Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 569.67 -0.03 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Tentative de rebond avorté, risque de poursuite du reflux

jeudi 27 février 2020 à 08h34

(BFM Bourse) - Si la clôture de la séance de mercredi est comme nous l'envisagions, neutre, (+0,09% à 5 684 points), elle ne doit pas en masquer l'intense volatilité de la séance. L'indice a touché ses points bas en matinée à 5 526 points, avant d'entamer un rebond manquant de conviction. L'épidémie de coronavirus, qui s'étend désormais en dehors du territoire chinois (Corée du Sud et Italie) principalement, inquiète les investisseurs au-delà du seul ralentissement de la production industrielle en Chine. La crainte d'un ralentissement économique mondial leur impose au mieux des allègements de positons, au pire des arbitrages. Le nouveau repli des cours du brut (sous les 48$ le baril de brut léger texan) est un indicateur majeur qui milite pour la formation d'une seconde phase du repli des marchés d'actions. Les points bas de cette phase corrective ne sont probablement pas encore atteints.

Certes l'apparition du nombre de cas quotidien en Chine (point de départ de l'épidémie de coronavirus Covid19) tend à fléchir largement. Les autorités parlent ce mercredi de 78 000 contamination au total, pour 2 700 décès. Mais hors de Chine continentale, le bilan se chiffre à une quarantaine de décès, avec des foyers qui prennent de l'ampleur en Corée du Sud, et en Italie, troisième puissance économique de la Zone Euro. Ainsi, les espoirs de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de voir l'épidémie contenue à l'intérieur du territoire chinois sont clairement douchés.

Au chapitre statistique, aucun chiffre statistique d'importance moyenne ou majeure pour la Zone Euro ne figurait à l'agenda mercredi. Outre Atlantique, les quelques statistiques au menu ont été occultées. Il s'agit des ventes de logements neufs, et des stocks de pétrole, qui ont pourtant largement dépassé les attentes.

Côté valeurs, quelques titres à fort effet Bêta actuel ont tiré leur épingle du jeu mercredi, à l'image de CGG (+7,48% à 2,616 euros), Eramet (+4,88% à 271,9 euros), ou STMicroelectronics (+2,34% à 26,69 euros).

Peugeot (+4,75% à 18,525 euros) a dévoilé de nouveaux résultats annuels records, le succès des très rentables SUV du groupe et le redressement spectaculaire d'Opel éclipsant son échec sur le marché chinois.

Thales (+6,08% à 96,68 euros) a également échappé à la purge, avec la présentation de son exercice 2019. Malgré une faible croissance organique enregistrée sur l'exercice écoulé, les résultats annuels groupe français d'électronique spécialisé dans l'aérospatiale et la défense dépassent les attentes des analystes.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont terminé en "ordre dispersé" une séance très nerveuse mercredi. Le Dow Jones a perdu 0,46% à 26 957 points et le Nasdaq Composite est parvenu à grappiller 0,17% à 8 980 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, s'est contracté de 0,38% à 3 116 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.0920$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 47.90$.

À l'agenda statistique ce jeudi, à suivre en priorité, pour les Etats-Unis, les commandes de biens durables, les données préliminaires du PIB, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage à 14h30 ainsi que les ventes de logements en cours à 16h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Le cadre technique à court terme est métamorphosé: le très ample gap baissier tracé lundi laisse un fossé sous les 6 000 points. Les investisseurs sont moins inconditionnellement acheteurs, et prennent en compte les conséquences potentiellement lourdes de l'épidémie sur l'économie mondiale. Ils n'en perdent pas moins, pour autant, leur capacité de résilience. Une période de forte volatilité s'ouvre ainsi.

A ce stade, pas de mouvement de panique boursière à signaler (encore moins de krach), et les pertes sont à relativiser à l'aune des gains initiaux, de très grande ampleur. A moyen terme, aucun retournement baissier durable n'est relever. L'avis pourra être modulé en fonction de la structure de la bougie hebdomadaire vendredi soir, sur laquelle une ombre basse significative n'est pas à exclure.

Nous avons assisté hier à un phénomène classique de tentative de rebond, mais la clôture n'a pas dépassé franchement la clôture de la séance précédente. Et l'ensemble des secteurs les plus suivis actuellement (luxe, tourisme, minières, para-pétrolières, automobile) n'a pas participé de façon fédérée à la reprise. Cette dernière est avortée. Avis négatif ce jeudi, qui sonne le départ d'un second épisode de reflux.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5725.00 points.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale 8297S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
5725.00
Support(s) :
5393.00 / 5226.00 / 5000.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Tentative de rebond avorté, risque de poursuite du reflux (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Tentative de rebond avorté, risque de poursuite du reflux (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.80 % vs -8.08 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat