Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 550.55 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Les étrangers délaissent le CAC 40 pour investir en Allemagne et au Royaume-Uni

mardi 25 septembre 2018 à 17h44
CAC 40

(BFM Bourse) - La mainmise des actionnaires étrangers sur les grandes entreprises françaises continue à se desserrer, selon l'étude annuelle sur la détention du capital des entreprises françaises que vient de publier la Banque de France.

Le thème de la "nationalité" du CAC 40 et la présence importante d’intérêts étrangers dans le capital des grandes entreprises tricolores revient de manière récurrente dans le débat économique. Au travers des lois Montebourg, sous la présidence de François Hollande, puis par certaines dispositions de la loi Pacte (actuellement en débat au Parlement), l'Etat a progressivement musclé son arsenal pour protéger certains fleurons de la convoitise des intérêts étrangers.

La part des investisseurs non-résidents dans les grandes sociétés françaises a parallèlement amorcé ces dernières années un repli, ce qui se confirme dans la dernières étude sur le sujet publiée mardi par la Banque de France.

La part des investisseurs non-résidents dans le capital des 34 entreprises tricolores composant le CAC 40 (l'indice comportant aussi des entreprises techniquement étrangères comme ArcelorMittal, Airbus ou TechnipFMC, exclues de l'étude) a diminué à 42,7% l'an dernier, contre 45,1% l'année précédente, selon l'institution.

9,1 milliards d'euros d'actions vendues

C'est la quatrième baisse annuelle de la part des non-résidents. Ces derniers ont vendu pour 9,1 milliards d'euros d'actions du CAC 40 en 2017, tandis que les résidents y ont investi à hauteur de 19,4 milliards d'euros, détaille ce rapport.

À la fin de l’année 2017, les non‑résidents détenaient ainsi l'équivalent de 569 milliards d’euros d’actions des sociétés françaises de l'indice, sur une capitalisation boursière totale de 1.332 milliards d’euros.

Dix entreprises majoritairement détenues par des non résidents

Seules 10 entreprises couverte par l'étude sont aujourd'hui majoritairement détenues par des non-résidents, alors que c'était le cas de 19 d'entre elles fin 2013, rappelle la Banque de France. Seul le secteur "Technologies et télécoms" a enregistré une hausse du taux de détention par des non-résidents l'an dernier. Inversement, c'est parmi les sociétés financières que leur part a le plus fortement diminué.

Pour l'ensemble des actions cotées, la part des non-résidents s’établissait à 37% en France, un taux particulièrement faible à l'échelon européen. En effet, cette proportion atteint 50% des actions en Espagne et en Italie. Il monte à 55% pour l'Allemagne et à 63% pour le Royaume-Uni, selon la Banque, et jusqu'à 68% en Belgique et 86% aux Pays-Bas. "À la différence de la France, tous ces pays enregistrent une hausse du taux de détention par les non‑résidents des actions cotées entre 2008 et 2017", souligne le rapport de la Banque.

Guillaume Bayre - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+281.60 % vs +11.66 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat