Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SAINT GOBAIN

SGO - FR0000125007 SRD PEA PEA-PME
40.620 € -3.15 % Temps réel Euronext Paris

Saint gobain : Le BTP résiste bien mieux que prévu, ce qui fait les affaires de Saint-Gobain

jeudi 7 janvier 2021 à 12h02
Saint-Gobain impressionne le marché

(BFM Bourse) - Le champion français des matériaux de construction a "nettement" dépassé ses attentes lors des trois derniers mois de 2020 et indique que sa marge d'exploitation a atteint un niveau "record" au cours du second semestre de l'an passé. Le marché applaudit et porte le titre à un sommet depuis juin 2018.

Après avoir renoué avec la croissance organique de ses revenus au troisième trimestre, Saint Gobain a encore vivement accéléré sur les trois derniers mois de l'année, au cours desquels les ventes ont atteint quelque 10,2 milliards d'euros, correspondant à une croissance organique de plus de 6% sur un an. Le groupe précise dans un bref communiqué publié jeudi avant Bourse que ses ventes devraient donc "nettement dépasser les attentes" et explique avoir profité d'une "très bonne tendance sur les prix".

Saint-Gobain, qui publiera ses résultats annuels complets le 25 février, indique avoir également bénéficié au second semestre de la "bonne dynamique de la plupart" de ses marchés et de ses efforts en matière de réduction des coûts. Son résultat d'exploitation sur cette période dépassera les 2 milliards d'euros, souligne-t-il, soit une hausse supérieure à 20% à structure et taux de change comparables par rapport à 2019, quand le groupe -qui se voulait déjà optimiste quant à la reprise du marché fin octobre dernier, misait alors sur un résultat d'exploitation "en hausse par rapport au deuxième semestre 2019". Mieux encore, "la marge d'exploitation du second semestre 2020 atteindra un niveau record" affirme Saint-Gobain, sans donner de précision chiffrée.

Pour rappel, le groupe avait essuyé une (rare) perte nette de 434 millions d'euros au premier semestre, notamment creusée par des dépréciations d'actifs au Royaume Uni - les "plus et moins-values de cessions, les dépréciations d’actifs et impacts liés aux variations de périmètre" s'étant inscrit à -734 millions sur les six premiers mois de l'année. La crise sanitaire avait logiquement pesé lors des mois d'avril et mai avant que l'activité ne commence à rebondir en juin.

"Au deuxième semestre, l'activité dans nos secteurs n'a pas été affectée par les conditions sanitaires (...) dans la mesure où les entreprises ont eu le droit de travailler", a expliqué mercredi le PDG de Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar lors d'une conférence téléphonique. Il a ainsi constaté une "assez forte décorrélation" entre situation sanitaire et situation économique", notamment concernant la région Amériques. Toutefois, "on est encore dans une situation extrêmement compliquée", a tenu à nuancer le dirigeant, qui a précisé que l'activité de rénovation avait (encore) "plus que compensé" la faiblesse de la construction neuve.

Le marché impressionné

Conquis par cette publication, les analystes sont dithyrambiques dans leur note matinale. Deux d'entre eux, ceux de Bryan Garnier et Oddo BHF, relèvement même nettement leur cible sur le titre Saint Gobain, respectivement de 35 à 46 euros et de 45 à 51 euros. Le broker du premier se dit "surpris par les performances très impressionnantes de Saint-Gobain, tant en termes de dynamisme commercial que de performances opérationnelles" et admet que l'activité a été plus forte que prévue, tandis que le profil des coûts s'est également remarquablement amélioré au cours du second semestre. Il concède qu'il "ne s'attendait pas à ce que le plan "Transform & Grow" (lancé en novembre 2018, NDLR) ait un tel impact sur les résultats du groupe au cours de cette année si particulière".

L'analyste d'Oddo BHF évoque de son côté un "résultat opérationnel largement supérieur à celui anticipé par le consensus", et estime que "plusieurs raisons expliquent cette performance: une bonne dynamique sur la plupart des marchés, le plein effet des économies de coûts et l’optimisation du portefeuille liés au programme de cessions mais aussi à la réduction des dépenses discrétionnaires et un écart prix-coûts très favorable" énumère Sven Edelfelt. "Et si 2021 était "l’année" de Saint-Gobain?" s'interroge-t-il désormais.

Enfin, pour Citi, les résultats dévoilés par Saint Gobain mettent en évidence l'amélioration de la croissance et du profil de marge du groupe dans le cadre de son plan de transformation (qui vise notamment à accélérer la rotation du portefeuille du groupe, avec un objectif de céder "au moins 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires", NDLR), "considéré comme crucial pour une poursuite du re-rating du titre". "La bonne reprise du marché automobile européen et la vigueur continue des marchés résidentiels, notamment en Amérique, ont probablement contribué à ces bons résultats" ajoute l'analyste.

Le titre Saint-Gobain à un sommet depuis deux ans et demi

En réaction à la publication du groupe et aux relèvements de recommandation qui en découlent, le titre Saint-Gobain prend la tête du palmarès du CAC 40 avec un gain de 6,8% à 42,72 euros peu avant 11h, au plus haut depuis juin 2018. Depuis son creux touché le 18 mars à 17,3 euros, le titre du groupe qui conçoit, produit, transforme et distribue des matériaux affiche désormais un spectaculaire rebond de 147%. Les investisseurs déduisent en outre des annonces du géant des matériaux que le marché de la construction s'est mieux porté que prévu, ce qui profite à des titres comme Rexel (+5,2%), Manitou BF (5,2%) ou encore Vicat (+2,7%).

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SAINT GOBAIN en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+325.90 % vs +10.35 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat