutefois pas le seul affecté par cet environnement dégradé, d'autres, à l'instar du polonais CD Projekt, ayant également annoncé plusieurs reports cette semaine.

"L’industrie est prospère et évolue rapidement, nous offrant de nouveaux défis et de nouvelles opportunités" estime toutefois le PDG d'Ubisoft Yves Guilemot, se voulant rassurant. "Les joueurs ont un impact profond sur les mondes dans lesquels ils évoluent, et les avancées technologiques ouvrent des perspectives prometteuses. Dans ce contexte favorable, nous continuons d’investir dans nos plus grandes franchises et dans des nouvelles marques afin de toucher une audience toujours plus large" ajoute-t-il.

Des analystes moins ambitieux

Ubisoft s'attend toutefois désormais à ce que les réservations nettes 2021-22 soient stables ou légèrement en baisse par rapport à l'année précédente, par rapport à une prévision précédente de croissance à un chiffre. "Pas inattendu, mais toujours décevant", juge Matthew Walker, analyste de Credit Suisse, dans une note aux clients, faisant référence aux retards des jeux et à l'objectif de "net bookings" donné par Ubisoft pour le 3e trimestre (entre 725 et 780 millions d'euros), inférieur au consensus. Le groupe confirme en revanche son objectif de résultat opérationnel non-IFRS attendu "entre 420 et 500 millions d'euros", contre 471 millions en 2020-2021 (un record, après seulement 34,2 millions en 2019-2020).

À noter que le titre Ubisoft fait l'objet de deux abaissements d'objectifs ce matin de Crédit Suisse et JP Morgan, respectivement de 75 à 59 euros et de 70 à 62 euros, deux nouvelles cibles qui demeurent cependant sensiblement au-dessus du cours actuel.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur UBISOFT ENTERTAIN en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.40 % vs +44.87 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat