Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 762.78 +1.43 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le changement de ton de Trump inquiète, les marchés rechutent

mercredi 1 avril 2020 à 10h30
Le changement de ton de Trump inquiète, le marché rechute

(BFM Bourse) - Après avoir bouclé en petite hausse les deux premières séances de la semaine, le CAC 40 connaît un nouvel accès de faiblesse mercredi matin, alors que le président américain semble (enfin) prendre la mesure de la crise sanitaire.

La Bourse en voie de normalisation ? Pas si sûr... Alors que l'on imaginait que le pire était passé pour le marché parisien, celui-ci étant parvenu à afficher deux jours de suite un score presque banal en clôture, le CAC 40 rechute lourdement mercredi matin. À 10h, le baromètre parisien cède 3,6% à 4.238 points, dans le sillage de "la fin du cycle de hausse ininterrompue des actions américaines depuis 10 ans" relève John Plassard de Mirabaud Securities dans sa note matinale

Le Dow boucle son pire trimestre depuis 1987

C’était en effet (déjà) l’heure du bilan, mardi à Wall Street, au dernier jour du premier trimestre qui a semblé déprimer les investisseurs. L'indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 1,84% mardi, et "achève ainsi dans le rouge son pire mois depuis 2008 (-13,7%) et son pire trimestre depuis 1987 (-23%). Depuis le 1er janvier, le S&P 500 lâche également 19.5%, quand le Nasdaq limite ses pertes à 14%. La pandémie de coronavirus continue à générer de profondes incertitudes sur les marchés, alors que le président américain a demandé à ses concitoyens de se préparer à des "semaines très, très douloureuses".

"La tendance devrait aussi été impactée par les annonces de la banque Goldman Sachs qui a revu fortement à la baisse sa prévision de contraction du PIB américain au 2ème trimestre, de -24 à -34% (le premier trimestre devrait se solder par une baisse de -9% (au lieu de -6% préalablement)" relève par ailleurs John Plassard. Au rayon des scénarios catastrophes, une étude de la Fed de Saint Louis prévoit pour sa part la suppression de 47 millions d'emplois aux États-Unis, ce qui se traduirait par un taux de chômage de 32,1 % au deuxième trimestre. "Les 20% prévu par Steve Mnuchin, le secrétaire d’Etat au Trésor, semblent assez conservateurs…" souligne encore le directeur adjoint des investissements chez Mirabaud. À mesure que ce type de prévisions tombe, les opérateurs prennent conscience qu'il y aura clairement un avant et un après Covid-19.

Au niveau mondial, le dernier bilan de la pandémie fait état de plus de 42.000 victimes pour 860.000 personnes contaminées, les chiffres s'affolant notamment outre-Atlantique alors que les experts préviennent que le "pic" de contamination pourrait n'être que dans deux semaines.

Les secteurs aéronautique, pétrolier et bancaire encore en souffrance

À 10h, seul Veolia (+0,7%) évolue dans le vert au sein de l'indice vedette de la cote parisienne. Toujours en première ligne face à la crise sanitaire, le secteur aéronautique, en revanche, pique de nouveau du nez, Safran occupant la dernière position du palmarès avec un plongeon de 8,9% quand Airbus recule de 4,6%. Les banques (-5,6% pour Société Générale, -5,1% pour BNP Paribas, -4,1% pour Crédit Agricole) et les valeurs pétrolières (-4,4% pour Total, -4,8% pour Technip) rechutent violemment.

L'automobile souffre aussi. Renault perd 3,5% et Peugeot décline de 2,2%, PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) ayant vu ses immatriculations de voitures particulières neuves dégringoler (-73,4%) en mars, tout comme le groupe Renault (-71,6%), avec Dacia et Alpine.

Sur le reste de la cote, Eurobio Scientific prend encore 28% alors que le groupe lance le test automatisé MagLumi COVID-19 de son partenaire chinois Snibe pour la sérologie Covid-19. Cybergun (+25%), Theradiag (+17%) et Visiomed (+12%) avancent aussi.

Le pétrole se replie encore, le WTI à 20 dollars

Le cours du pétrole brut a chuté d’environ 66 % au cours du trimestre, lui qui s’établissait à plus de 61 dollars le baril (de Brent) en date du 31 décembre, ce qui représente leur plus lourde chute trimestrielle depuis la création de ces contrats dans les années 1980. Toujours touchés de plein fouet par la chute de la demande liée au nouveau coronavirus et la guerre des prix à laquelle se livrent la Russie et l'Arabie saoudite, les deux références mondiales d'or brut reculent encore mercredi matin. À 10h30, le Brent se négocie à 24,88 dollars (-5,58%) quand le baril de WTI lâche 1,9% à 20,18 dollars.

Sur le Forex enfin, les mouvements continuent d'être impressionnants et c'est au tour du billet vert de s'apprécier nettement, la monnaie unique cédant 0,83% à 1,0939 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+309.20 % vs -4.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat