Bourse > CAC 40 > CAC 40 : Fébrilité avant le chômage américain
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 149.91 +0.43 % Temps réel Euronext Paris
5 130.53Ouverture : 5 154.53+ Haut : 5 130.53+ Bas :
+0.38 %Perf Ouverture : 5 127.70Clôture veille : 174 485 KVolume :

CAC 40 : Fébrilité avant le chômage américain

(Tradingsat.com) - Dans le rouge à l'ouverture ce jeudi, la place parisienne a, une fois n'est pas coutume, effectué un revirement de situation de grande ampleur qui l'a conduit dans la demi-heure qui a suivi contre les 3233 points, en hausse de 2.10%. Il est vrai que l'annonce en cours de matinée d'une baisse sans précédent de 175 points de base des taux directeurs de la Banque Centrale Suédoise a redonné le moral aux opérateurs qui se sont surpris à rêver à une baisse de grande ampleur de la part de la BCE. Mais après l'annonce à 13h45 d'une baisse de 0.75 point de pourcentage à 2.50%, ce qui est déjà historique pour la banque européenne, les espoirs ont vite été douchés et le Cac 40 a plongé sur les 3109 points, en repli de 1.80%.Très attendu, le plan de relance d'un montant de vingt-six Milliards d'euros mis au grand jour par le Président Nicolas Sarkozy n'a visiblement pas été d'un grand secours pour la place parisienne. Celle-ci avait déjà anticipé la mise en place d'une prime à la casse de 1000 euros pour le secteur automobile. Mais une fois l'annonce confirmée, le titre Peugeot s'est enfoncé de près de 9% avant de finalement clôturer la séance sur un lourd repli de 5.12%. A noter que ce vaste plan va provoquer une nouvelle envolée du déficit public qui pourrait culminer à 4% du PIB l'an prochain, on est bien loin des 3% imposés par Bruxelles…De l'autre côté de l'Atlantique, la première partie de séance a été assez incertaine, mais avec un biais déjà baissier après l'annonce d'une chute des commandes à l'industrie pour le mois d'octobre. A l'approche de la clôture, la place parisienne a oscillé autour de l'équilibre avant que la séance ne se solde sur une légère baisse de 0.17% à 3131 points. Si les valeurs bancaires, comme Crédit Agricole (+8.04%), BNP Paribas (+4.55%) ou Société Générale (+4.05%) ont sans surprise été dopées par la baisse des taux et ont retrouvé le chemin de la hausse, il n'en n'a pas été de même pour EDF qui a plongé de 7.19% après l'annonce d'un fort surcout de 20% de l'EPR en construction à Flamanville. En deuxième partie de séance, la pression vendeuse s'est largement imposée à Wall Street dans un contexte lourd où l'avenir des Big Three reste encore bien incertain, General Motors a d'ailleurs dévissé de 16.10%. Rien ne semblait pouvoir enrayer la chute du baril qui a touché sur le Nymex les 43.70$ et plombé par les valeurs liées aux matières premières, le Dow Jones a clôturé sur un repli de 2.51%. La chute a été encore plus sévère du côté des valeurs technologiques après l'avertissement sur résultat publié par le fabricant de semi-conducteurs AMD, le Nasdaq a lâché en clôture 3.14%.

Graphiquement la bougie de ce jeudi illustre parfaitement le contexte de volatilité extrême au sein duquel l'indice parisien est englué. En effet la formation en doji caractérisée par une absence de corps (cours d'ouverture qui se confond pratiquement avec le cours de clôture) et de longues ombres haute et basse traduit bien l'incertitude qui pèse sur le marché et l'incapacité que ce soit de la part du courant vendeur, ou du courant acheteur, à reprendre durablement la main. La situation reste donc inchangée par rapport à notre dernière analyse de jeudi : le test des 3275 points reste déterminant pour conclure à une vague de rebond en direction d'un gap laissé ouvert à 3490 points. En revanche sous ce niveau, la situation reste très précaire, avec le risque, à la moindre alerte, d'assister à de dangereuses oscillations autour des 3000 points.

Dans ce contexte, l'équipe de Tradingsat.com émet un avis négatif sur la séance à venir. Seul un franchissement des 3190 points raviverait la tension à l'achat.

Sur le plan macro-économique, seule une statistique est attendue aujourd'hui à 14h30 mais elle est de taille puisqu'il s'agit du taux de chômage aux États-Unis pour le mois de novembre qui risque de dévoiler une nouvelle forte dégradation de l'emploi.

Le conseil CAC 40
Négatif
  • Résistances & Supports
  • Résistance(s) : -
  • Support(s) : -
  • Ecarts résistances / supports
  • Ecart(s) résistance : -
  • Ecart(s) support : -

Graphique en données horaires

CAC 40 : Fébrilité avant le chômage américain (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Fébrilité avant le chômage américain (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI