Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Les cours du pétrole lâchent 20% sur un mois et chutent à leur plus bas depuis un an

lundi 3 février 2020 à 11h47
Les deux références mondiales de pétrole brut en bear market

(BFM Bourse) - Victime du "cygne noir" qu'est le coronavirus comme certains compartiments du marché actions, l'or noir flanche et tombe à un plus bas depuis plus d'un an. Lundi matin, les barils de Brent européen et de WTI américain sont même entrés en "bear market" par rapport à leur plus haut de début janvier.

L'or noir en chute libre. Après avoir encore bouclé la séance de vendredi sur un léger repli (-0,2% pour le Brent de mer du Nord, -1,1% pour le WTI), fragilisé par les craintes qui entourent le coronavirus et ses possibles répercussions sur la croissance chinoise, donc mondiale, les deux références mondiales de pétrole brut ont brusquement accentué leur chute lundi matin. En début de matinée, le baril de Brent a en effet lâché jusqu'à 3,3% à 55,42 dollars, quand celui de "light sweet crude" texan abandonnait au même moment plus de 2% à 50,6 dollars.

Par rapport à leur plus haut touché le 3 janvier dernier -à 69,5 dollars pour le Brent et 64,08 dollars pour le WTI- les deux références de brut léger ont respectivement cédé 20,2 et 21% au cours de la matinée, entrant ainsi en zone de "bear market" correspondant à une correction supérieure à 20%.

En Chine, les échanges ont d'ailleurs été suspendus sur le pétrole (comme sur le minerai de fer ou le cuivre) après des plongeons ayant atteint le seuil maximal autorisé. Pour sa réouverture après une semaine de fermeture en raison des festivités (elles-aussi annulées) du Nouvel an chinois, l'indice SSE Composite de la Bourse de Shanghai a plongé de près de de 8% pour toucher un creux d'un an. Les investisseurs, nerveux, ont ainsi effacé pour plus de 400 milliards de dollars de capitalisation boursière au sein de cet indice, selon des calculs de Reuters.

Le coronavirus, "cygne noir" des marchés depuis plusieurs semaines

Dans leur note matinale en partie consacrée à l'or noir, les experts de Mirabaud rappellent que si "l'évolution du pétrole ne dépend pas seulement d'un élément (offre et demande) mais de plusieurs (santé économique de la Chine, la nouvelle régulation maritime, les sanctions à l'encontre de l'Iran, la guerre commerciale, la spéculation, etc.). "Cependant, un nouvel élément (le fameux "black swan") vient s'y immiscer : le coronavirus" relèvent-ils. "Cette épidémie a en effet ralenti les voyages aériens et a provoqué une baisse de la demande de kérosène suffisamment importante pour que la demande globale de pétrole de la Chine soit affectée" soulignent-ils, avant de faire le parallèle avec une autre épidémie.

"De nombreux analystes utilisent l'épidémie de SRAS de 2003 comme référence pour anticiper l'impact du coronavirus sur la demande de pétrole de la Chine. En prévision d'une diminution de la consommation de carburant en Chine, le Brent et le WTI ont fortement baissé depuis l’annonce du premier cas" apparu à Wuhan début décembre 2009, notent les experts. Sauf que "d'importantes différences subsistent entre la situation de 2003 et celle d'aujourd'hui, ce qui laisse penser que la demande de pétrole pourrait ne pas être aussi affectée par le coronavirus. Tout d’abord, la Chine a adopté une stratégie énergétique différente depuis plus de cinq ans, important plus de pétrole qu'elle n'en consomme et en envoyant une grande partie remplir d'énormes installations de stockage. Ensuite il faut rappeler que le 20 mars 2003 correspond au déclenchement de la guerre du Golfe qui a eu un autre effet sur le prix de l’or noir" (les prix des barils avaient alors bondi de moins de 30 dollars en 2003 à plus de 140 dollars en 2008).

Selon des sources citées par Bloomberg, la demande chinoise de brut a reculé de 20% depuis le début des mesures décrétées par Pékin pour lutter contre la propagation du coronavirus 2019-nCoV. La consommation aurait ainsi chuté de 3 millions de barils par jour, soit l'équivalent d'environ 3% de la demande mondiale. Il s'agirait, selon l'agence économique et financière, du plus important choc sur la demande mondiale depuis la crise financière de 2008-2009.

Réunion de l'Opep mardi et mercredi

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et son allié russe vont tenter de mettre un terme à cette spirale baissière en se réunissant mardi et mercredi à Vienne pour analyser la chute et "décider s'ils renouvellent leurs volumes de limitation de production ou s'ils les accentuent en raison de la conjoncture", expliquent les experts de Mirabaud. Une source proche de l'organisation a en effet affirmé qu'"un comité technique mixte (JTC) est prévu pour mardi et mercredi" à Vienne, où se trouve le siège de l'Opep, alors que les cours du pétrole, fragilisés par les inquiétudes pour l'économie chinoise qui tourne au ralenti en raison de l'épidémie, accusent une forte baisse depuis le début de l'année". Ils pourraient décider de limiter encore un peu plus leur production -alors qu'ils se sont déjà accordés début décembre pour une baisse de 500.000 bpj (barils par jour)- afin d'éviter une surabondance d'offre qui pourrait accélérer encore le repli des cours de l'or noir.

Après leur plongeon matinal en réaction à celui des indices asiatiques, les cours du pétrole ont néanmoins progressivement réduit leurs pertes au cours de la matinée pour afficher des variations bien plus modestes à la mi-journée. Peu avant 11h30, le baril de Brent ne cède plus que 0,32% à 56,44 dollars et celui de WTI est même revenu en territoire positif (+0,33% à 51,73 dollars).

Aussi, les experts de Mirabaud relèvent que "si on analyse les positions existantes, on constate qu’il y a plus de 35% de "net short oil" (positions vendeuses sur les barils, NDLR), ce qui s’est historiquement traduit pas un rebond du WTI".

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+306.40 % vs -16.43 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat