Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ORANGE

ORA - FR0000133308 SRD PEA PEA-PME
11.106 € +0.58 % Temps réel Euronext Paris

Orange : Régulièrement évoqué, un attelage Orange-Deutsche Telekom reste problématique

mercredi 27 novembre 2019 à 16h47
Orange dément encore un rapprochement avec Deutsche Telekom

(BFM Bourse) - Les dirigeants de l'opérateur allemand, leader européen en termes de chiffre d'affaires et de capitalisation, auraient testé le scénario d'un rapprochement avec Orange. Mais les intéressés ont de nouveau écarté ce serpent de mer - l'hypothèse d'un tel mariage reparaissant régulièrement à quelques années d'intervalle.

Le Handelsblatt a appris de sources concordantes que les dirigeants de Deutsche Telekom examineraient le scénario d'un rapprochement avec Orange. Le quotidien économique allemand souligne que les perspectives stratégiques de Deutsche Telekom pour les Etats-Unis sont aujourd'hui bien balisées avec la fusion en cours entre sa filiale T-Mobile US et son concurrent Sprint. Sur le marché européen, les possibilités d'expansion ne sont pas si nombreuses. Vodafone et Telefonica sont tous deux des acteurs importants sur le marché allemand, il semble donc douteux que les autorités de la concurrence permettent à Deutsche Telekom de fusionner avec un concurrent direct.

Parmi les opérateurs disposant d'une présence réellement européenne, reste donc Orange, avec qui Deutsche Telekom collabore de longue date, dans les infrastructures notamment. Sur le papier, l'opérateur tricolore apparaît donc comme le candidat logique à un mariage avec l'allemand - mais les réflexions n'en sont encore qu'à un stade précoce, d'après le Handelsblatt, ajoutant que les obstacles réglementaires, politiques et financiers sont considérables.

De nombreuses collaborations déjà en cours

Tandis que leurs activités présentent très de peu chevauchement au plan géographique, Orange et Deutsche Telekom ont depuis longtemps tissé une relation mutuellement avantageuse. Les deux groupes ont d'abord fusionné leurs opérations en Grande-Bretagne, mis en oeuvre un partage de leurs réseaux en Pologne, avant de créer en 2011 une société commune détenue à 50/50 pour mutualiser leurs achats dans les domaines des équipements et des infrastructures télécoms et numériques. Plus récemment, les deux groupes ont lancé une enceinte connectée développée en commun, répondant au nom de Djingo en France et Magenta outre-Rhin.

Tandis que les dirigeants du secteur, le patron d'Orange Stéphane Richard en tête, déplorent régulièrement que le marché européen soit beaucoup trop fragmenté (par rapport aux Etats-Unis ou à la Chine), il n'est donc pas étonnant que les spéculations quant à une fusion entre ces deux acteurs en particulier reviennent régulièrement sur la table. L'an dernier encore, Stéphane Richard a démenti tout projet ou négociation secrète avec qui que ce soit, alors que Le Monde rapportait des discussions menées en catimini entre mai et septembre 2017. En 2012, Arnaud Montebourg caressait l'idée d'un Airbus des télécoms (on parlait d'EADS des télécoms à l'époque).

Deutsche Bank pèse beaucoup plus lourd en Bourse

Le fossé de valorisation entre les deux acteurs -Deutsche Bank pèse plus de 75 milliards d'euros actuellement, quand Orange ne dépasse pas 42 milliards- constitue un premier obstacle. Le groupe français veut bien participer à la consolidation, mais en tant qu'acquéreur, pas à titre de "consolidé". Or une fusion entre égaux apparaît hors de question aux cours actuels. Le journal cite aussi de grosses réserves côté allemand, où l'influence de l'Etat français sur l'opérateur n'est pas forcément bien vue. Le gouvernement fédéral étant de son côté présent au capital de Deutsche Telekom, on voit mal l'un des deux camps accepter de perdre son influence.

Enfin, à l'échelon de la Commission européenne, la doctrine récemment réaffirmée (avec l'interdiction du rachat d'Alstom par Siemens) de la commissaire à la concurrence laisse peu de chances à une éventuelle méga-fusion...

Sur le marché boursier ce mercredi, la publication de l'article du Handelsblatt (sans doute plus mesuré que la lecture rapide qui en a été faite côté français) aura eu le mérite de venir animer quelque peu le cours d'Orange dans un marché qui ronronne, en attendant une fin de semaine vraisemblablement désertée par les investisseurs en raison de la fermeture de Wall Street jeudi et vendredi après-midi. Le titre a accéléré de 1,5% en quelques secondes, mais ces gains se sont rapidement effrités après un démenti ferme de tout projet ou discussion en ce sens. Vers 16h00, le titre Orange ne gagnait plus que 0,13%, pratiquement au niveau du CAC 40 (+0,06%).

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ORANGE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +22.17 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat