Bourse > Orange > Orange : Encore et toujours des rumeurs d'acquisition
ORANGEORANGE ORA - FR0000133308ORA - FR0000133308
14.375 € +0.17 % Temps réel Euronext Paris
14.440 €Ouverture : -0.45 %Perf Ouverture : 14.500 €+ Haut : 14.290 €+ Bas :
14.350 €Clôture veille : 4 592 640Volume : +0.17 %Capi échangé : 38 238 M€Capi. :

Orange : Encore et toujours des rumeurs d'acquisition

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les informations de presse évoquant un regain de consolidation dans le secteur européen des télécoms se multiplient. A en croire le Wall Stret Journal (WSJ), Orange étudierait 'de multiples dossiers d'acquisitions, en France et en Europe', afin de réduire la concurrence dans le mobile en France et d'éviter que l'ex-France Telecom ne devienne elle-même la cible d'une OPA. Parmi les noms cités : KPN, Proximus, et encore Bouygues Telecom et Telecom Italia. Un processus qu'il n'en serait qu'au stade 'exploratoire', selon le WSJ, aucune offre n'étant imminente.

Rappelons que lundi soir, l'agence Bloomberg rapportait qu'Orange avait organisé des 'discussions préliminaires' en vue de racheter la majeure partie des branches médias du groupe Bouygues, soit Bouygues Telecom et TF1.

Selon le quotidien des affaires de référence outre-Atlantique, les conseils financiers d'Orange lui ont notamment proposé des 'deals' transfrontaliers avec le néerlandais KPN ou le belge Proximus” (ex-Belgacom). Ce n'est pas tout : Orange 'considérerait aussi le rapprochement avec la filiale télécoms du groupe industriel Bouygues ou Telecom Italia', ajoute le WSJ, allant ainsi dans le même sens que des informations publiées dernièrement par Bloomberg.

Orange ne serait pas le seul à jouer à ce jeu. Le Wall Street Journal indique qu'Iliad, maison mère de Free contrôlée par Xavier Niel, 'regarde aussi des dossiers d'acquisitions hors de France' afin d'y développer le modèle “low cost” qui a fait son succès dans l'Hexagone.

Notons que le bureau d'études parisien Aurel BGC invite à prendre cette énième information sur le sujet avec circonspection : “si l'article du Wall Street Journal fera sans doute parler, il n'apporte rien de neuf dans la mesure où les intentions supposées d'Orange, un peu trop étalées sur la place publique ces derniers temps (ce qui n'est pas franchement compatible avec la discrétion souvent nécessaire pour mener à bien de grandes transactions), font et feront encore l'objet de toutes les rumeurs depuis que la presse a révélé que des banques conseil avaient été engagées.”

Pour mémoire, Orange a déclaré hier, en réponse aux spéculations provenant de Bloomberg : “Orange se refuse à commenter les rumeurs de presse qui animent artificiellement le marché depuis maintenant deux ans. De tous les acteurs des télécoms français, Orange est celui qui a le moins besoin de la consolidation”.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI