Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 007.46 -0.96 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Toujours pas de signes de retournement haussier

mardi 30 octobre 2018 à 08h30

(BFM Bourse) - Des problèmes techniques a répétition lundi, ont lourdement perturbé la cote et le travail des gérants. Si le passage à l'heure d'hiver a un temps été évoqué comme cause potentielle des bugs à répétition, Euronext a fini par donner une autre version peu avant 18h00 : "les causes des problèmes techniques ont été identifiées et corrigées. Le principal problème technique était dû à une défaillance de l'une de nos bases de données sous-jacentes, qui nous empêchait de lancer nos outils de surveillance du marché, nécessaires pour maintenir un marché juste et ordonné. En conséquence, Euronext a décidé d’arrêter les segments marchés au comptant (Actions, Warrants & Certificats, Fonds et Titres à revenu fixe) et les instruments dérivés associés qui ont été impactés". L'opérateur de marché ajoute qu'il "s'excuse pour la gêne occasionnée".

Au final, l'indice CAC a terminé une journée erratique, chaotique, volatile et finalement peu lisible, en hausse de 0,44% à 4 989 points.

L'ensemble des classes d'actifs à risque restaient sous pression après la nouvelle déconvenue subie par le parti de Mme Merkel (CDU) ainsi que celui du SPD, qui compose l'actuelle coalition au pouvoir, aux élections régionales en Hesse. La Chancelière allemande a déjà fait savoir, suite à ce nouveau désaveu, qu'elle ne se serait pas candidate à la présidence de son parti. Autrement dit: les chances de voir la Chancelière rempiler pour un nouveau mandat à la tête de l'exécutif allemand sont proches de zéro.

Et ce alors qu'aucun progrès notable ne se manifeste sur le front des principaux facteurs d'inquiétude pour l'économie mondiale (guerre commerciale, dissensions européennes, géopolitique...)

Au chapitre macroéconomique lundi, les salles des marchés ont dû composer avec une décélération marquée du rythme de progression des revenus des ménages américains au mois de septembre (+0,2% contre une cible à +0,4%). Aucun écart par rapport au consensus n'est en revanche à signaler du côté des dépenses des ménages.

Pour rappel vendredi, les opérateurs ont pris connaissance des chiffres du Produit Intérieur Brut (PIB) aux Etats-Unis pour le troisième trimestre. La croissance économique, selon les données avancées du Département du Commerce a certes ralentit son rythme (+3,5% en rythme annualisé) mais moins que ne le laissait augurer la cible (+3,3%). Pour rappel, selon les données définitives corrigées à la hausse au deuxième trimestre, la croissance était alors de 4.2%. Nous insistons sur le fait qu'il s'agit de données avancées, et que les données définitives pourront le cas échéant présenter un écart.

Côté valeurs, le rythme des publications trimestrielles s'est enfin calmé. Quelques grands groupes publiaient néanmoins lundi, à l'image ADP (+0,11% à 183,50 euros). L'opérateur aéroportuaire affiche à fin septembre une accélération de sa croissance organique.

Le secteur automobile dopé par une possible réforme fiscale en Chine. Alors que le marché automobile chinois menace de se contracter pour la première fois depuis vingt ans, l'heure est aux mesures énergiques. Selon Bloomberg, la taxe à l'achat sur les voitures pourrait être redivisée par deux. L'ensemble de la filière en a profité sur le plan boursier, à l'image de Peugeot (+1,41% à 20,86 euros), Renault (+1,78% à 65,65 euros), Plastic Omnium (+6,29% à 23,81 euros), Valeo (+9,28% à 25,78 euros), Michelin (+4,73% à 91,60 euros) ou encore Faurecia (+8,87% à 43,06 euros). L'occasion une nouvelle fois d'apprécier l'effet Bêta des équipementiers par rapport aux constructeurs.

Comme annoncé la semaine dernière, le laboratoire britannique AstraZeneca a finalisé sa montée au tour de table d'Innate Pharma (+9,50% à 7,435 euros). Le titre est au plus haut depuis novembre 2017.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont une nouvelle fois clôturé dans le rouge, à l'image du Dow Jones (-0,99% à 24 442 points) ou du Nasdaq Composite (-1,63% à 7 050 points). IBM (-4,13% à 119,64$) a refroidi les opérateurs en annonçant le rachat de Red Hat pour 34 Milliards de Dollars. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 0,66% à 2 641 points.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1,1380$. Le baril de WTI, un baromètre de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 67,10$.

Sur le plan macroéconomique ce mardi, à suivre l'indice des prix à la consommation en Allemagne à 09h00, les dépenses des consommateurs en France à 09h45, les créations / destructions de postes dans le secteur privé en Allemagne à 10h55, la première estimation du PIB en Zone Euro pour le troisième trimestre à 12h00, et pour les Etats-Unis: l'indice S&P / CS des prix de l'immobiliers dans une vingtaine de grandes agglomérations, ainsi que le très suivi indice de confiance des consommateurs (Conference Board) à 15h00.

Précisons que la côte Est des Etats-Unis n'étant pas encore passée à l'heure d'hiver, Wall Street ouvrira toute la semaine, à 14h30 (heure française) au lieu de 15h30. L'impact est naturellement le même pour la publication des indicateurs macroéconomiques: ceux publiés habituellement à 14h30 le sont à 13h30. Et ce pour une semaine uniquement.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Le biais baissier de court terme sur l'indice phare tricolore reste puissant. Aucun signe tangible de l'imminence d'un retournement n'est à relever.

A ce stade, les probabilité de formation d'une ultime jambe baissière dans l'épisode correctif secondaire amorcé le 4 octobre sont fortes.

L'effet d'aspiration d'un ancien gap haussier, du 1er mars 2017, dont la borne basse vaut 4 865 points, va désormais se faire sentir à court terme.

Sur le plan horaire, la droite oblique de résistance (tracée en noir en vue horaire) continue de faire pression sur les cours.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5081.00 points.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale V369S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
5081.00 / 5205.00 / 5445.00
Support(s) :
4806.00 / 4746.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Toujours pas de signes de retournement haussier (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Toujours pas de signes de retournement haussier (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.80 % vs +0.73 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat