Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 287.07 +0.85 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Fragilisation confirmée du cadre technique

vendredi 26 février 2021 à 08h33

(BFM Bourse) - La machine à acheter sur les actions se grippe avec l'ntensification de la tension sur les taux longs, entretenue par un "sentiment" inflationniste dans les salles des marchés. Effet pénalisant en particulier pour le secteur technologique, commence à contaminer le reste de la cote, à l'exception notable des bancaires.

Bien que particulièrement conciliant, prudent et accommodant, Mr Powell n'est pas parvenu cette semaine, pour la suite de son audition semestrielle devant les Sénateurs, à stopper le frémissement sur les taux longs américains.

Pour Exane Solutions, "la hausse des taux constitue un des principaux risques pour le scénario macro-financier de 2021 car cela peut raviver les inquiétudes quant à la valorisation de certains segments de marché (en particulier les actions technologiques américaines). Il faudra donc que la Fed pilote la courbe des taux, en amenant le marché obligataire à marquer des paliers de décompression et en prévenant un durcissement des taux réels."

Jerome Powell s'est pourtant attaché à réaffirmer l'attachement de l'institution à maintenir une politique monétaire expansionniste pour favoriser la reprise économique, ajoutant qu'il faudrait "peut-être plus de trois ans pour que l'inflation parvienne à l'objectif de la Fed", à savoir 2%.

A l'issue d'une séance passée pour l'essentiel en territoire positif, le CAC 40 a finalement accéléré jeudi à la baisse sous l'effet du recul de Wall Street, terminant en baisse de 0,24% à 5 783 points, dans des volumes solides.

Au chapitre statistique, outre Atlantique, les investisseurs ont pris connaissance des données préliminaires du PIB américain au 4ème trimestre, en hausse de 4.1%, légèrement sous les attentes, selon le Bureau of Economic Analysis. Les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage, très surveillées comme toutes les statistiques sur l'emploi en ce moment, se sont contractées à 730 000 pour la semaine passée, contre un consensus plus pessimiste (830 000). Enfin, les commandes de biens durables, en hausse très nette de 3.4% en données mensuelles pour le mois de janvier, ne manqueront pas de renforcer le retour du sentiment inflationniste dans les salles des marchés.

Côté valeurs, les dossiers technologiques, en première ligne face à l'échauffement des marchés obligataires, ont été plutôt préservés hier, sans que leur configuration graphique ne s'améliore pour autant. Les cas de Soitec, Cap Gemini, ou STMicroelectronics sont parlants. De leur côté, les bancaires font partie des rares valeurs à se contenter d'une hausse des rendements obligataires, leur rentabilité étant directement liée au marché des taux. Société Générale a gagné 2,65% à 20,92 euros, BNP-Paribas 0,28% à 50,31 euros, et Crédit Agricole 1,20% à 11,80 euros.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions sont engagés dans un vif mouvement de reflux, surtout sur le secteur technologique. Si le Dow Jones a perdu (tout de même !) 1,75% à 31 402 points, le Nasdaq Composite, à forte "coloration" technologique, a subi une correction de 3,52% à 13 119 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 2,45% à 3 829 points. Dans son sillage, Tokyo a reculé de 3,99%.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,2140$. Le baril de WTI, l'un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 62,60$.

À l'agenda statistique ce vendredi, à suivre en priorité l'indice des prix à la consommation et les données du PIB trimestriel en France à 08h45, et outre Atlantique: les dépenses et revenus des ménages, la balance commerciale, et les stocks des grossistes à 14h30, l'indice PMI de Chicago à 15h45, ainsi que l'indice de confiance du consommateur (U-Mich), en données révisées à 16h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L'indice phare parisien a 3ème bougie d'essoufflement depuis le début du mois, après celle des 09 et 16 février. Nous assistons désormais à une fragilisation du cadre technique. Nous confirmons donc que le chemin pour le comblement du gap "Covid" vieux d'un an (gap du 24/02/20) ne sera probablement pas rectiligne et à forte pente, et qu'une phase de reflux est l'option la plus probable à ce stade. Une rupture des 5 720 points dans des volumes suffisants entraînerait l'indice en direction d'une zone proche des 5 650 points, avant reprise de points d'appui solides.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 6000.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
6000.00
Support(s) :
5720.00 / 5650.00 / 5300.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Fragilisation confirmée du cadre technique (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Fragilisation confirmée du cadre technique (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat