Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : À Bakou, une réunion de l'Opep et de ses partenaires en prélude à une éventuelle prolongation

lundi 18 mars 2019 à 11h00
L'Opep et ses alliés se réunissent à Bakou lundi

(BFM Bourse) - Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix Etats alliés menés par la Russie se réunissent lundi à Bakou, en Azerbaïdjan, pour faire le point sur leur stratégie, qui a permis depuis deux ans de soutenir les prix du pétrole. Si aucune décision n'est prévue, une prolongation de l'accord de réduction de la production au-delà de juin pourrait être discutée.

Certains représentants de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sont réunis depuis ce week-end avec leurs partenaires -dont la Russie- à Bakou pour évaluer l'état du marché pétrolier et l'effet de leurs baisses volontaires de production. La réunion du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep, qui se tient lundi dans un hôtel du centre de la capitale azerbaïdjanaise, n'a pas de pouvoir décisionnaire, mais fait office de prélude aux prochaines réunions officielles de l'Opep, prévues en avril et en juin à Vienne.

Formaliser l'alliance sur le long terme

Toutefois, au vu de la présence de représentants des deux poids lourds de l'accord, la Russie et l'Arabie saoudite, toute déclaration sera scrutée avec attention par les investisseurs. Les mesures actuelles de l'accord de limitation de la production sont valides jusqu'en juin et ont été renforcées en décembre. Les pays de l'alliance se sont engagés à réduire leur production de 1,2 million de barils par jour au total afin de soutenir les prix du brut.

Les membres de cette alliance informelle baptisée "Opep+" devraient discuter lundi d'une éventuelle prolongation de cet accord et pourraient également aborder la manière de formaliser sur le long terme leur alliance. "L'Opep va devoir poursuivre ses efforts si elle veut éviter qu'il y ait un surplus de l'offre", a souligné Stephen Brennock, analyste chez PVM.

L'Azerbaïdjan en quête d'investissements

Le pacte conclu fin 2016 entre l'Organisation, assise sur un tiers de la production mondiale et une dizaine d'autres pays non membres, dont la Russie, a permis de stabiliser le marché après un effondrement des prix. Le prix moyen du baril en 2016 était autour de 40 dollars. Le cours s'est depuis nettement repris, et en 2018 le prix moyen du baril approchait les 70 dollars.

En outre, l'accord a redonné du lustre à l'Opep au moment où elle semblait en perte de vitesse, et octroyé une nouvelle influence à la Russie, devenu l'arbitre du marché pétrolier.

L'Azerbaïdjan, pays allié de l'Opep, qui a proposé d'accueillir cette réunion, se retrouvera quant à lui sous les feux des projecteurs au moment où il cherche à attirer des investissements pour moderniser son industrie pétrolière vieillissante. La réunion met l'ex-république soviétique du Caucase "au centre de l'attention du marché pétrolier mondial, et donne aux responsables du secteur énergétique l'occasion de rencontrer des ministres clé", ont souligné les analystes de S&P Global Platts dans une note.

"L'Azerbaïdjan doit attirer de nouveaux investissements s'il veut réussir à remplacer les réserves actuelles et à maintenir ses volumes de production au cours des prochaines décennies", ont indiqué les analystes, soulignant que le pays n'a pas découvert de nouveaux champs pétroliers depuis la chute de l'URSS en 1991. Si le pays a déjà profité de sa participation à l'accord Opep+ pour resserrer ses relations bilatérales avec l'Arabie saoudite, la réunion de lundi devrait lui permettre d'explorer des opportunités d'investissements pour sa compagnie pétrolière nationale Socar. Le budget de cet État riverain de la mer Caspienne dépend largement des recettes des hydrocarbures, qui comptent pour la majeure partie de ses exportations.

Dans l'attente d'éventuelles annonces, l'or noir recule légèrement

Les cours des principales références de brut évoluent légèrement dans le rouge lundi matin, toujours tiraillés entre les inquiétudes sur un ralentissement de la croissance économique mondiale, susceptible de freiner la demande et les réductions de production liées aux quotas de l'Opep et aux sanctions américaines à l'encontre de l'Iran et du Venezuela. Vers 11h, le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en mai recule de 0,3% à 66,82 dollars, quand le baril de WTI texan cède lui 0,53% à 58,11 dollars. Depuis le 1er janvier néanmoins, ces deux références ont vu leur cours progresser de 23,5% pour le Brent et de plus de 27% pour le WTI, à des niveaux plus observés depuis mi-novembre dernier.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+280.80 % vs +13.02 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat